Dans le noir profond de la foi ne demandons pas au Seigneur de comprendre ce trop grand mystère de la mort-résurrection, mais d’y communier

Publié le par Michel Durand

pietà, Step K, Biennale d'art sacré actuel, Lyon Saint-Polycarpe 2015

pietà, Step K, Biennale d'art sacré actuel, Lyon Saint-Polycarpe 2015

Pour l’office de la Passion de ce Vendredi Saint 19 avril, ma méditation demeure celle du dimanche des Rameaux et de la Passion. Même enfoncé dans le plus noir du noir de la désespérance, il n’y aucun anéantissement possible. La puissance de la foi laisse toute la place à la Vie.

Après avoir glané sur la toile, j’ai prononcé cette homélie, très légèrement modifiée.

Ce Vendredi Saint nous révèle un Dieu qui nous aime sans mesure. Il n’a pas refusé son Fils unique. Il l’a livré pour sauver tous les hommes. Bien sûr, il n’a pas voulu qu’il meure ainsi. Il a simplement voulu qu’il nous aime comme lui, le Père, nous aime. Le Christ nous a aimés jusqu’à mourir sur une croix. Dans sa Passion c’est l’amour du Père qui est à l’œuvre. C’est la réussite du projet de Dieu annoncé dans la première lecture : « Mon serviteur réussira. »

À première vue, cette réussite n’est pas très évidente. En effet, nous voyons une foule qui rejette Jésus. Puis il y a la croix, la mort atroce réservée aux esclaves. Mais le serviteur broyé deviendra le Sauveur de tous ses frères. C’est par la croix que Jésus est devenu cause du Salut éternel.

Saint Jean nous présente la Passion comme une marche triomphale du Fils de Dieu vers son Père. Il nous faut la lire comme un récit de glorification. Comme exprimé dimanche, dans la croix, dans le noir le plus profond du Vendredi Saint, la désespérance absolue, nous percevons la gloire du vainqueur. Le Vivant sur la croix. En effet, en lisant ce récit de la Passion, nous découvrons que Jésus a parfaitement conscience de ce qui va lui arriver. C’est lui qui donne librement sa vie : « Ma vie, nul ne la prend, mais c’est moi qui la donne. » (Jean 10. 18) C’est lui qui interpelle Judas et non l’inverse.

En ce Vendredi Saint, nous nous tournons donc vers la croix du Christ et nous faisons silence. Nous ne demandons pas au Seigneur de comprendre ce trop grand mystère, mais d’y communier. Pour nous chrétiens, c’est une démarche absolument essentielle.

Au cours de cette célébration, une grande prière universelle nous est proposée pour le monde entier. C’est en effet pour tous les hommes de tous les temps que Jésus a donné sa vie. En ce jour, notre pensée et notre prière vont vers tant d’hommes et de femmes qui portent une croix douloureuse. Pour beaucoup cette croix s’appelle solitude, longue maladie, migrations, précarité… À travers ces petits, ces exclus, ces personnes qui souffrent, le Seigneur est là. Il se reconnaît dans celui qui a faim, celui qui est malade et seul, celui qui est persécuté. Il nous rejoint dans notre vie et notre mort pour que nous soyons avec lui dans sa résurrection. En ce Vendredi Saint, nous contemplons la gloire de Celui qui nous a aimés jusqu’au bout.

 

 

Des paroissiens ont trouvé (je pense également sur internet) une prière universelle qui reprend celle du missel romain l’adaptant à notre langage du XXIe siècle.

L’Église croit que la passion de Jésus est un chemin de salut et de libération pour tout homme, toute femme, qui reconnaît qu’en Jésus Crucifié est dénoncée la violence des hommes, mais qu’en lui aussi est révélé l’amour de Dieu. Aussi, à présent, prions pour tous nos frères et sœurs humains.

Cette prière étant, projeté par vidéo projecteur sur un écran, l’Assemblée d’une seule voie a lu les invitations à prier (en italique)

1. Prions pour les êtres humains qui vivent dans l’épreuve de la maladie, de la faim, de l’esclavage, de la prison, de l’exil, de l’injustice de la pauvreté et de l’oppression. Prions pour tous ceux et celles qui sont proches de leur mort.

