Malgré son illusion politique, Ellul indique des pistes propices à l’engagement ; toutes les questions fondamentales sont passées en revue

Publié le par Michel Durand

Pour le prochain laboratoire qui se tient à Lyon - Espace Saint-Ignace dans la ligne des réflexions conduites par Chrétiens et pic de pétrole, j’ai sélectionné plusieurs textes aptes à favoriser l’engagement politique. Mais, tout d’abord la question doit être : vu ce que sont les coutumes des partis politiques, faut-il s’engager en politique ?

Malgré son illusion politique, Ellul indique des pistes propices à l’engagement ; toutes les questions fondamentales sont passées en revue

Jacques Ellul dont nous avons abordé à l’espace St-Ignace la pensée en 2012-2013 est plutôt pessimiste. Toutefois, malgré son regard sur l’illusion politique, il indique des pistes propices à l’engagement. En fait, avec cet auteur toutes les questions fondamentales de l’existence sont passées en revue, ainsi celles de la vie en société, des relations avec autrui, du respect de bien commun, du rapport à la nature, au cosmos... Donc, je propose d’aborder ses textes. Je le ferai en premier lieu en me tournant vers Serge Latouche, un des intervenants au colloque de Chrétiens et pic de pétrole. Puis, je regarderai ce que Jacques Ellul a lui-même écrit en suivant divers liens de la toile informatique. Merci aux moteurs de recherche. Enfin, j’invite à une réflexion très concrète en publiant la lettre de soutien de Philippe Mérieux à l’occasion de l’élection municipale de Nathalie Perrin-Gilbert dans le premier arrondissement de Lyon, celui où j’ai le bonheur d’être curé. Autant de pistes qui devraient permettre de creuser la question de l’expérience politique.

Pour le laboratoire de ce samedi 12 avril, 9 h 30 à l’Espace Saint-Ignace, 20 rue Sala à Lyon 2ème, il est écrit : « L’expérience politique rend aux peuples et aux individus leur responsabilité et leur liberté d’agir selon leurs aspirations profondes (écosocialisme, théologie de la Libération, décroissance, convivialisme, “buen vivir”…).

Je me demande :

- Comment sortir de la “cage ” de la toute-puissance de l’Argent qui détermine l’Homme ? »
- Où puiser la force de cette sortie ?
- Comment agir ?
- Comment durer dans l’action ?

Mais, ne convient-il pas en tout premier de plonger dans l’Evangile ?

Je le fais en me rappelant une homélie récente.

J’en ai parlé sur En manque d’Eglise avec ces mots : En politique, il y a des lois ; vaines, ces dernières, si nous ne vivons pas selon l’appel reçu. Si le sel n’a plus de saveur… vous êtes la lumière du monde.

Serge Latouche :

Jacques Ellul contre le totalitarisme technicien, Le passager clandestin, 2013, p. 46

Éthique versus politique

Si, comme le soutient Daniel Cérézuelle, l'accusation de pessimisme d'Ellul doit être nuancée, il n'en demeure pas moins qu'à la différence des objecteurs de croissance, il ne met pas son espoir dans un changement politique. Déçu des révolutions, il est sceptique sur la possibilité d'un changement. « Ellul a montré, écrit Jean-Luc Porquet, en quoi les vrais enjeux échappent à l'homme politique, et pourquoi la conquête de l'appareil d'État n'est qu'un leurre »l. Bien sûr, il est hostile, comme nous, à la fondation d'un parti pour participer au jeu politicien. Il est aussi sceptique sur la perspective d'une vraie démocratie :

Être citoyen dans ces conditions (celles d'une société complexe) est un métier. C'est ce que Grecs et Romains avaient parfaitement compris. Que dans la prétendue civilisation des loisirs qui nous est annoncée, la politique devienne la fonction principale de l'homme libre, je veux bien. Mais cette civilisation des loisirs n'est pas à nos portes, et j'ai bien peur qu'il faille nous attendre à de grandes déceptions2.

