Heureux les pauvres, le royaume est à eux. Heureux les miséricordieux, ils obtiendront miséricorde. Heureux les cœurs purs -lumière du monde

Publié le par Michel Durand

 Le souper à Emmaüs - Le Caravage (~1571-1610)

Le souper à Emmaüs - Le Caravage (~1571-1610)

Dans son enfance Francesca s’imaginait dressant une grande table pleine de nourritures simples, mais indispensables pour survivre. Elle se voyait inviter les miséreux à venir chez elle pour prendre un sympathique repas.

Dieu l’appelle à cette aimable communion. N’est-ce pas rendre à autrui ce qu’elle a vécu dans sa petite enfance quand, alors que sa famille était dans le besoin, les voisins venaient apporter leur aide ?

Elle se sentait appeler par Dieu pour faire le bien autour d’elle, pour demander dans la prière que le monde soit meilleur et pour cela, elle frappa à plusieurs portes de couvents ou maisons religieuses. Mais on estimait qu’elle n’était pas destinée à « entrer en religion ».

Un jour, par l’intermédiaire d’une sœur du Prado, elle rencontra le Père Ancel, supérieur général des prêtres du Prado et évêque auxiliaire de l’Église à Lyon. Il lui fit savoir que dans l’intimité de son cœur, elle pouvait se consacrer à Dieu, lui offrir toute sa vie en suivant les conseils évangéliques.

Suivre les conseils évangéliques c’est recevoir « l’Invitation à se rapprocher de ce que Jésus a lui-même vécu : amour, proximité des pauvres, justice, réconciliation, don total et obéissance au Père. Tout baptisé est appelé à vivre les conseils évangéliques puisque l’Évangile s’adresse à chacun de nous ».

Faire un pas dans cette direction; c’est s’engager à vivre, à la suite de Jésus, dans les vœux d’obéissance, de chasteté, de pauvreté. Nous parlons alors de laïc(que)s consacré in petto, (à part soi ; dans son for intérieur).

Ecoutons Francesca :

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article