La Forme d'une ville change plus vite, hélas, que le cœur des humains, J. Roubaud. Métro - En ces temps-là, On vous poinçonnait le ticket…

Publié le par Michel Durand

La Forme d'une ville change plus vite, hélas, que le cœur des humains, J. Roubaud. Métro - En ces temps-là, On vous poinçonnait le ticket…

Me voilà de retour à mon clavier d'ordinateur. Mais il se montre un peu paresseux. Sa tête reste accrochée aux semaines précédentes.

Il est vrai que l'urbanisme d'un quartier modèle les esprits. Passer d'un XVIIe siècle révisé au XIXe au XXIe, sommes toutes ce n'est pas simple. Bref, je me donne encore quelques heures d'adaptation dans ce nouvel environnement. Ici beaucoup de voitures et de bus et de tram. Des trottoirs plutôt vides. Là-bas peu ou pas de voitures et beaucoup de gens proches les uns des autres.

La Forme d'une ville change plus vite, hélas, que le cœur des humains, J. Roubaud. Métro - En ces temps-là, On vous poinçonnait le ticket…
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

marie christine girod 05/09/2014 21:05

Christian se joint à moi pour te souhaiter bon courage pour ton emménagement : il n'y a pas besoin de mot quand on voit les deux photos !
Ton désert, si riche et si rempli de beauté et de pensées, et ce désert de ville ! comment relier les deux ? Nous t'embrassons très fort et pensons bien à toi