Nous partageons pleinement ce constat en ce qui concerne la société de croissance, dans laquelle on a, au mieux, plus de loisirs marchands et moins de temps libre. Mais en va-t-il de même avec la réduction massive du temps de travail qu'il préconise et qu'implique aussi le projet de la décroissance ? La grande difficulté, pour Ellul, de tout projet révolutionnaire provient de ce que la politique ne permet « absolument pas de répondre aux problèmes personnels de l'homme, celui du bien et du mal, du vrai et du juste, du sens de sa vie, et de sa responsabilité devant la liberté » et cela reste pour lui essentiel 3. Il accuse la politique et l'État d'imposture parce qu'ils suscitent la « démission personnelle de chacun devant sa propre vie »4. Pour autant, en bon chrétien, il ne désespère pas de l'homme, mais sur un autre plan.

L’éthique prime, pour Ellul, le ou la politique, et le seul obstacle à l'emprise d'un État au service du développement technicien serait l'homme soucieux de défendre sa liberté. L’autonomie spirituelle de la personne est l'idéal à atteindre et la source de toute résistance. Or, toute croissance de la technique et de l'État y porte atteinte. Si la politique devait être fondée sur l'éthique, cela le rapprocherait d'un Gandhi, voire plus encore, peut-être, d'un Marcos, le leader du mouvement néo-zapatiste. Ellul ne disait-il pas, en effet, « rechercher systématiquement et volontairement la non-puissance », « Le courant écologiste, disait-il ainsi en 1992, devrait, selon moi, se développer comme un contre-pouvoir, sans entrer dans le jeu politicien » 5. José Bové qui fait aussi le rapprochement avec le Mahatma oppose pourtant leurs deux stratégies. « Gandhi cherchait à entraîner la base la plus large, tandis que Jacques Ellul ne croyait qu'à l'action des petits groupes minoritaires et marginaux » 6. À l'espoir du militant, il oppose l'espérance du croyant. Son espérance est éthique. Il dénonce une fausse conception de la liberté, une conception désincarnée, abstraite de la liberté, comme émancipation du corps, qu'il oppose à l'ensarkosis (incarnation). « Pour l'homme, le rêve d'une liberté totale est littéralement insensé, car la liberté ne peut être un état ». Comme la colombe de Kant a besoin de la pesanteur pour voler, nous avons besoin du corps pour nous émanciper. La vraie liberté, c'est la capacité de maîtriser sa vie quotidienne, de s'orienter en fonction de son expérience du monde qui est d'abord sensible et charnelle 7 :

Il s'agit de retrouver tout ce que signifie la plénitude de la vie personnelle pour un homme planté sur ses pieds, au milieu du monde8.

Si l'on pense, en effet, avec une certaine surmodernité, la liberté comme « instrumentalisation du corps par l'esprit. Il n'y a plus aucune raison d'imposer des limites à la puissance d'agir de l'homme, en particulier sur lui-même » et cela mène au transhumanisme9. Selon son commentateur Daniel Cérézuelle, que nous suivons ici, c'est à partir de l'homme comme chair que l'on peut poser la question des limites de la puissance technique. « ‘homme est nature au sein de la nature, et c'est en tant que corps vivant dépendant des équilibres de la biosphère qu'il est obligé de mettre des limites aux atteintes qu'il peut infliger au milieu » 10. Le triomphe définitif de la surpuissance n’étant pas inéluctable, une société de prospérité sans croissance serait donc possible. Mais l'espérance d'Ellul ne la laisse pas vraiment entrevoir sur cette terre.

 

Conclusion: l'éthique de la non-puissance et l'amitié

Carl Mitcham met bien en évidence l'alternative ellulienne au règne sans partage de la technique : l'éthique de la non-puissance.

