La fonction de l’art contemporain : nous sortir de nous-mêmes, de notre posture facile pour nous révéler à la personne en tant que personne

Publié le par Michel Durand

Mgr Emmanuel Gobilliard, Inauguration de la 11e biennal d'art sacré actuel - profond retournement, Lyon, église Saint-André, 29 septembre 2017
Mgr Emmanuel Gobilliard, Inauguration de la 11e biennal d'art sacré actuel - profond retournement, Lyon, église Saint-André, 29 septembre 2017
Mgr Emmanuel Gobilliard, Inauguration de la 11e biennal d'art sacré actuel - profond retournement, Lyon, église Saint-André, 29 septembre 2017

Mgr Emmanuel Gobilliard, Inauguration de la 11e biennal d'art sacré actuel - profond retournement, Lyon, église Saint-André, 29 septembre 2017

La prise de parole de Mgr Emmanuel Gobilliard, évêque auxiliaire en l’Église à Lyon.

 

"Cette inauguration, c’est la force du croisement de différentes artistes, de différents arts.

La force de l’art contemporain, parfois, c’est de nous faire sortir de nos postures, de nos postures un peu binaires. Je pense que c‘est aussi la chance de nous faire traverser les différentes identités que nous avons. Un moment on traverse, dans un mouvement, différentes œuvres d’art, différentes intentions, différentes personnes représentées à travers leurs œuvres. Par là, on pénètre dans nos différentes identités.

Le drame du monde actuel, c’est de nous enfermer dans une seule identité. Je suis prêtre, je suis aussi français. Je suis artiste, comédien, j’ai été directeur de théâtre pendant 10 ans. Je suis motard. Si jamais je m’enferme dans une identité, ça va devenir une identification contre. Je vais être musicien contre les arts plastiques. Je vais être prêtre contre les artistes. Vous voyez ?

En fait, l’art contemporain, il me semble, nous aide à traverser nos identités pour révéler quelque chose de plus profond qu’est la personne. Et la personne, elle se perçoit à travers une rencontre. Et la rencontre se moque des identités, se moque des postures. Il ne s’agit pas de classer (mettre dans des catégories) ; sinon on ne peut accueillir. On ne peut pas s’incliner devant l’autre.

Dans la page écrite dans le catalogue, j’ai évoqué le retournement de Marie-Madeleine dans la rencontre de Marie Madeleine et de Jésus… Par un regard, par un appel, elle est sortie d’elle-même pour aller à la rencontre de ce jardinier qu’elle ne connaissait pas, et portant elle connaissait bien Jésus.

Voilà. La fonction de cette dame, comme la fonction de l’art contemporain est de nous sortir de nous-mêmes, nous sortir de notre posture facile pour nous révéler à la personne et nous révéler en tant que personne.

Merci à tous ceux qui ont contribué à faire se travail considérable."

 

Eglise Saint-André, rue de Marseille, 69007 LYON Tram T1

ouverture : du jeudi au dimanche : 15 h  -  19 h 

Publié dans Eglise, Art

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article