Il y a un devoir d'accueillir les personnes ayant mis leur espoir dans le risque de la migration

Publié le par Michel Durand

Lyon, cercle de silence de Juin 2016
Lyon, cercle de silence de Juin 2016
Lyon, cercle de silence de Juin 2016

Lyon, cercle de silence de Juin 2016

Ils viennent d’une grande ville de Russie et sont à Lyon depuis 4 ans. Ils sont 4. Les parents et deux enfants, un garçon, classe de 3ème, une fille, en CM2. Très bonne scolarisation.

Ils viennent de recevoir une réponse négative à leur demande de vivre en France. Quatrième refus. Ils ne peuvent retourner au pays qu’ils ont quitté sous la menace de mort : commerce détruit par des pressions mafieuses.

Ils sont d’Albanie, également 4. Un enfant en très bas âge né à Lyon. Ils dorment dans la rue. Se protège de la pluie à Perrache. Connus de Forum réfugié, leur adresse, ils souhaitent surtout avoir de quoi vivre…

Une longue liste de ce type est possible. C’est seulement la rencontre d’un mercredi après-midi juste avant le cercle de silence du mois de juin.

Notons que depuis plusieurs mois, des passants attentifs, prenant le temps de lire le tract me disent après quelques demandes d’explication concernant le but de notre rassemblement : je m’associe à votre silence. Et ils rejoignent le cercle pour quelques minutes.

Plus que jamais, les cercles de silence tenus dans de nombreuses villes disent l’inacceptable et des citoyens le comprennent. Disons le encore plus fortement, car les décideurs ont des oreilles et n’entendent pas, des yeux et ne voient pas. Voir également ici.

Publié dans Politique

Commenter cet article