Ainsi non seulement une telle éthique de la non-puissance cherchera à poser des limites [à la pratique technicienne], mais elle vise à nous libérer de la technique et des conflits dans le monde technicien. [ ... ] Cela signifiera le refus de la télévision, la conduite plus lente des automobiles, et le rejet de la surconsommation et de la pollution, toutes choses qui peuvent engendrer de nouvelles façons de parler et d'écouter, de construire et d'habiter, de penser qui à leur tour peuvent être nourries et nourrir non seulement la liberté de mettre en question, mais aussi un certain pari contre-technique 11.

On retrouve là le techno-jeûne préconisé par Ivan Illich et par la décroissance. Comme chez lui, cette position se complète d'un éloge de l'amitié. « L’amitié est une arme de résistance contre l'empire de la technique » serait une maxime d'Ellul selon Hourcade, Jézéquel et Paul12. Tout cela rejoint totalement le « tao de la décroissance »13. Cependant cette éthique n'épuise pas le projet de la décroissance qui contient un volet d'action pratique quasi absent chez Ellul. Le projet de transformation ellulien en reste à la nécessaire résistance et à une dissidence individuelle qui se rapproche plus de la simplicité volontaire que de la métamorphose radicale de la décroissance. Si l'on doit à Ellul la formule de l'écologie politique, penser globalement, agir localement, il est clair qu'il manque le nécessaire complément à l'ère de l'anthropocène : « penser localement, agir globalement ».

1. In Silence, n° 401, mai 2012, p. 38.
2.Jacques Ellul, L'illusion politique, op. cit., p. 190.
3. Ibid., p. 252.
4. Ibid., p. 253.
5. Cf. supra, « Entretiens avec Jacques Ellul " (extrait), p. 86.
6. Frédéric Rognon, Génération Ellul, op. cit., p. 54. Il ajoure : « Jacques Ellul n'était pas un penseur de l'action, il n'a jamais prétendu cela. Pour ma part, je n'ai jamais cherché chez lui un mode d'emploi, mais un sens de l'analyse critique et une vision spirituelle. Notre mode d'action non-violente est totalement redevable à Gandhi » (ibid., p. 55).
7. Daniel Cérézuelle, La technique et la chair, op. cit., p. 200.
8. In ibid, p. 207.
9. 3. Ibid., p. 219.
10. 4. Ibid, p. 220.
11 In Frédéric Rognon, Générations Ellul, op. cit., p. 243.
12. Cités in ibid., p.199.
13. Voir la conclusion de notre livre Sortir de la société de consommation, Paris, Les Liens qui libèrent, 2010, qui porte ce titre.

Textes de Jacques Ellul

L’illusion politique

Les grands thèmes de la politique

Anarchie ?

La civilisation n’est pas d’abord l’organisation de la production

Serge Latouche,  Jacques Ellul contre le totalitarisme technicien, Neuvy-en-Champagne, Le passager clandestin, coll. « Les précurseurs de la décroissance », 2013, 112 p., ISBN : 978-2-916952-86-4.

 

COMMUNIQUÉ de Philippe Meirieu, militant écologiste,
vice-président EELV de la Région Rhône-Alpes

Les négociateurs lyonnais d’EELV ont choisi de faire alliance avec les listes conduites par Gérard Collomb pour le deuxième tour des Municipales. EELV avait indiqué que cette alliance devait se faire à partir d’un accord sur des questions de fond plutôt que sur des combinaisons d’appareil. C’est là une tradition des écologistes et, quand ils la respectent, elle contribue largement à leur crédit. Or, à ma connaissance, les choses ne se sont pas passées ainsi : l’accord a été conclu sur des postes avant d’envisager les moindres questions de programme.

Je comprends que les écologistes veuillent accéder à des responsabilités dans des collectivités territoriales afin de contribuer à l’élaboration de politiques alternatives et à la mise en œuvre de la nécessaire transition écologique. Mais, comme beaucoup de militants écologistes, je crois que cela n’est guère porteur d’avenir quand, sans discussion programmatique préalable, on conclut un accord sur les seuls enjeux de places sur les listes.