Dieu très aimant, en Jésus ton fils, tu as montré combien tu es proche de tout qui peine, de tout qui souffre, de tout qui meurt. Entends la prière des humains dans l’épreuve et aussi la nôtre, et qu’ils aient la joie de découvrir ta présence aimante au cœur de leur souffrance, par Jésus.

2. Prions pour tous ceux et celles qui dans notre monde exercent des responsabilités publiques : qu’ils œuvrent ensemble au développement et à la justice pour que la terre se construise dans la paix.

Dieu dont la puissance est douceur infinie, écoute notre prière. Tu sais que partout les droits des peuples et des gens sont bafoués souvent par ceux qui ont un pouvoir. Comme Jésus, ils sont privés de liberté et livrés à la mort. Que ton Esprit travaille au cœur des hommes pour que l’humanité soit unie dans la paix. Par Jésus.

3. Prions pour les responsables de l’Église et pour tous ceux et celles qui y ont du pouvoir : qu’ils se convertissent sans cesse à l’évangile du service de tous dans l’humilité et l’écoute attentive des autres.

Dieu de bonté, en Jésus, tu t’es révélé serviteur de la liberté et du bonheur des humains. Donne à ton Église des responsables qui ressemblent à tes serviteurs Moïse et Jésus. Que tous ceux et celles qui y exercent un service, du catéchiste à l’évêque et à l’évêque de Rome, le fassent dans le respect de la liberté et de la conscience de chacun. Par Jésus.

4. Prions pour les Églises qui, dans les diverses cultures de notre monde, cherchent à dire la nouveauté permanente de l’Évangile pour qu’elle soit annoncée à tous les peuples aujourd’hui : qu’elles restent fidèles à l’écoute de la vérité des hommes et de celle de Dieu.

Dieu de vérité et d’amour, en Jésus, tu as choisi de rejoindre les humains dans le concret d’une vie d’homme pour leur dire avec leurs mots et leurs gestes l’immense tendresse de ton amour pour eux. Que les Églises, avec leurs diversités, reflètent pour tous les peuples de la terre la richesse infinie de ta vérité et de ton amour. Par Jésus.

5. Prions pour tous les croyants et croyantes de la terre et en particulier nos frères juifs et musulmans. Qu’ils sachent puiser dans la richesse de leurs traditions ce qu’il y a de meilleur pour nourrir entre les nations une estime et un respect profonds.

Dieu des hommes, sois lumière pour tous les croyants et en particulier pour nos frères en Abraham. Qu’ils entretiennent ensemble un dialogue fraternel pour progresser vers la connaissance de Dieu et de l’homme, et qu’ils mettent leurs sagesses au service de la construction d’un monde où justice et paix se renforceront l’une l’autre. Par Jésus.

6. Prions pour tous nos frères et sœurs en humanité qui cherchent la vérité dans la droiture de leur cœur et qui, par fidélité à eux-mêmes, ne pensent pas pouvoir nommer Dieu. Qu’ils grandissent chaque jour en humanité en vivant leurs authentiques valeurs.

Dieu, tu veux te révéler à chacune et à chacun à l’intime de son cœur, mais tu respectes son cheminement d’être humain, car tu n’as que faire d’esclaves à tes pieds. Nous te le demandons : que nous soyons avec eux dans leur recherche de vérité et que nous progressions ensemble vers la lumière en leur partageant nous aussi ce que tu nous donnes de découvrir. Par Jésus.

7. Prions pour ceux et celles qui vont recevoir le baptême et pour les jeunes qui se préparent à faire profession de foi en Jésus mort et vivant parmi nous. Que leur chemin vers Dieu soit aussi un chemin vers eux-mêmes et vers les plus pauvres.

Dieu de toute tendresse, tu appelles à toi des amis pour qu’à la suite de Jésus, ils soient lumière du monde et sel de la terre. Qu’ils restent en marche sans jamais se croire arrivés, et qu’ils trouvent des communautés chrétiennes qui acceptent de se mettre en route avec eux en quittant leurs habitudes pour aller vers les pauvres. Par Jésus.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article