Que toutes personnes sensibles au devoir d’accueil s’unissent pour dire ensemble l’importance pour un État d’accomplir sa mission !

Publié le par Michel Durand


Chez le père Riffard, l'inaliénable droit d'asile au quotidien

J’ai entendu dire, et il se peut que je l’eusse déjà écrit sur les pages de ce blogue, que seuls les chrétiens (certains) et les gens de gauche (la vraie gauche) portaient le souci d’un accueil respectueux et digne des étrangers migrants loin de chez eux. Migration économique ou politique. Par exemple, ce matin sur France inter, aux informations, j’ai entendu le témoignage d’un Pakistanais qui vit à Paris. Il expliquait sa peur de vivre dans son pays d’origine à cause des Talibans. Hier, mardi 16 décembre, il y eut 141 tués lors d’une attaque des talibans dans une école au Pakistan, une école fréquentée par des enfants de soldats. Je connais des Pakistanais réfugiés à Lyon qui ne veulent pas retourner chez eux par crainte d’être tué alors que la justice française affirme ne pas avoir reçu les preuves évidentes de leur mise en danger. L’OQTF est maintenue.

Oui, cela fait beaucoup de monde à vouloir venir chez nous.

Et ce monde, il est juste de le loger. Ou, tout au moins, ne pas détruire les logements de fortune que les plus habiles se construisent. Nous sommes nombreux à dire qu’au lieu de détruire les bidons-villes à coup de bulldozer, ou de payer quelques nuits d’hôtel, il conviendrait de mettre l’argent à disposition pour rendre salubres les squats et cabanes provisoires. Construire des latrines, des douches, etc…

Donc, chrétiens et extrême gauche portent le souci de l’accueil de l’étranger. L’union de ces personnes constituerait une force de plus haute efficacité. Je pense qu’il y a des réticences de tous les côtés. Ne faudrait-il pas s’éclairer mutuellement pour cerner et cadrer les intentions des uns et des autres ? Les quelques contacts pris dans cette direction me montrent que c’est possible. Les « gentils chrétiens » ont des choses à dire à l’État. Ils le disent. Ils seront plus entendus s’ils s’unissent à ceux et celles qui disent les mêmes choses sans être plus entendus. Je pense au petit de nombre de participants au cercle de silence mercredi dernier place des Terreaux (Lyon) et au petit nombre de Jamais sans toit, devant la préfecture de Lyon ce même jour. Prochain rendez-vous ce soir à 17, rue Paul Cazeneuve, LYON 8.

Je trouve étrange que le préfet de Lyon puisse s’adresser à l’Église par la voix de son évêque pour obtenir des locaux à mettre à la disposition des familles qui dorment dans la rue. Plus étrange encore que l’Eglise accepte de se faire le relais de cette demande d’urgence. Chrétiens donnez-nous des bâtiments vides, l’État payera les frais !

Comment pouvons-nous collaborer à la démission des pouvoirs publics. Ils disent ne pas avoir de locaux, mais il y a école, caserne, hôpital, centre administratif…

Voici le texte de la lettre de l’évêque envoyée à tous les curés, les mouvements et associations chrétiennes catholiques.

Message du cardinal Philippe Barbarin
Aux curés de paroisse. Aux communautés religieuses. Aux mouvements et aux associations

Chers amis, Le Préfet de Région, Jean-François Carenco, m’a demandé hier si l’Église Catholique pouvait mettre des locaux à disposition pour l’accueil de 100 à 150 personnes.

La Préfecture prendrait en charge les frais de chauffage, d’électricité et les équipes sociales nécessaires à l’encadrement d’un tel accueil, tout en s’engageant à restituer les locaux, en l’état, le 15 avril.

Actuellement les services du diocèse cherchent eux-mêmes des lieux, mais je tenais à vous partager cet appel...

Je relisais ces dernières heures quelques lignes du fondateur de Notre-Dame des sans-abri, puisque le pape François reçoit samedi Les Amis de Gabriel Rosset : « on aime les sans-abri du moment qu’on les abrite. »

Merci de l’attention que vous porterez à ce message et belle route à chacun vers Noël !

Philippe card. Barbarin

PS : merci d’adresser vos propositions ou avis à p.durieux@lyon.catholique.fr

Que toutes personnes sensibles au devoir d’accueil de l’étranger s’unissent pour dire ensemble l’importance pour un État d’accomplir sa mission !

Médiapart : « François Hollande a inauguré le Musée de l'Histoire de l'Immigration avec un long discours célébrant l'immigration comme une richesse pour le pays, fort de se distinguer de ses adversaires politiques qui font souffler des "vents mauvais sur la France et l'Europe". Les associations de défense des droits des migrants ne sont pas pour autant convaincues par le projet de réforme du droit d'asile examiné début décembre à l'Assemblée Nationale. Et derrière la question de l'asile, c'est la systématisation de l'enfermement des migrants irréguliers qui vient salir l'image de la France comme terre d'accueil. »

 

Publié dans Politique

Commenter cet article

Papybook 17/12/2014 13:11

Beaucoup de belles paroles de notre Président sur le passé de l'immigration mais aujourd'hui, des enfants sont enfermés avec leurs parents dans les centres de rétention et les migrants ne sont pas les bienvenus.