Jaurès affirme que l’ordre voulu par Dieu ne peut qu’assurer l’égalité et la justice, en particulier sociale « la plupart des hommes ont en effet le nom d’homme, mais ils ne sont en réalité que des bêtes de somme »

Publié le par Michel Durand

Henri Perouze au pupitre du colloque Quelle société voulons-nous ?, de Chrétiens et pic de pétrole

Henri Perouze au pupitre du colloque Quelle société voulons-nous ?, de Chrétiens et pic de pétrole

Henri Pérouze ne résiste pas au plaisir de partager à « ses amis choisis » des extraits de sa dernière lecture. Sur ce blog, vous retrouverez Henri dans le cadre du colloque Chrétiens et pic de pétrole dont j’ai entrepris de donner les entretiens réalisés sur RCF. Je me permets la licence de vous introduire dans ces liens amicaux en recopiant, ci-dessous, son courriel :

"Jaurès le prophète Mystique et politique d’un combattant républicain" Éric Vinson & Sophie Viguier-Vinson, Albin Michel, 2014

Les auteurs font apparaitre le soubassement chrétien inattendu du tribun, sa volonté d’unité par la transcendance, son exigence première de justice, fondement de la démocratie et de l’humanité, pivot de toutes les révolutions sociales, politiques et humanistes.

A l’époque où l'un de ses contradicteurs affirme que «les inégalités sociales sont une loi de la Providence» Jaurès affirme que l’ordre voulu par Dieu ne peut qu’assurer l’égalité et la justice, en particulier sociale « la plupart des hommes ont en effet le nom d’homme, mais ils ne sont en réalité que des bêtes de somme » ... « Il n’y a qu’un moyen à l’heure où nous sommes de sauver l’esprit de vie renfermé dans le christianisme, c’est d’arracher l’humanité à ces injustices extérieures de la société qui paralysent le développement de la vie intérieure, de la vie de pensée et de sympathie ; c’est de réaliser la justice dans l’ordre social pour préparer l’union quotidienne et la pénétration familière des âmes dans l’ordre mystique. Et voilà pourquoi j’indiquais que le socialisme serait une véritable révolution religieuse »

Enjeu de la conscience, de l’intériorité. « La routine de la foi machinale s’ajoute à la routine du travail machinal, et leur âme même est devenue un objet de propriété : elle est possédée par une puissance extérieure » … irréligion des faux dévots et spiritualité des révoltés … « Dernier degré de la servitude : les opprimés trouvent l’oppression licite » !

Éloge de la "modernité" de Rerum Novarum (Léon XIII), vive critique du Syllabus ( Pie X) « Dieu n’étant pas une force extérieure et étrangère, il se manifeste comme le souffle intime de la conscience … libre »

Nécessité d’un fonds philosophique préalable à toute action sociale et politique … Dénonciation d’un christianisme coupé du monde, qui trahit sa mission sociale et morale de relèvement …

Enjeu de réappropriation du travail, de la terre, du capital … souci de l’autre, individuellement et collectivement …

Citations tirées de « La question sociale, l’injustice du capitalisme et la révolution religieuse » Œuvres de Jean Jaurès, t. II, Le passage au socialisme, 1889-1893, Fayard, 2011

Et avec France culture, cela vous prendra plus de temps :

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article