Or, que s’est-il passé à Lyon ? Pour satisfaire à l’oukase du maire sortant qui veut éradiquer tout ce qui pourrait compromettre son hégémonie et contester son modèle de développement, les négociateurs d’EELV ont accepté de conclure un accord qui impose à l’une de leurs militantes d’affronter et de tenter de faire battre Nathalie Perrin-Gilbert, qui est arrivée en tête avec près de 34% des voix dans le 1er arrondissement.

Rappelons les faits. Les écologistes militent contre le Grand Stade et les grands

travaux inutiles et imposés : Nathalie-Perrin-Gilbert fait de même. Les écologistes ont milité pour le passage de la gestion de l’eau en régie publique à Lyon : Nathalie Perrin-Gilbert était à leurs côtés. Les écologistes militent pour le droit à l’accueil et à l’éducation des enfants sans-papier : Nathalie Perrin-Gilbert est exemplaire dans ce domaine. Les écologistes militent pour un droit universel au logement : Nathalie Perrin-Gilbert est à la pointe de ce combat. Les écologistes ne veulent pas d’une métropole qui siphonne les richesses du territoire régional au profit des plus nantis : Nathalie Perrin-Gilbert n’en veut pas non plus… Tandis que, sur tout cela comme sur bien d’autres sujets, Gérard Collomb – qui n’ose même plus se référer au socialisme et à la gauche dans ses documents de campagne - campe sur des positions opposées !

Qui peut comprendre, alors, que, dans un arrondissement où – fort heureusement –

les dangers de la Droite et du Front national sont écartés, les négociateurs d’EELV aient ainsi conclu un accord contre nature, et cela sans avoir sérieusement examiné la possibilité d’une autre stratégie : une alliance globale avec les listes du Front de Gauche et du GRAM ?

J’ai, pour ma part, fait campagne loyalement, avant le premier tour, pour EELV. Mais, avec les militantes et les militants écologistes qui m’ont dit leur indignation, je ne saurais aujourd’hui entériner ce qui se passe. Pas seulement parce que je connais l’engagement et le courage de Nathalie Perrin-Gilbert. Pas seulement parce que nous avons subi ensemble la même vindicte et les mêmes méthodes détestables. Mais, parce qu’il faut toujours, d’abord, mettre au centre du débat les questions de fond et se déterminer en fonction d’elles. Au risque, sinon, de conforter le rejet du politique et le repli dans l’extrémisme... Pour toutes ces raisons, je souhaite vivement la victoire de Nathalie Perrin-Gilbert, dimanche, dans le 1er arrondissement de Lyon. Pour qu’un vrai contre-pouvoir existe à gauche à Lyon. Pour qu’un arrondissement lyonnais porte clairement les valeurs d’une gauche citoyenne, écologiste et républicaine.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Michel Durand 22/04/2014 15:02

Je vous souhaite de bien réussir cette proposition de formation, information et réflexion...

Technologos 20/04/2014 19:59

L'association Technologos organise cet été deux rencontres axées sur la question de l'articulation entre idéologie technicienne et productivisme.

* ATELIERS D'ÉTÉ

25-27 juillet, Champoléon (Hautes-Alpes)

Résister au productivisme sans "revenir à la bougie".

Programme, conditions d'hébergement, bulletin d'inscription. :
http://technologos.fr/textes/ateliers_d_ete_2014.php

* ASSISES NATIONALES

12-13 septembre, Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales

Technique, croissance et décroissance.
Le productivisme, idéologie subliminale.

Accès libre, sans inscription

http://www.technologos.fr/textes/assises_nationales_2014.php

---------

TECHNOlogos
Maison des Associations
181, avenue Daumesnil
75012 Paris
contact@technologos.fr