Dans les Églises des quartiers il est peu parlé efficacement des migrants, des étrangers, des personnes isolées et en difficultés

Publié le par Michel Durand

Dans les Églises des quartiers il est peu parlé efficacement des migrants, des étrangers, des personnes isolées et en difficultés

source de la photo

Je vous invite  regarder la vidéo ci-dessous. Certes pour en saisir toutes les dimensions, il conviendrait d’avoir une meilleure connaissance des personnes qui habitent cette rue, ce quartier. Quoi qu’il en soit, je ne peux cacher le sentiment de révolte qui monte en ma conscience. 

 

Dans ma conférence sur l’installation du bâtiment église dans les premiers siècles de l’ère chrétienne, je précise que la « maison-église » au service de l’Église comprend quatre pièces essentielles : l’espace pour les baptêmes, proche de la porte d’entrée, l’espace de l’enseignement de la Parole de Dieu (l’Évangile), l’espace de la célébration eucharistique, l’espace du service des pauvres, la diaconie. C’est dans cette salle que l’on déposait les offrandes du rassemblement dominical afin de les répartir pendant la semaine à venir auprès des personnes se trouvant dans le besoin.

Selon cette orientation communautaire et caritative, aujourd’hui toute paroisse devrait disposer d’un local où serait entreposé tout le nécessaire pour subvenir aux besoins des nécessiteux. Une diaconie prise en charge par une dizaine de fidèles du Christ non seulement attentifs à résoudre les problèmes d’urgence, mais aussi soucieux d’intervenir auprès des pouvoirs publics pour subvertir les causes qui engendrent les problèmes. Le Politique s’adjoint à l’humanitaire. Et dans cette tâche, les chrétiens au niveau des quartiers (les paroisses) se donnent les moyens de réussir. Dieu sait qu’avec les inégalités économiques mondiales et les guerres pourvues d’armes fabriquées par les pays riches, les migrants connaissent de nombreux, graves et durables problèmes. Ils ne peuvent vivre chez eux. On les refuse chez nous.

N’y aurait-il pas de chrétiens à Le Chesnay ? N’y aurai-t-il pas de paroisses chrétiennes à Versailles où la mobilisation anti-migrants s’intensifie ? Les migrants sont-ils de dangereux sauvages, des Arabes terroristes ? Chrétiens nous marchons sur la tête et celle-ci écrasée par le poids de nos euros accumulés ne sait plus réfléchir.

Je pensais en cette direction ce samedi au 70ème anniversaire du Secours Catholique. Il y avait quand même peu de monde dans le parc de Gerland. En effet, si une délégation de chaque diaconie paroissiale était venue, une délégation de 10 personnes, cela aurait fait au moins 1000 présents. Comme ces « diacres » ou « diaconesses » ne viennent pas seul, mais accompagnés des personnes rencontrées dans les « diaconies », les salles paroissiales d’aide d’urgence, cela aurait pu faire environ 4000 participants au 70ème anniversaire du Secours Catholique. Bref, ne nous attachons pas aux chiffres. Ils sont là comme symbole pour souligner qu’en fait dans les églises des quartiers (par exemple à la messe du dimanche), il est peu parlé efficacement des pauvres, des migrants, des étrangers, des personnes isolées et en difficultés. La tendance à se débarrasser d’une entraide locale en disant d’aller voir vers les professionnels du Secours Catholique qui centralise les actions me semble problématique. Les chrétiens de Le Chesnay et de Versailles doivent dire : pas de cela ici, allez voir ailleurs. Le combat est à mener sur ce terrain où devrait s’installer une saine Politique. 

Publié dans Eglise, Politique

Commenter cet article

vilain jean-paul 01/06/2016 13:59

C'est vrai que -à personnes étrangères par jour défilant un à un dans une rue étroite, près d'une école, cà risque de poser des problèmes aux parents qui viennent déposer leurs enfants en voiture à la pote de l'école. peut-être qu'il faudrait ouvrir la permanence seulement le samedi et le dimanche !