L’œuvre de résurgence(s) veut ouvrir le sacré au XXIe siècle, un sacré spirituel qui ne se résume pas à l’histoire religieuse du passé

Publié le par Michel Durand

église saint-André, rue de Marseille, 69007 Lyon, lieu de la prochaine biennale d'art sacré actuel

église saint-André, rue de Marseille, 69007 Lyon, lieu de la prochaine biennale d'art sacré actuel

source des photos

Bientôt la rupture de l’été et des vacances. J’ai rédigé, il y a peu de jours l’éditorial du prochain numéro de la revue trimestrielle de résurgence(s). Ce numéro annonce la biennale d’art sacré actuel qui se tiendra désormais dans l’église Saint-André. Je livre en cette page ce que j’ai écrit.

Personne ne peut en douter. Résurgence(s) est maintenant nettement bien installée dans un vaste espace apte à réussir les missions que l’association s’est attribuée.

Pourtant, voilà que nous avons pris la mesure de la différence. Entre un local ouvert sur la rue Saint-Jean dans le quartier touristique du Vieux-Lyon, de plain-pied avec la rue piétonne et une salle d’exposition située au premier étage du 4 rue Claude Boyer dans le 7e arrondissement, il n’y a pas photo !

Aucun commerce, aucun passage, aucun visiteur spontané dans cette petite rue située derrière l’église Notre-Dame-Saint-Louis dans le septième arrondissement lyonnais.

Résurgence(s) se trouve donc à un tournant. Ce qui est mieux que d’être bloqué au bas d’une côte. Que faire pour négocier au mieux le virage ? Tous les obstacles majeurs ont été franchis grâce à l’active participation de l’Église à Lyon et des membres de la paroisse du Bienheureux Antoine Chevrier. Nous remercions chaleureusement les instances ecclésiales qui ont porté le projet. À nous maintenant, membres de résurgence(s), de réussir le nouveau départ. Cela se fera assurément avec la mise en œuvre de la 11e biennale d’art sacré actuel, Profond retournement, qui mettra à la vue de tous les racines d’un dialogue d’Église avec les artistes et les visiteurs amateurs de sacré et d’art contemporain. Il nous faudra faire preuve d’audace, d’imagination, de courage… dans le délicat domaine de la communication. Les moyens en ce sens sont déjà pris. Espérons-les couronnés de succès.

Si l’expression du spirituel appartient à l’air du temps, nous ne pouvons pas en dire autant du spirituel chrétien. Quand, par exemple, la monstration d’une statue de Bouddha est admise aux dialogues en humanité, comme cela fut constaté au parc de la Tête d’or, un petit travail de création artistique à partir d’images de Lourdes découpées pour un collage créatif, est refusé dans un centre social municipal. Les exemples de ce type sont nombreux. Ils sont tous des cas bien précis qui nous invitent à réfléchir sur le sens d’une saine laïcité.

Par ailleurs, le sacré ne se cantonne pas aux siècles d’avant le XVIIIe et il ne se résume pas à la seule histoire religieuse déployée dans l’annonce d’un catéchisme primaire. Comme il nous semble que les chrétiens et leurs cadres, très souvent, ont encore à découvrir la force de l’expression artistique actuelle pour dévoiler la profondeur de la Parole, du Verbe fait chair, résurgence(s) souhaite se donner à fond pour la réussite de cette nouvelle opération adressée à tout public. L’outil que nous représentons : exposition, bibliothèque, projet de conférences et de voyages, débat et laboratoire sont aptes à former nos esprits et sensibilités afin de sortir de l’emprisonnement d’une conception du sacré, préchrétien, chrétien ou post-chrétien, dans les vues patrimoniales ancestrales et dans une conception ritualiste d’une création artistique au seul service du culte liturgique. La saine laïcité n’enferme pas le religieux dans une sacristie. Elle l’accompagne en tout lieu, de la rue à l’alcôve refermée sur elle-même.

Bref, pour présenter toutes ces idées au public que nous souhaitons nombreux à nos initiatives de la rentrée en septembre 2017, nous sollicitons la présence active des membres de résurgence(s). Nous aurons besoin de tous, tant comme médiateur culturel et cultuel pour la basa, que pour l’accueil à la bibliothèque d’iconographie chrétienne ou pour la mise en place de conférences-débat.

Publié dans Eglise, Art

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article