Migrants : absence de dialogue, présence policière, proposition de soins sans explication, confusion : accueil ou reconduite à la frontière

Publié le par Michel Durand

Migrants : absence de dialogue, présence policière, proposition de soins sans explication, confusion : accueil ou reconduite à la frontière
L’Europe, forteresse fermée aux étrangers !

Cette réalité est tellement vraie que les vidéastes et cinéastes s’en sont accaparés.

- Welcom

- Ceuta, douce prison

- Double jeu, une mer de larmes

Vive frontex !

Des lecteurs me communiquent un article sur ce sujet publié par l’Humanité. Drame de l’égoïsme étroit des humains mieux nantis que les autres du Sud.

Effectivement, l’Europe se comporte aujourd’hui comme jadis l’Empire romain. « Le limes était la frontière renforcée de l'Empire romain. Des forts, des fossés, des routes, des palissades et parfois de véritables murs comme dans les Iles britanniques (mur d'Hadrien) devaient protéger le monde romain des incursions et des invasions barbares ». On parle souvent du Nord de l’Empire, mais il y avait aussi le Sud pour barrer la route aux inconnus du Sahara. J’en ai déjà parlé.

Jean-François Corty, directeur des missions France de Médecins du Monde revient de Calais où il a pu constater une situation sanitaire alarmante, aggravée par une traque policière sans relâche. Il dénonce l'inhumanité et l'incohérence de la politique migratoire française, notamment envers des personnes fuyant des pays en guerre.

Jean-François Corty, directeur des missions France de Médecins du Monde revient de Calais où il a pu constater une situation sanitaire alarmante, aggravée par une traque policière sans relâche. Il dénonce l'inhumanité et l'incohérence de la politique migratoire française, notamment envers des personnes fuyant des pays en guerre.

Calais, l’Etat traite les migrants comme des chiens

Nous le voyons chaque jour pour de nombreux cas précis. « Les Syriens qui crèvent sous les bombes n’ont pas d’autre alternative que de chercher un avenir en Europe. Il y a une totale incohérence entre le discours du président Hollande qui, dans le champ des relations internationales, exprime une légitime bienveillance vis-à-vis des civils syriens victimes de la guerre et le fait que, sur le territoire français, on les traite comme des chiens ! »

Lire ce article de l’humanité.fr

 

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article