Citoyennes citoyens, méfiez-vous des curés. Ils gardent en tête l’esprit de croisade contre la liberté individuelle

Publié le par Michel Durand

Biennale d'art sacré actuel, Saint-Polycarpe, Lyon, 2013

Biennale d'art sacré actuel, Saint-Polycarpe, Lyon, 2013

 

Diable ! Je me suis réveillé ce matin avec cette phrase ancrée dans ma mémoire. Impossible de l’effacer.

Il est vrai que la veille, me trouvant à l’intérieur d’une Mairie, j’ai entendu le murmure des murs qui disait qu’il fallait se méfier des gens d’Église. Les phrases prononcées étaient claires. J’y ai retrouvé des conversations avec des élus et des salariés municipaux que j’avais eues à propos de l’église du Bon Pasteur. (Pour avoir des informations sur l’affaire du Bon Pasteur, il est simple de suivre ce lien). J’y ai même entendu que les cadres de l’Église étaient en accord avec la position municipale puisqu’ils demandaient aux chrétiens de bien respecter la Loi de 1905. Séparation de l’Église et de l’État. Les édifices servant à l’exercice public du culte doivent être exclusivement affectés à un usage cultuel.

Selon les voix émanant des murs municipaux, une lecture d’une lettre de Jean, accompagnée d’une interprétation musicale sur clavecin relèverait du culturel et n’aurait donc pas sa place dans un lieu exclusivement dédié au culte. À cette écoute, je me demande ce que serait un culte sans culture. Selon moi, culte et culture sont très intimement liés. Je m’en suis souvent expliqué dans les pages de ce blogue.

Par honnêteté, je dois également écrire que d’autres murs municipaux, par exemple ceux des affaires culturelles et du patrimoine, ont énoncé des avis différents. Mes oreilles ont ainsi perçu que le curé est libre de ses choix pastoraux. Il peut établir dans son église le patronage qu’il souhaite. Chorale, théâtre, peinture, sculpture sont des éléments culturels librement choisis par lui au service de l’évangélisation qui relève de sa mission.

« Que non, disent d’autres municipaux ». Mes oreilles n’osent écouter le murmure des parois, et pourtant, je dois bien reconnaître ce que j’ai entendu : « Messieurs les curés, vous n’avez pas le droit de faire (ou de faire faire) du catéchisme dans l’église que l’État a affectée au culte catholique, pas le droit non plus dans les locaux attenants à cette église, également affectés au culte, car le catéchisme appartient au domaine de la culture et vous n’êtes pas sans savoir que l’église est exclusivement affectée au culte ».

En fait, ce que mes oreilles ont entendu transpirés des parois semble bien être la réplique d’écrits reçus à propos des bâtiments églises du quartier. Par exemple : « Nous vous confirmons… l'entretien que nous avons eu avec…  concernant l'utilisation par votre association de l'église Saint-Polycarpe des pentes de la Croix-Rousse.

En effet la Ville de Lyon, dans son rapport de la Commission de Sécurité des ERP… nous interdit l'exercice de toutes activités « culturelles » dans l'enceinte de la paroisse. Nous vous serions reconnaissants de bien vouloir quitter les lieux que vous occupez dans le plus bref délai, la Ville de Lyon nous ayant donné comme date butoir le 14 avril 2016 ».

Quelle activité culturelle au service de l’annonce de l’Évangile s’opposerait à ce point au culte pour que l’on ne puisse l’exercer dans un bâtiment-église affecté au culte catholique dans la ligne de la loi de 1905 ?

Pour tenter de répondre à cette question, je me suis renseigné et j’ai effectivement entendu des chrétiens engagés dans la catéchèse des enfants dire que si le catéchisme appartenait au domaine culturel interdit dans un édifice affecté au culte, ça n’avait aucune importance, car les séances de catéchisme deviendront simplement des groupes de prière. Tout en reconnaissant que cette attitude est justement pragmatique, je ne la partage, car il me semble que le problème est gravissime et que nous avons le devoir d’en découvrir la source.

De la même façon qu’un centre culturel peut sortir de sa vocation associative reconnue par la Loi 1901, en devenant centre religieux, la paroisse ne risque-t-elle pas de déborder de sa mission en s’ouvrant par le culturel, la connaissance artistique et philosophique au Politique ? À l’image des courants salafistes, elle encouragerait l’esprit de croisade dans la reconquête d’une chrétienté d’un autre temps. Bref, la laïcité serait en danger.

 

Biennale d'art sacré actuel, église Saint-Thomas, Vaulx-en-Velin 2013

Biennale d'art sacré actuel, église Saint-Thomas, Vaulx-en-Velin 2013

Ce que j’avance dans cette page est-ce déraisonnable ?

Osant cette publication, j’en appelle à la réflexion et au discernement de toutes et de tous. Et, par le fait même, je désire que la clarté soit établie sur la reconnaissance d’une réelle laïcité. Voilà une (nouvelle) première ébauche de ma réflexion et de mon désir d’atteindre une meilleure compréhension des rapports culte/culture.

On demande à Confluences-Polycarpe de quitter les lieux dans le plus bref délai. Cela n’est pas possible avant la fin de la saison 2015-2016 car nous avons des engagements avec des personnes ; nous devons respecter ces gens. Mais ceci dit, je signale qu’au cours de l'AG ordinaire du 30 mars 2016, les membres de Confluences ont voté à l'unanimité le départ des locaux sis au 25 rue René Leynaud. Ce sera dans la deuxième quinzaine de juillet.

Dans l’immédiat, par respects des personnes concernées, les préavis sont nécessaires. Nous ne pouvons pas sans respecter les engagements procéder à ce qui semblerait à des expulsions. Ce délai respecté, il sera possible de remettre les clés et de clore, en ce lieu, le dialogue avec les artistes conduits avec le service catholique arts, cultures et foi.

La question culte / culture que j'ai déjà eu l'occasion d'aborder avec l'affaire du Bon Pasteur, dépasse largement le seul domaine de Saint-Polycarpe. Elle concerne toute l'Église et au non de l'Évangile nous ne pouvons pas suivre une lecture étroite et erronée de la Loi de 1905. Écrire que "la Ville de Lyon... interdit l'exercice de toutes activités "culturelles" dans l'enceinte de la paroisse" demande réflexion. 

Je m'y emploie. 

Assurément, j’aurais l’occasion de reprendre ce thème : culte, culture, laïcité, individu et communauté. Le culte, la culture et religieux au sein de la vie sociale.

Publié dans Art, Eglise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article