La Joie de l'amour ! Plongeons dans la Parole de Dieu et regardons la vie familiale comme une œuvre artisanale toujours perfectible

Publié le par Michel Durand

La Joie de l'amour ! Plongeons dans la Parole de Dieu et regardons la vie familiale comme une œuvre artisanale toujours perfectible

source de l'image

Jean Delarue est diacre associé au Prado du diocèse de Créteil. Son évêque lui a confié la mission d'accompagner les personnes qui ont vécu la blessure d'une séparation ou d'un divorce. Je relate ici quelques points de sa réflexion suite à la lecture de l'exhortation du Pape François sur la famille.

La joie de l’amour

C'est avec beaucoup de joie et de gratitude que j'ai lu l'exhortation apostolique du Pape François sur la famille : « Amoris Laetitia » (La joie de l'amour) rendue publique le 8 avril 2016. C'est un très beau texte sur l'amour, les familles, l'amour dans le mariage, l'éducation, qui fixe de nouvelles perspectives et orientations pour la pastorale des familles dans un langage nouveau et qui donne des repères de discernement pour accompagner toutes les familles et en particulier les plus fragiles.

1. Le Pape François invite l'Église à changer son regard sur les familles.

Le Pape François invite l'Église à porter un regard réaliste et positif sur les familles et à poser le même regard bienveillant que celui de notre Seigneur. Dès le début de l'exhortation, le ton est donné : le Pape François nous invite à poser un regard plein d'amour sur les familles « car elles ne sont pas un problème, elles sont d'abord une opportunité »1. Il appelle chacun, à travers la lecture de cette exhortation « à prendre soin avec amour de la vie des familles »2 et à considérer que « la joie de l’amour qui est vécue dans les familles est aussi la joie de l'Église. »3

Avant d'aborder les réalités et les défis de la famille (chapitre 2), le Pape François nous invite à nous plonger dans la Parole de Dieu et à regarder comment la bible elle-même aborde cette entité qu'est la famille. La bible présente la vie familiale non comme un idéal abstrait, mais comme « une œuvre artisanale »4. Or « nous avons parlé du mariage de manière tellement abstraite que cela n'a rien d'attirant »5.

Ainsi, fidèle à l'enseignement du Christ, le pape nous invite à regarder « la réalité de la famille aujourd'hui dans toute sa complexité, avec ses lumières et ses ombres » en portant une attention toute particulière aux plus fragiles : les migrants, les personnes handicapées, les personnes âgées, les familles submergées par la misère...

2. L'attention aux plus fragiles : comprendre, consoler, intégrer.

Il encourage l'Église à les comprendre, les consoler et à les intégrer : « Dans les situations difficiles que vivent les personnes qui sont le plus dans le besoin, l'Église doit surtout avoir à cœur de les comprendre, de les consoler, de les intégrer, en évitant de leur imposer une série de normes, comme si celles-ci étaient un roc, avec pour effet qu'elles se sentent jugées et abandonnées précisément par cette Mère qui est appelée de la miséricorde de Dieu »6..

Cette Exhortation, qui porte un regard positif sur les familles, dégage un véritable souffle qui sent bon l'Évangile et la miséricorde voulue par le pape François. On sent que le pape s'émerveille devant la beauté de la vie conjugale et familiale. Il regarde les familles telles qu'elles sont, dans leur diversité et leurs fragilités. Tout en étant réaliste, il ne manifeste pas d'alarmisme ni d'obsessions. Il ose un regard qui ne renonce pas à l'idéal, mais qui contemple les familles comme elles sont et qui refuse de tomber dans l'idéalisation.

3. Le mariage, don de Dieu et cheminement humain

Le texte réaffirme la beauté de l'institution du mariage ainsi que l'indissolubilité du sacrement. Cependant, le langage d'Amoris Laetitia est un langage renouvelé et plus adapté. Ainsi « l'indissolubilité du mariage (cf. Mc 10,2-9), n'est pas à comprendre en premier lieu comme une contrainte imposée à l'homme, mais bien comme un don fait aux personnes unies par le mariage » 7 .

Si le mariage entre un homme et une femme est un sacrement, un signe précieux où Dieu pour ainsi dire, se « reflète » en eux, le pape François peut alors affirmer que « le mariage est l'icône de l'amour de Dieu pour nous »8. « Le sacrement de mariage est un don pour la sanctification et le salut des époux, car s'appartenant l'un à l'autre, ils représentent réellement, par le signe sacramentel, le rapport du Christ à son Église »9.

Cependant, le pape François nous met clairement en garde contre une idéalisation du couple humain et une mauvaise interprétation du texte éphésien, chapitre 5. Attention, nous dit-il « il ne faut pas confondre des plans différents : il ne faut pas faire peser sur deux personnes ayant leurs limites la terrible charge d'avoir à reproduire de manière parfaite l'union qui existe entre le Christ et son Église. »10 Ce rapport entre le couple humain et celui du Christ et de l'Église est un rapport d'analogie : l'amour conjugal est bien « un signe imparfait de l'amour entre le Christ et son Église. »11. Le pape est donc très clair, aucune famille n'est une réalité parfaite. Elle est faite d'hommes pécheurs, elle est en chemin. Pourtant, « même si l'analogie entre le couple mari-femme et celui Christ-Eglise est une “analogie imparfaite”, elle invite à invoquer le Seigneur dans les limites des relations conjugales »12...

_________________

1  AL n°4
2  AL n°4
3  AL n°1
4  AL n°16
5  AL n°36
6  AL n°49
7  XlVe Assemblée Générale Ordinaire du synode des Evêques sur la famille « Relatio finalis » 2, octobre 2015, n°40
AL n°121
9  AL n°72
10 AL n°122
11 AL n°72
12 AL n°73

 

Publié dans Eglise, évangile

Commenter cet article