Le loup habite avec l’agneau, le léopard se couche près du chevreau, le veau et le lionceau sont nourris ensemble, un garçon les conduira

Publié le par Michel Durand

La tentation au désert. Duccio di Buoninsegna. XIVe.

La tentation au désert. Duccio di Buoninsegna. XIVe.

Pour mes lectures études d’Évangile de ce premier dimanche de Carême, je suis -bien évidemment, je le reconnais- fortement imprégné de ma perception catastrophiste de l’actualité. J’ai traduit celle-ci, ces derniers temps, en un regard apocalyptique inquiet sur l’avenir. Une troisième guerre mondiale est arrivée.

Les courants écologistes radicaux fréquentent assidument de telles perspectives. Est-ce la peur du futur qui va fournir l’audace des changements nécessaires ? Est-ce la crainte de la fin du monde qui va déterminer la volonté de changer de cap ?

Je pense que, plus que la peur, c’est la conviction tout intérieure que Dieu nous accompagne sans cesse qui va déposer en nous les conditions d’actes possibles pour un changement. Le courage d’agir pour qu’il dure prendra sa source non dans la crainte, mais dans l’expérience, du compagnonnage permanent avec Jésus le Christ.

Ainsi je lis et relis l’évangile de ce premier dimanche de Carême avec ses parallèles synoptiques.

  • Jésus au désert

Marc 1
12 Aussitôt l’Esprit pousse Jésus au désert
13 et, dans le désert, il resta quarante jours, tenté par Satan.
Il vivait parmi les bêtes sauvages, et les anges le servaient.

Luc 4
01 Jésus, rempli d’Esprit Saint, quitta les bords du Jourdain ; dans l’Esprit, il fut conduit à travers le désert
02 où, pendant quarante jours, il fut tenté par le diable. Il ne mangea rien durant ces jours-là, et, quand ce temps fut écoulé, il eut faim.
03 Le diable lui dit alors : « Si tu es Fils de Dieu, ordonne à cette pierre de devenir du pain. »

04 Jésus répondit : « Il est écrit : L’homme ne vit pas seulement de pain. »

Matthieu 4
10 Alors, Jésus lui dit : « Arrière, Satan ! car il est écrit : C’est le Seigneur ton Dieu que tu adoreras, à lui seul tu rendras un culte. »
11 Alors le diable le quitte. Et voici que des anges s’approchèrent, et ils le servaient.

  • Diverses notes m’aident à la compréhension du message :

Le premier acte de Jésus sous la puissance de l’Esprit-Saint est qu’il se sent poussé au désert pour affronter le pouvoir de Satan. Avant d’entreprendre ses tournées pour annoncer la Bonne Nouvelle (l’Évangile) il désire rencontrer Dieu, son Père. Il souhaite, en effet, dans la solitude s’entretenir avec lui. Ne voyons-nous pas Jésus, avant chaque phase importante de sa courte vie, partir en un endroit désert, se mettre à l’écart, pour prier ? En cet instant, il communie intensément avec l’Amour.

Dieu-Père, plénitude de Miséricorde, souhaite l’harmonie de tout ce qui existe, résultat de sa création, sur Terre. Dieu veut l’unité de tout. Et Jésus, le Christ, se rapproche du Père pour s’assurer du Message qu’il transmettra. Alors, Satan, le diable, le diviseur, l’ennemi opposé à Dieu et à l’établissement de son règne se manifeste.

La bonne Nouvelle est une force tellement « forte » que le Christ sortira vainqueur de cette épreuve.

« Il vivait parmi les bêtes sauvages ».

Normalement, l’homme au désert est dévoré par les bêtes sauvages. Ces animaux qui montrent la désolation du désert -le seul endroit où seules les espèces sauvages peuvent vivre- ne font pas de mal au Fils de Dieu. Alors, si Jésus, le fils de Marie vit parmi les bêtes sauvages, c’est que l’harmonie est retrouvée. Nous voyons, ici, une anticipation de l’harmonie du monde sous la royauté du Messie. Annoncée, la Bonne Nouvelle apporte la paix.

Isaïe 11, 6

Le loup habitera avec l’agneau, le léopard se couchera près du chevreau, le veau et le lionceau seront nourris ensemble, un petit garçon les conduira. La vache et l’ourse auront même pâture, leurs petits auront même gîte. Le lion, comme le bœuf, mangera du fourrage. Le nourrisson s’amusera sur le nid du cobra ; sur le trou de la vipère, l’enfant étendra la main. Il n’y aura plus de mal ni de corruption sur toute ma montagne sainte ; car la connaissance du Seigneur remplira le pays comme les eaux recouvrent le fond de la mer.

 

  • L’homme ne vit pas seulement de pain

Le temps de carême est un temps de proximité avec Dieu pour que se réalise cet avenir radieux et je demeure persuadé que les plus radicaux des écologistes, pour aujourd’hui, montrent, en partie, suite à nos discernements, le chemin à prendre. C’est donc dans cette orientation que je placerais « le jeune pour le climat ».

