Les principes fondamentaux de solidarité, de justice, de liberté, à l’origine de la construction européenne sont menacés par les xénophobes

Publié le par Michel Durand

Les principes fondamentaux de solidarité, de justice, de liberté, à l’origine de la construction européenne sont menacés par les xénophobes

Demain, mercredi 8 mai, cercle de silence à Lyon à 18 h 30.
Place de la Comédie = côté Est de l'Hôtel de Ville. 

Élection européenne 26 mai 2019
Que notre vote ouvre à un accueil digne et humain

Le 26 mai 2019, les citoyen(e)s de toute l’Union européenne (UE) éliront leur(e)s futur(e)s représentant(e)s au Parlement européen. Les enjeux sont considérables. Les principes fondamentaux de solidarité, de justice et de liberté, à l’origine de la construction européenne, sont menacés par des courants xénophobes : rejet des personnes exilées, non-respect des valeurs d’humanité. Les États de l’UE se déchargent de plus en plus de leurs responsabilités sur les associations citoyennes. En refusant d’accueillir dignement celles et ceux qui en ont besoin, réfugiés ou migrants, ils mettent de côté leurs obligations européennes et internationales. En réponse aux mouvements populistes qui alimentent la peur et la xénophobie, les gouvernements adoptent sans vergogne les mesures les plus radicales et dissimulent leur incapacité à œuvrer pour une Europe solidaire.

Nos organisations qui accompagnent quotidiennement les migrants dans leur détresse sont les témoins directs des conséquences de ces politiques. Elles dénoncent le non-respect délibéré par les États européens, de leurs obligations européennes et internationales en matière de droits humains :

  • Avec le choix de dissuader plutôt que de secourir, l’UE et ses États membres sont directement responsables de l’augmentation du nombre de personnes mortes en mer.
  • Financer le contrôle migratoire aux portes de l’Europe en collaborant avec des États peu recommandables pèse lourdement sur la conscience de « notre » Europe.
  • Les camps d’enfermement des personnes exilées sont des lieux de contrôle, de stigmatisation, d’humiliation et de violence. Ils illustrent la stratégie de l’UE pour mettre à l’écart et limiter l’accès à son territoire.
  • Maintenir le règlement Dublin, ne respecte ni les personnes migrantes, ni les possibilités du premier pays accueillant.

À nous d’agir par notre vote pour réclamer un changement de cap des politiques migratoires et d’asile, pour construire ensemble une Europe vivable pour toutes et tous avec les personnes exilées.

 

information distribuée durant ce cercle de silence à Lyon 8! mai 2019)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article