De la chute de l’Empire romain à l’aveuglement de l’Occident qui continue à foncer droit dans le mur par refus de voir la réalité

Publié le par Michel Durand

De  la chute de l’Empire romain à l’aveuglement de l’Occident qui continue à foncer droit dans le mur par refus de voir la réalitéDe  la chute de l’Empire romain à l’aveuglement de l’Occident qui continue à foncer droit dans le mur par refus de voir la réalitéDe  la chute de l’Empire romain à l’aveuglement de l’Occident qui continue à foncer droit dans le mur par refus de voir la réalité

Cette page a été rédigée avant que j'entende les informations de 13 heures.

Dans les milieux écologistes de l’objection de croissance, j’ai remarqué que l’on comparait assez souvent la situation actuelle à celle de la chute de l’Empire romain. Juste comparaison.

L’occident, aujourd’hui, avec sa soif du toujours plus : plus de travail, plus de richesse, plus de croissance, plus de consommation va droit dans le mur.

Thierry Sallantin en juin 2012 écrivait :
« Il ne faut pas simplement changer de "mode de développement", il faut carrément se débarrasser du développement, donc surtout pas le rendre "durable". Les races supérieures, les civilisés, les développés doivent cesser d'inculquer au reste du monde leur mode de vie suicidaire qui nous précipite tout droit dans le mur des échéances écologiques, le mur de l'épuisement des ressources non renouvelables liquides, gazeuses ou minérales, le mur de létalité des pollutions de l'air, de l'eau, de l'alimentation, les plus graves étant la pollution radioactive et celle conduisant au réchauffement du climat et à l'acidification des océans. Il faut cesser de croire à notre supériorité, arrêter de croire que nous sommes "en avance", arrêter de définir nous-mêmes le sens de l'histoire, de pratiquer le « vol de l'histoire » pour reprendre le titre de l'ouvrage de Jack Goody (Gallimard 2010) ». Lire tout le texte.
Je ne connais pas Thierry Sallantin (militant écolo depuis 1967). Son apocalypse souligne un regard radical qui semble accuser les religions monothéistes de tous les malheurs actuels : « Le ver était déjà dans le fruit lorsque le monothéisme nous a gonflé d'orgueil à la fois vis-à-vis des "païens" et à la fois vis-à-vis des habitants non-humains de cette planète », mais la bibliographie qu’il donne ressemble à ce que j’ai l’habitude de lire avec CPP. Alors, cela m’encourage à ne pas ignorer la façon dont il pose le problème : « conférence de Rio – le développement durable, c’est le problème, pas la solution. »

L’Empire romain à sa chute était miné de l’intérieur par la perte de conscience devant le délitement des valeurs morales et à l’extérieur par la puissance et le dynamisme des barbares. Burgondes, Lombards, Mérovingiens, Francs, Vandales, etc. eurent l’intelligence de prendre aux Romains ce qui leur semblait bon et ils conquirent le monde méditerranéen. La place était libre.

L’actuel Occident, dans la poursuite de ses illusions productivistes et consuméristes, dans le non-regard lucide sur le commerce des armes, laisse le terrain aux conséquences de sa politique. « Boko Haram » signifie : l'éducation occidentale est un péché. Et parler de Daech, c’est désigner ce qui écrase de son pied. On fait dire à  Attila « Là où passe mon cheval, l'herbe ne repousse pas. »

Aujourd’hui, pour ne pas être anéantie, la fuite est exigée. Nous le vivons chaque jour avec le constat que le nombre de migrants augmente et augmentera.

C’est sur ce terrain de l’accueil de l’étranger que la conscience d’une lutte contre la croissance rejoint le devoir d’accueil fraternel et universel.

Autrement dit, si nous, occidentaux, nous ne changeons pas de mode de vie, nous maintenons la situation qui engendre des guerres que la puissance militaire et policière ne pourra plus maintenir hors des frontières européennes. Frontex, pas plus que les limes romaines, ou les murs (contre la Palestine, contre le Mexique) ne peuvent maintenir les forces nouvelles.

Le point de vue du collectif :  Parti-e-s Pour La Décroissance
Pour une Décroissance sereine, soutenable et surtout conviviale !

Nous étions dans un parti et avons su le transformer en collectif à travers nos réflexions, échanges et notre mode de fonctionnement artisanal, collectif, horizontal, cogéré et surtout convivial.Avec humilité, humour et auto-critique, nous essayons de colporter avec cohérence les idées de la Décroissance, ses projets, ses programmes, ses chemins, ses méthodes … dans le respect de nos diversités.

Commenter cet article

Blaise 07/01/2015 16:09

L’évaluation précise des facteurs qui ont entraîné l’effondrement de l’Empire romain est une entreprise difficile ; au moins peut-on dire avec une certaine assurance que celui-ci est mort de sa propre disproportion : c’est sa lourdeur administrative et fiscale, son armée terriblement coûteuse, son incapacité à gérer et à contrôler efficacement ses immenses territoires qui lui ont été fatals.

Blaise 07/01/2015 15:41

Dans un entretien accordé à Sylvie Kaufmann, l’historien indien Sanjay Subrahmanian s’est montré très critique à l’égard de Jack Goody, « qui a fait de très mauvais livres, d'une incompétence étonnante, mais idéologiquement ils se tiennent : tout a été inventé en Orient. » (Le Monde, 13-10-2011)

Je crois qu’il a raison. Jack Goody continue de faire de l’Européocentrisme ; il force les comparaisons pour qu’elles cadrent avec les conceptions et le cadre de références occidentaux. Il ne lui vient pas à l’esprit que les autres cultures pourraient nous enrichir, nous apporter quelque chose que nous n’avons pas, ou que nous avons perdu ; que ce qui motive le sentiment de supériorité de beaucoup d’européen devrait être évalué de manière plus critique. Bref, pour Goody la civilisation européenne demeure l’horizon indépassable de notre temps.