C’est parti ! Résurgence(s) lance l’appel à candidature pour la prochaine biennale d’art sacré actuel (2019) : Visage de l’invisible

Publié le par Michel Durand

Biennale d'art sacré actuel 2017 : profond retournement

Biennale d'art sacré actuel 2017 : profond retournement

Comme pour les éditions précédentes, la Biennale d’art sacré actuel de 2017 s’est terminée par un repas où étaient présents tous les acteurs qui le pouvaient. Par acteur, j’entends bien évidemment les artistes créateurs ayant exposé leurs œuvres, mais aussi les médiateurs culturels œuvrant tant en amont qu’en aval pour que l’événement soit possible avec le meilleur de chacun. 
À l’issue du repas, un échange eut lieu entre plasticiens à propos des propositions de thèmes inscrites sur les nappes en papier. 
Voici la liste de thèmes que Franck, le commissaire, a pu glaner et retenir comme susceptible de marquer la prochaine édition : 

Élévation - Inspiration – Transcendance - L'invisible - Le champ du signe - Frontières – Dualité - Qu'est-ce que le sacré ? - L'art sacré ? - Le souffle de la prière au travers de l'œuvre  - Rendre visible l'invisible - Immanence et transcendance - La rencontre - L'homme nouveau - L'éclat du vrai. 

Franck (commissaire), Philippe (médiateur) et Odile (adjointe à Franck) se sont retrouvés pour affiner une proposition de thème 2019 et un titre. Enfin, des membres de Résurgence(s) se sont emparés de ces propositions. L’accord se dessine autour de cette expression : visage de l’invisible. Sauf avis contraire, cela sera le titre. Il n’y a pas de lettre majuscule afin de ne pas orienter trop visiblement (ostensiblement) l’image, le lieu, ou la réalité de  l’invisible. 
Il est aussi possible d’exprimer ce thème au pluriel : visages d’invisibles. 
À mon sens, du thème Élévation à celui de L’éclat du vrai (voir la liste ci-dessus) toutes les suggestions écrites sur des nappes en papier se retrouvent dans visage de l’invisible. Pour creuser cette thématique, il nous faudra éventuellement ouvrir les livres d’Emmanuel Levinas qui exprime comment le visage de l’autre renvoie vers le Tout Autre. 
En restant dans une banale conversation de bon repas, je dis : « parle-moi de qui tu fréquentes, je te dirai qui tu es. Et aussi : « quand je regarde ton visage je vois déjà ce que font tes amis, où ils vont, ce qu’ils sont, vivent et pensent ». Ton visage montre l’invisible de l’âme. Sauf s’il est détruit, il indique l’Unique Créateur. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article