Ils pensent que pour maintenir les privilèges acquis, mieux vaut "soigner" que d’attaquer à leurs racines les injustices

Publié le par Michel Durand

Ils pensent que pour maintenir les privilèges acquis, mieux vaut "soigner" que d’attaquer à leurs racines les injustices

Source de la photo

Il me faut bien le reconnaître. Le désir de croissance, du toujours plus, l’envie de s’enrichir l’emporte dans la population sur la vie sobre, le partage, l’universelle solidarité. Même en sachant que la multiplication des avoirs n’est pas possible sur une Terre limitée, la majorité des humains continuent à vouloir augmenter leurs possessions. L’adoration du dieu argent l’emporte et la crainte de manquer incite à choisir des gouvernants qui promettent une croissance économique illimitée. Pour atteindre ce but, François Fillon veut en finir avec la durée légale du travail à 35 heures, « dans les toutes premières semaines du quinquennat ». Selon lui, il faut revenir aux 39 heures, payées 37 heures en échange du maintien de l’emploi. Et l’âge de la retraite devra être porté à 65 ans.

Cette volonté de croissance impérialiste rapproche François Fillon des puissances productivistes. Il veut ainsi, un rapprochement franco-russe. Il a, par exemple, noué une relation privilégiée avec Vladimir Poutine, « un patriote russe » avec qui il dit vouloir entretenir des relations « franches et solides ».

Serait-ce pour favoriser le commerce des armes qu’il a approuvé l’intervention militaire russe et soutient l’idée d’une « coalition internationale » incluant la Russie, l’Iran et Bachar Al Assad contre « le totalitarisme islamique » ? Ou alors, il souhaite s’associer toutes les tendances de droite en pointant une déviance de la religion musulmane.

Afin de montrer le refus de tout étranger sur le territoire européen et de s’associer l’appui de la droite catholique (y compris l’extrême droite) François Fillon dit : « Nous n’avons pas fait le choix du communautarisme, du multiculturalisme ». «  Je veux que les étrangers qui viennent s’installer dans notre pays s’intègrent, s’assimilent, respectent l’héritage culturel qui est le nôtre, car c’est une revendication extrêmement forte, profonde au fond de l’âme française que de conserver nos repères, nos valeurs, une forme d’identité, naturellement qui a évolué, dans un monde qui est un monde ouvert, mais qui ne doit pas disparaître ». « L’assimilation est la condition d’accès à la nationalité française ». Alors, il faut renforcer le contrôle des frontières extérieures de Schengen en créant un corps de garde-frontières et en triplant le budget de Frontex. L’argent ne peut être utilisé pour bien accueillir autrui. Il doit renforcer les murs qui nous séparent. L’État israélien ne peut que trouver un appui et multiplier des colonies expulsant hors de leur terre nombre de paysans.

En bref, l’argent soutient l’impérialisme.

La droite opte pour un candidat qui développe un programme résolument libéral sur le plan économique. Des catholiques de droite soutiennent cet engagement politique. Est-ce parce que, en même temps, il y a des promesses de protection de la famille, de maintien des valeurs ? Quelles valeurs ?

Certes, ces catholiques voient les méfaits d’une politique productiviste. Ils connaissent la doctrine sociale de l’Église. Alors, pour pallier aux dégâts du productivisme et de l’impérialisme économique, ils organisent des secours. Les actions caritatives, les bonnes œuvres propres au paternalisme se maintiennent. Nous les connaissons depuis le XIXe. Selon eux, pour maintenir les privilèges acquis, mieux vaut soigner que d’attaquer à leurs racines les causes et dégâts d’une politique vouée à la croissance économique. Soignons les méfaits du productivisme, mais ne le remettons pas en cause. Le film de Ken Loach, Moi Daniel Blake, en est une dramatique illustration.

J’ai lu quelque part : « Pro-Poutine bon teint, conservateur proche de la Manif pour tous, François Fillon est surtout un fan assumé de Margaret Thatcher, Premier ministre du Royaume-Uni de 1979 à 1990, figure incontournable de la révolution libérale des années 80, au même titre que Ronald Reagan ».

Est-ce vraiment cela qu’une majorité populaire souhaite ? Est-ce vraiment cela que souhaite la droite chrétienne ? Si oui, comme je le disais il y a quelque temps, je comprends que le profil hitlérien puisse légalement obtenir le pouvoir.

 

Commenter cet article

Mathieu 13/12/2016 21:31

Merci Michel.
C'est dur de se laisser aller jusqu'au bout de l'article d'accepter cette lecture de notre monde d'aujourd'hui mais c'est tellement vrai aussi.

Un peu comme dans l'évangile de lundi quand Jesus demande aux grands prêtes de qui lui vient son autorité. Difficile pour eux de dire leur vision du monde theorique qui ne colle pas avec la réalité vue par le peuple. Plus facile de ne rien dire...

Merci Michel de garder le débat ouvert de mettre nos yeux au delà du quotidien.

Michel Durand 16/12/2016 21:03

C'est dur, oui, mais voir le réel est nécessaire. merci pour votre commentaire

Michel Durand 14/12/2016 12:34

Effectivement, que le débat soit ouvert. Un projet de rencontre sur ce point se pense avec des membres de la famille du Prado. J'espère qu'il va aboutir.