La figure paternelle s’estompant dans nos sociétés, on assiste à un retour de la figure féminine de Dieu, solution aux problèmes humains

Publié le par Michel Durand

éditeur : Pierre-Guillaume de Roux

éditeur : Pierre-Guillaume de Roux

Olivier Rey est bien connu des Objecteurs de croissance. Voir sur leur site.

 

Il me plait de présenter son dernier livre. Un roman.

Aujourd'hui, les femmes sont peut-être mieux placées que les hommes pour transmettre les désarrois contemporains. C'est ce que croit Olivier Rey. Ce mathématicien et philosophe, qui a publié trois essais exceptionnels, met en scène, dans son deuxième roman, une jeune femme à la recherche d'un impossible paradis. Un livre remarquable sur le dése nchantement du monde et le sens de la vie.

 

Voir sur France-info

Après la chute, d'Olivier Rey, France Info, 6/3/2014

"Eh bien quoi, le Moyen Age ? C'était une époque concrète. Pour manger on ne réchauffait pas de barquettes aux micro-ondes, pour faire la guerre on n'envoyait pas de missile téléguidé. Les choses avaient l'apparence de ce qu'elles étaient. Prends une épée, ou une masse d'armes : pas besoin de réfléchir pour saisir le danger ! Alors que les mines actuelles, avant que ça explose on pourrait aussi bien les prendre pour des roues de brouette, ou des essoreuses à salade. 
Un homme qui passait sur son cheval pouvait être érotique. Aujourd'hui, un homme qui passe dans son monospace n'a rien d'érotique. Les voitures, les bureaux, les ordinateurs, les immeubles et les pavillons, les voyages en avion, les vacances-club : rien de tout cela n'est érotique. Divorce radical entre la vie moderne et l'érotisme. En toute logique les relations sexuelles auraient dû disparaître, et les vieux interdits ont été liquidés parce qu'au point où nous en sommes, ce serait imposer un régime amaigrissant à une anorexique". 
C'est Alix, jeune doctorante en histoire médiévale, qui constate. Plus caustique qu'une Bridget Jones, seule, face au monde saturé de chiffres, de ratios et de performances en tous genres. Ce n'est plus l'homme idéal qu'elle recherche, à travers des expériences érotiques plus décevantes les unes que les autres, mais celui qui lui ferait reprendre contact avec le réel. Olivier Rey nous entraîne au coeur d'une allégorie de l'égarement, aussi glaçante que savoureuse, qui s'étend entre l'infiniment petit d'une société hyperquantifiée et les aspirations sans limites d'une jeune femme en quête de réalité et de salut.

Cf Decitre

Commenter cet article