Les mineurs émigrés manquent cruellement d'un point d'attache naturel et humain, d'un lien familial simple pour leur plein épanouissement

Publié le par Michel Durand

Les mineurs émigrés manquent cruellement d'un point d'attache naturel et humain, d'un lien familial simple pour leur plein épanouissement

source de la photo KTO, 3 février 2016, voir ci-dessous la vidéo

Le 23 octobre, j’ai présenté le projet de la famille du Prado sous le titre : avec Prado Rhône-Alpes, organiser un réseau de familles de parrainage acceptant de créer un lien avec des jeunes mineurs étrangers. Philippe, dans la revue des prêtres du Prado de France, rend compte de cette initiative. Je pense, par souci d’expressions précises, qu’il est bon de déposer en cette page son article. Il n’est pas signé, mais je pense qu’il est de sa main.
Mon souhait en apportant cette page, c’est qu’il y ait des familles, des personnes s’adjoignant à la Famille lyonnaise pradosienne qui se portent candidates pour créer des liens d’amitié avec des jeunes émigrés à Lyon. Pourquoi  pas des lecteurs d’En manque d’Église !

VERS UN DISPOSITIF LYONNAIS DE « FAMILLES-PARRAINAGE » DES AMIS DU PRADO

1- LE CONSTAT D'UN MANQUE    
« Que voyons-nous ? »

L'association Prado Rhône-Alpes est déjà agréée pour recevoir et accompagner des mineurs étrangers isolés (13-18 ans environ). Ces jeunes migrants n'ont pas les mêmes difficultés relationnelles ou sociales que ceux habituellement reçus dans la trentaine d'établissements de la branche éducative du Prado : généralement agréables et faciles, ils manifestent souvent une réelle envie d'apprendre et de communiquer, une soif de vivre et une forte motivation pour construire leur avenir.
Cependant, malgré la sécurité d'un accueil protégé et l'encadrement des éducateurs de l'Association Prado Rhône-Alpes, ces mineurs demeurent toujours fondamentalement isolés : encore très jeunes, ils manquent cruellement d'un point d'attache naturel et humain, d'un lien familial simple pour leur plein épanouissement.
Ce manque se double d'un problème très préoccupant : les efforts éducatifs et financiers très importants mis en œuvre dans le cadre des dispositifs en direction de ces mineurs isolés risquent d'être réduits à néant, lorsque sonne l'heure de leurs 18 ans ! Les mesures de PJM (Protection Jeunes Majeurs) n'étant que trop rarement activée par les collectivités, ces très jeunes majeurs non accompagnés se retrouvent alors subitement livrés à la rue ou dans des squats, sans port d'attache et donc très vulnérables à toutes sortes de dangers (petite délinquance, enrôlements idéologiques, drogue, prostitution...).

2- CONSTRUIRE UN RÉSEAU
« Alors, je me suis décidé »

Le projet « famille-parrainage des amis du Prado » viserait à constituer un réseau de familles acceptant de créer un lien avec l'un ou l'autre de ces jeunes mineurs isolés, ou jeunes majeurs non accompagnés :
1) Pour les accueillir ponctuellement lors de week-end ou de périodes de vacances ;
2) Afin de leur offrir un « port d'attache » familial et simplement humain ;
3) En cultivant vis-à-vis de ces jeunes le même regard respectueux et confiant que celui porté par le Père Antoine Chevrier sur ceux qu'il recevait à l'origine du Prado ;
4) En synergie et en complémentarité avec l'accompagnement éducatif assuré par l'Association Prado Rhône-Alpes.
L'association « Les amis du Prado » déjà existante dans le giron de l'Association Prado Rhône-Alpes - mais aujourd'hui inactive -, pourrait servir de réceptacle à ce projet :
- Pour lui donner un cadre légal, en vue d'un pilotage coordonné entre la branche éducative du Prado (forte de son professionnalisme) et les autres branches de la famille pradosienne (prêtres et frères, sœurs, diacres et laïcs susceptibles de mobiliser des parrainages en famille).
- Cette association aurait également comme objet d'assurer une formation initiale et continue aux familles du parrainage, sur un double plan :
1) Une formation socio-psychologique : indispensable pour un accueil constructif et équilibré de part et d'autre (famille et jeune) ;
2) Une formation à « l'esprit Prado » permettant aux familles de vivre un tel accueil en s'enracinant effectivement et pratiquement dans la spiritualité du fondateur du Prado.
Conformément à l'esprit pradosien, il s'agira de commencer petitement… à la crèche... deux ou trois familles... pour mesurer et vérifier tout d'abord d'un tel dispositif. Mais également pour laisser à la Providence le soin de manifester ou non son soutien.

3- DEUX AUTRES PROJETS EN REFLEXION...
a)    Des chantiers à l'étranger pour des jeunes accompagnés par l'association du Prado Rhône-Alpes, avec d'autres jeunes et adultes de la famille du Prado (en particulier à Madagascar). L'association a déjà des expériences dans ce domaine.
b)    Un lieu d'accueil de jour pour le soutien des MNA (mineurs non accompagnés) quand qu'ils ont quitté le dispositif de prise en charge de Prado Rhône-Alpes : pour un soutien à la recherche d'emploi, de formation, de logement, l'alphabétisation, etc ...

 

Publié dans Eglise, Prado, migration

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article