Un marché complètement libre ne fonctionne pas. Il lui faut un tiers, l’État, pour le contrôler : économie sociale de marché

Publié le par Michel Durand

Guillaume Goubert et Sébastien Maillard présentant La Croix au pape le 9 mai 2016

Guillaume Goubert et Sébastien Maillard présentant La Croix au pape le 9 mai 2016

Que je sois avec les militants qui travaillent à l’accueil des migrants ; que je sois avec des militants de la cause écologique ou de l’interrogation fondamentale du capitaliste, je ne vois rien d’autre d’important et de fondamentale à dire que ce que François exprime. Son message est fort, clair, à prendre immédiatement pour le concrétiser.

Pourquoi n’en est-il pas ainsi ? Et l’on se demande d’où proviennent haines et violences ?

La Croix : … L’Europe peut-elle accueillir tant de migrants ?

 

Pape François : C’est une question juste et responsable parce qu’on ne peut pas ouvrir grand les portes de façon irrationnelle. Mais la question de fond à se poser est pourquoi il y a tant de migrants aujourd’hui. Quand je suis allé à Lampedusa, il y a trois ans, ce phénomène commençait déjà.

Le problème initial, ce sont les guerres au Moyen-Orient et en Afrique et le sous-développement du continent africain, qui provoque la faim. S’il y a des guerres, c’est parce qu’il y a des fabricants d’armes – ce qui peut se justifier pour la défense – et surtout des trafiquants d’armes. S’il y a autant de chômage, c’est à cause du manque d’investissements pouvant procurer du travail, comme l’Afrique en a tant besoin.

Cela soulève plus largement la question d’un système économique mondial tombé dans l’idolâtrie de l’argent. Plus de 80 % des richesses de l’humanité sont aux mains d’environ 16 % de la population. Un marché complètement libre ne fonctionne pas. Le marché en soi est une bonne chose mais il lui faut, en point d’appui, un tiers, l’État, pour le contrôler et l’équilibrer. Ce qu’on appelle l’économie sociale de marché.

Revenons aux migrants. Le pire accueil est de les ghettoïser alors qu’il faut au contraire les intégrer. À Bruxelles, les terroristes étaient des Belges, enfants de migrants, mais ils venaient d’un ghetto. À Londres, le nouveau maire (Sadiq Khan, fils de Pakistanais, musulman, NDLR) a prêté serment dans une cathédrale et sera sans doute reçu par la reine. Cela montre pour l’Europe l’importance de retrouver sa capacité d’intégrer. Je pense à Grégoire le Grand (pape de 590 à 604, NDLR), qui a négocié avec ceux qu’on appelait les barbares, qui se sont ensuite intégrés.

Cette intégration est d’autant plus nécessaire aujourd’hui que l’Europe connaît un grave problème de dénatalité, en raison d’une recherche égoïste de bien-être. Un vide démographique s’installe. En France toutefois, grâce à la politique familiale, cette tendance est atténuée.

voir aussi ici

 

 

Commenter cet article