Le carême est un temps pour grandir dans notre foi en Dieu et marcher vers Pâques où nous célébrerons le Christ mort et ressuscité pour nous. Dans cet esprit, le carême nous invite à des moments de pénitence. Il faut savoir que le mot pénitence vient du grec metanoia ; ce qui veut dire conversion. La conversion est plus qu’une démarche intellectuelle, c’est une ouverture du cœur vers Dieu.

Ces quarante jours invitent et incitent à nous tourner ou à nous retourner vers Dieu. Pour nous y aider, l’Église propose trois formes de pénitence : l’aumône, la prière et le jeûne. À noter que tous ne sont pas appelés à ces formes de pénitence. Certaines personnes ne peuvent partager, car elles sont miséreuses. D’autres ne peuvent jeûner à cause de leur santé ou de leur âge, mais, comme catholiques, nous avons tous à choisir les formes de pénitence qui nous conviennent pour grandir dans la foi, la charité et l’espérance en Christ Jésus. (André Sansfaçon)

 

  • et les anges le servaient

Le service des anges  est le signe  de l’assistance divine. Il est promis, avec la domination sur les bêtes, à qui se fit en Dieu.

Ps 90, 11-13

il donne mission à ses anges de te garder sur tous tes chemins. Ils te porteront sur leurs mains pour que ton pied ne heurte les pierres ; tu marcheras sur la vipère et le scorpion, tu écraseras le lion et le Dragon.

Jésus apparaît bien comme le vainqueur de l’épreuve.

_____

Les notes de la TOB indiquent que l’épreuve-tentation est, en Marc, un combat mené pendant tout le séjour au désert, tandis qu’elle vient au terme de ce séjour en Mt et Lc. On lit également que les 40 jours représentent une période assez longue dont on ne connait pas la durée exacte. Ici cela évoque peut-être le temps que Moïse passa sur la montagne

Ex 34, 28 : Moïse demeura sur le Sinaï avec le Seigneur quarante jours et quarante nuits ; il ne mangea pas de pain et ne but pas d’eau. Sur les tables de pierre, il écrivit les paroles de l’Alliance, les Dix Paroles.

Elle symbolise probablement les 40 années qu’Israël passa dans le désert

Nombre 14, 34 Vous avez exploré le pays pendant quarante jours, chaque jour vaudra une année : vous porterez donc le poids de vos fautes pendant quarante ans, et vous saurez ce qu’il en coûte d’encourir ma réprobation.”

Auxquels se rapprochent déjà les 40 jours de marche d’Élie

1 Roi 19, 08 Élie se leva, mangea et but. Puis, fortifié par cette nourriture, il marcha quarante jours et quarante nuits jusqu’à l’Horeb, la montagne de Dieu.

 

  • Début de l’annonce

Marc 1
14 Après l’arrestation de Jean, Jésus partit pour la Galilée proclamer l’Évangile de Dieu ;
15 il disait : « Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à l’Évangile. »

Matthieu 4
17 À partir de ce moment, Jésus commença à proclamer : « Convertissez-vous, car le royaume des Cieux est tout proche. »

Marc note au tout début de son évangile le thème fondamental de la prédication de Jésus. L’Évangile de DIEU.

Rm 1, 1 :
Paul, serviteur du Christ Jésus, appelé à être Apôtre, mis à part pour l’Évangile de Dieu, à tous les bien-aimés de Dieu qui sont à Rome.

2 Co 11, 7 :
Aurais-je commis une faute lorsque, m’abaissant pour vous élever, je vous ai annoncé l’Évangile de Dieu gratuitement ?

 

Note de la TOB : Non seulement la Bonne Nouvelle vient de Dieu, mais elle est force de Dieu pour le salut et proclame l’action de Dieu en Jésus-Christ. Proclamer l’Évangile de Dieu définit la tâche de l’apôtre. Telle est la continuité entre la mission de Jésus et celle des apôtres.

C’est dans cette Bonne Nouvelle que nous trouvons la force, le courage de choisir et d’accomplir les changements indispensables au monde d’aujourd’hui et de demain.

Le temps est venu pour que Dieu puisse accomplir ses promesses. Il le fait par l’engagement de ses fidèles. Ainsi, la prédication de Jésus est résumée en des termes qui suggèrent qu’elle se continue dans la prédication chrétienne qui dit que le moment est arrivé de la conversion, de l’accueil de l’Évangile par la foi.

Le carême est marche vers Pâque. La Bonne Nouvelle de l’approche du règne de Dieu devient, après Pâques celle du salut offert en Jésus-Christ.

L’Univers trouve son harmonie tant dans les relations entre tout ce qui se vit sur Terre et tous ceux qui vivent sur Terre que dans les liens tissés depuis la terre avec ceux qui habitent dans l’inconnu de Dieu et tout ce qui se vit en son Royaume.

Publié dans évangile

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article