François : le petit corps de l'Enfant de Bethléem lance un nouveau modèle de vie : non pas dévorer ni accaparer, mais partager et donner

Publié le par Michel Durand

Crèche de Bagnes: des migrants qui dérangent, 22.12.2016 par Pierre Pistoletti

Crèche de Bagnes: des migrants qui dérangent, 22.12.2016 par Pierre Pistoletti

source de la photo

 

« Tous les lointains de la terre ont vu le salut de notre Dieu » (Is 52, 7-10)

La terre entière a vu le Sauveur que Dieu nous donne. (cf. Ps 97, 3)

« Dieu nous a parlé par son Fils » (He 1, 1-6)

« Le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous » (Jn 1, 1-5.9-14)

 

La naissance de Jésus est l'événement numéro un de l'avènement de l'Église. Sans Jésus, pas de futur disciple possible du Christ, donc, pas de communauté chrétienne, pas d’Église.

Même si la fête de la résurrection est plus signifiante pour la vie chrétienne (notre foi en Christ ressuscité détermine l’ensemble de notre adhésion à l'Église), la fête du jour de la naissance, la fête de Noël est radicalement déterminante pour l'avenir.

 

Crèche offerte par le pape François à la paroisse de Lampedusa. © André Weill

en lire plus sur André Weill

 

Avec cet événement, nous sommes invités à voir dans l'enfant de la crèche, la naissance d'une humanité nouvelle. Certes, dans l’air du temps, Noël n’est-il pas surtout une fête familiale qui se vit dans l’échange de cadeaux, sans aucune référence à Dieu ? La crèche est souvent sous le sapin, un simple décor alors qu’elle est, de fait, le signe des temps à venir, le miroir d’une humanité nouvelle. Autrement dit, je vois dans cet événement intime et familial l’annonce d’un monde meilleur, plus juste et aimant, et je ne serai pas étonné de voir la personne du « petit Jésus » entouré de gilets jaunes. Dieu est effectivement venu parmi les hommes pour leur dire comment vivre mieux, comment respecter et valoriser même les plus petits.

Savons-nous, saurons-nous écouter la voix de Dieu qui nous parle en la personne du Fils de Marie sous le regard protecteur de Joseph ?

Jésus nous parle, nous éclaire, nous donne la Vérité.

Le Verbe est la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde.

Jésus, parole de Dieu parmi nous, nous enseigne un art de vivre capable de régler tous les problèmes de la cité. C'est ce que montre la crèche traditionnelle, symbole du lieu de la naissance de Dieu ; Jésus naît dans une famille précise pour s’adresser à l'ensemble des hommes. Jésus est venu pour tous. Pourquoi sommes-nous sourds aux cris que lancent les marginalisés de l’économisme et consumérisme ambiant ? Pourquoi, l’individualisme l’emporte sur toutes démarches solidaires et fraternelles ?

Jésus, venu de Dieu, s’installe chez nous afin de donner à toutes et tous les moyens d’une humanité nouvelle.

Pour en parler, j'aime bien citer Antoine Chevrier. Je risque du reste de me répéter d’année en année jusqu’à vous fatiguer : il dit toujours la même chose.

« Et le Verbe s'est fait chair, et il a habité parmi nous. O ineffable mystère ! Dieu est avec nous. Dieu est venu nous parler, il est venu habiter avec nous pour nous parler et nous instruire.

Ce qu’il n’avait fait autrefois qu’en passant, pour ainsi dire, et à la hâte, il l’a fait dans ces derniers temps d’une manière bien sensible, durable.

Il a pris lui-même la forme de l’homme afin d’habiter avec nous et avoir le temps de nous parler et de nous dire tout ce que le Père voulait nous enseigner par lui.

Le Verbe intérieur, qui est la pensée de Dieu, qui est en Dieu de toute éternité, qui est Dieu, s'est revêtu d'une forme extérieure pour se manifester aux hommes... Dieu a parlé aux hommes par son Verbe (Jésus)... Alors, nous ne sommes pas abandonnés par Dieu, nous avons un Dieu qui est véritablement un Père qui aime ses enfants et veut les instruire et les sauver."

Jésus est venu pour tous, pour nous instruire et nous sauver. Jésus atteint toutes nos actions à leurs racines. Voilà ce que nous entendons en imaginant la crèche établie à Bethléem et reconstruite chez nous.

Dieu nous parle en Jésus.

Est-ce que nous nous arrêtons pour l'écouter ?

Oui, il est vraiment utile de prendre le temps de contempler le Verbe de Dieu fait chair. Prendre les moyens de l’Écouter.

 

 

 

 

 

O Verbe ! O Christ !

Que tu es beau ! Que tu es grand !

Qui saura te connaître ?

Qui pourra te comprendre ?

Fais, ô Christ,

que je te connaisse et que je t’aime.

         Puisque tu es la lumière,

         laisse venir un rayon de cette divine lumière

         sur ma pauvre âme,

         afin que je puisse te voir et te comprendre.

Mets en moi une grande foi en toi,

afin que toutes tes paroles

soient pour moi autant de lumières qui m’éclairent

et me fassent aller à toi, et te suivre

dans toutes les voies de la justice et de la vérité.

 

O Christ ! O Verbe !

Tu es mon Seigneur et mon seul et unique Maître.

       Parle,
je veux t’écouter et mettre ta parole en pratique.
Je veux écouter ta divine parole,
parce que je sais qu’elle vient du ciel.
Je veux l’écouter, la méditer, la mettre en pratique,
parce que dans ta parole
il y a la vie, la joie, la paix et le bonheur.

         Parle, Seigneur,

tu es mon Seigneur et mon Maître,

et je ne veux écouter que toi.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article