Soyons solidaires de celles et ceux que l’Europe évacue

Publié le par Michel Durand

Soyons solidaires de celles et ceux que l’Europe évacue

En conscience,

le cri du silence

manifeste l’urgence :

Liberté, égalité, fraternité !

Justice universelle

300 personnes environ ont exigé, dans le silence :

DES PAPIERS + UN TOIT

Cercle de silence , 13 mai 2015, Lyon - place des Terreaux

À Lyon, 10 -14 - 16 avril = un immeuble vidé de ses habitants par la police ; deux terrains évacués de ses occupants vivant sous abris précaires. Sous nos yeux, des familles entières, des hommes, des femmes, des mineurs sont abandonnés sur le trottoir, leurs affaires en partie détruites, n’ayant reçu aucune proposition de relogement. En Méditerranée, 19 avril : Ils se sont noyés en rêvant de l'Europe. Le massacre de la Méditerranée. La honte de l'Europe titre la presse italienne.

Suite à cet ultime drame, le Conseil européen s’est contenté de tenter de mettre l’Union européenne et ses États membres à l’abri des migrants en renforçant la protection de ses frontières.

31 associations d’aides aux migrants le déclarent avec colère : « À ces milliers d’êtres humains en quête de lieux pour seulement vivre, les chefs de gouvernement européens n’ont qu’un seul message à envoyer : “Sécurité !”. Ils n’ont pas cherché à sortir d’une concurrence entre les États membres, essayant chacun de prendre le moins possible des migrants après avoir rejeté tous les autres. Quant au mot “accueil”, il ne fait pas partie du vocabulaire des chefs de gouvernement.

Voilà ce que, en cette place des Terreaux, nous constatons et, en conscience, ne pouvons admettre : “Lutte contre l’émigration avec l’appui des pays tiers, reconduite à la frontière, refoulement, rétention dans les centres spécialisés, pénalisation de l’entrée…” Le Conseil européen en prenant ces mesures honteuses considère que sa responsabilité n’est pas engagée. Il ajoute ainsi aux morts son propre déshonneur ».

Les associations et organisations qui à travers l’Europe défendent les droits de toute personne à vivre quelque part en sûreté ne peuvent l’accepter. Nous ne pouvons que nous opposer à cette politique mortifère.

Comme tous les cercles précédents, le cri du silence est là pour soutenir les occupations d’écoles, les personnes accueillies dans des lieux précaires afin de pallier les carences de l’Etat : trouver une solution d’hébergement à toute personne, quelle que soit sa situation administrative.

Plus d’info 

 

Publié dans Politique, migration

Commenter cet article