Devant le découragement des apôtres, Jésus décide d'ouvrir le voile terrestre qui cache sa réalité céleste.

Publié le par Michel Durand

80 migrants évacués du gymnase Dargent à Lyon

80 migrants évacués du gymnase Dargent à Lyon

Livre de la Genèse : 22. 1 à 18 : "Puisque tu m'as obéi... »
Psaume 115 : « Ne suis-je pas, Seigneur, ton serviteur ?."
Lettre de Saint Paul aux Romains. 8. 31 à 34 : "Il n'a pas refusé son propre Fils...."
Évangile selon saint Marc : 9. 2 à 10 : "Ils ne virent plus que lui, Jésus, seul, avec eux."

Homélie de ce 2d dimanche de Carême.
Nous sommes au deuxième dimanche de Carême, engagés à penser aux uns et aux autres, à prier pour nous tous en vue d’une conversion qui nous accompagne pour que l’on passe de la mort à la vie. En marche vers la résurrection ! La sobriété que nous souhaitons pour ce temps de jeune et d’abstinence va dans ce sens. Cet engagement d’un temps de prière (ainsi les mardis) en faveur des personnes connues, nous tourne également vers celles et ceux que nous ne connaissons pas. Et je dis cela en pensant aux drames de la guerre, aux drames que vivent les migrants maltraités par des lois (ou projets de lois européennes) qui ne respectent pas la fondamentale dignité humaine. Enfin, pour vivre ce temps de carême 2018, nous reprenons régulièrement la lecture de l’avertissement du message de François : « À cause de l’ampleur du mal, la charité de la plupart des hommes se refroidira » (Mt 24, 12). N’est-ce pas ce que nous observons quand l’État, accueil, puis expulse d’un gymnase des familles qui se retrouvent à la rue alors que la température est en-dessous de zéro ?
Pour qu’il n’en soit pas ainsi, a écrit Paul aux Romains, Dieu « n’a pas épargné son propre Fils, mais il l’a livré pour nous tous ».
Et c’est à cet événement que Jésus prépare ses disciples. Jésus se montre tel qu’il est dans sa divine éternité pour que soit acceptés, sinon compris, les drames à venir. 
La transfiguration. 
La transfiguration est un changement miraculeux dans l’apparence physique de Jésus. L'éclat de la divinité du Christ transparaît à travers son humanité, préfigurant  ainsi son triomphe après sa passion et sa mort. Événement incompréhensible. Les disciples n’en comprendront le sens qu'après la résurrection de Jésus. Ils seront   alors confirmés dans la certitude que Jésus-Christ, Fils de Dieu est venu accomplir  avec succès les promesses de Dieu énoncées dans l'Ancien Testament.
Que se passe-t-il ? 
Indiquons d’abord le contexte ; ce qui précède l’événement.
Jésus, en voyant ce que les chefs de son pays (prêtres, scribes, pharisiens), disent et font, comprend que la situation n'est pas brillante pour lui et ses amis. Ils sont en danger. On risque d'être condamné. Il parle à ses amis de sa mort (Marc 8,31ss). Ceux-ci, surtout les apôtres, sont découragés, effrayés. Ils subiront assurément le même sort : le Fils de l’homme dans la souffrance sera mis à mort ; mais, ensuite, il ressuscitera (Marc 8, 31). Pourtant, les disciples sont persuadés que Jésus est Seigneur et Maître de toutes choses. Ils croient qu’il peut refaire le monde pour que celui-ci soit parfait ; et ils entendent parler de mort, d'échec (8,34s). 
Devant leur découragement, Jésus décide d'ouvrir le voile terrestre qui cache sa réalité céleste. Il anticipe, préfigure ce que sera Pâque, sa résurrection, en invitant ses meilleurs amis dans un endroit de silence et de paix. Là, ils prient. 
Au milieu de leur prière, les trois disciples ont eu une vision. Entre Moïse et Élie, Jésus apparaît glorifié, non seulement comme un envoyé de Dieu, mais comme son Fils unique bien aimé. 
Cette vision est-elle réelle ? 
Est-ce l'imagination, le rêve ou la réalité qui parle ? Nous croyons que le Christ fut transfiguré devant eux. Qui nous prouve que ce que nous croyons est vrai ? 
Voici le témoignage de Paul. Je le donne en rappelant que nous nous sommes engagés en ce carême à transformer nos modes de vie comme Paul a converti son engagement militant.
- Paul écrit aux Romains que l'Esprit de Dieu atteste à notre esprit que le Christ est vraiment ressuscité, transfiguré et que, par lui, nous sommes enfants de Dieu (Rm 8,16) 
- C'est pourquoi, semé corps animal, nous ressuscitons corps spirituel (1 Co 15, 44) 
ou encore :
- nous avons été à l'image de l'homme terrestre, nous serons aussi à l'image de l'homme céleste (1 Co 15, 49). 
Dans l'événement de la transfiguration, nous voyons que Jésus est l'Homme Céleste, venu de Dieu, l’unique Créateur.
Enfin Paul écrit aux habitants de Philippe : 
Notre cité, à nous, est dans les cieux, d'où nous attendons, comme sauveur, le Seigneur Jésus-Christ, qui transfigurera notre corps humilié pour le rendre semblable à son corps de gloire, avec la force qui le rend capable aussi de tout soumettre à son pouvoir. (Ph 3, 20)
Les temps que nous vivons sont bien tristes, désespérants. Une troisième guerre mondiale largement avancée qui se traduit chez nous par le refus d’aider les personnes expulsées de chez eux par détresse, guerre ou famine. Dieu abandonnerait-il l’humanité qu’il a créée ? Non. Dieu ne peut pas nous abandonner, car il nous aime. Mais, il nous invite à la conversion

Publié dans Eglise, évangile, migration

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article