Seule une action militante massive, concertée, raisonnée viendra à bout des décisions gouvernementales niant les droits humains fondamentaux

Publié le par Michel Durand

Seule une action militante massive, concertée, raisonnée viendra à bout des décisions gouvernementales niant les droits humains fondamentaux
Seule une action militante massive, concertée, raisonnée viendra à bout des décisions gouvernementales niant les droits humains fondamentaux
Seule une action militante massive, concertée, raisonnée viendra à bout des décisions gouvernementales niant les droits humains fondamentaux

Mercredi 10 juillet 2019 - 18 h 20. Mise en place quelque peu perturbée pour ce cercle de silence à Lyon.Tout d’abord ce sont les vacances d’été. Nombreux fidèles à cette action non violente en soutien aux migrants par détresse sont hors de Lyon.

Puis, un autre groupe sur la même cause - au même endroit et au même moment - est venu manifester avec sonorisation. On se connait. Donc nous nous sommes salués -mis à part quelques personnes plutôt très hostiles à l’orientation silencieuse. De fait, harmoniser les deux expressions s’est avéré impossible. Il aurait fallu pour cela une entente préalable. La date et le lieu du rassemblement des cercles de silence sont largement connus puisque réguliers (deuxième mercredi du mois à 18 h 30) et largement diffusés. 10 ans de cercles de silence !

À ce propos j’ai reçu ce commentaire, rédigé par l’auteure des photos : « Michel, voir ci joint les photos du « “grand rassemblement”. À quelques mètres, deux rassemblements pour la même cause

    • contre la criminalisation des exilés et de leurs soutiens pour le premier
    • expression de leur désapprobation face à des lois injustes d'exclusion pour le second

Deux rassemblements qui font mine de ne pas se connaître !

Est-ce judicieux et efficace pour les populations que l’on est censé défendre ?

Heureusement que le ridicule ne tue pas ! (J’ajoute : pas encore, ou toujours pas).

Que faire pour apporter un brin d’unité ?

C’est la raison pour laquelle j'ai proposé d'ouvrir le cercle, en direction de l'autre groupe, même s'ils nous tournaient le dos. » 

 

Depuis de trop nombreuses années, nous observons que chaque groupe de soutien aux exilés reste isolé dans son réseau. Chacun appelle à manifester sous son drapeau sans se décider à s’unir à ce qui existe déjà. Pour qu’il y ait un rassemblement massif, il faudrait une entente globale, réfléchie au préalable. Une coordination de type intersyndicale. Cette volonté n’existe pas. On explique avec désespérance que militer en faveur de l’étranger n’est pas dans l’air du temps. L’action humanitaire (ou caritative - ce mot dépend de l’idéologie sous-jacente) prime sur l’engagement politique. Là, je pense à la chanson de Jacques Brel : La dame patronnesse - vice-versa.

En fait, il faudrait que nous ne soyons plus obligés de venir en aide aux migrants, que nous ne soyons plus en face de la nécessité de pallier aux carences de l’État. Pour cela, il faudrait que le gouvernement soit contraint d’agir dans le sens du bien commun. Contraint par une manifestation  massive. Quand il observe les petits rassemblements, disons de 100 -voir 200 citoyens- l’exécutif n’a aucune crainte. Sa politique indigne des droits fondamentaux des personnes peut se maintenir sans crainte.

10 années de cercle de silence !

 

Quelle est l’efficacité de cette action. Dans plus d’une centaine de villes, une fois par mois en France, des militants interrogent citoyens et élus par des panneaux, des dépliants. Un appel à la conscience pour que les lois respectent toute dignité humaine… Nous continuons, car en conscience, nous nous sentirions encore plus mal si nous ne tentions plus d’alerter élus et citoyens.

Je pense qu’une réunion en septembre serait bien venue pour reprendre la question des cercles de silence. Et, ne serait-il est pas nécessaire qu’une rencontre sur Lyon soit accompagnée par une démarche nationale. Ne faudrait-il pas une visibilité européenne des cercles de silence sous la forme d’un congrès des cercles de silence en faveur des migrants avec ouverture à tous ceux qui agissent en ce sens d’une façon ou d’une autre ?

Où est la personne, l’instance charismatique apte à réussir un vaste rassemblement que les gouvernements ne pourraient ignorer ?

Il est évident que dans ma réflexion je privilégie l’action non violente, l’action réfléchie. L’occupation du Panthéon le 12 juillet m’y invite. Il semble terriblement évident que les personnes « sans-papiers » appréhendées seront placées sur les chemins de l’expulsion. Les CRA, déjà bien plein vont recevoir des « ils n’ont pas vocation à vivre en France ». Qui sont les « gilets noirs », les activistes de « la chapelle debout » pour ne pas avoir mis en avant les conséquences d’une inévitable répression policière ?

Mon espérance est donc celle-ci : que nous réussissions à nous réunir massivement pour mettre fin à ces actes de rejet. Égoïsme de l’Europe.

Afin de donner corps à ma réflexion, je place ci-dessous quelques vidéos. Mon homélie de dimanche dernier apporte un éclairage selon l’évangile de Jésus-Christ : la parabole du bon Samaritain.

Et voici l’exemple récent du cercle de silence d’Aix-en-Provence.

Seule une action militante massive, concertée, raisonnée viendra à bout des décisions gouvernementales niant les droits humains fondamentaux

Les collectifs "La Chapelle Debout", et "Droit Devant !!" pour la défense des droits des personnes migrantes et sans papiers ont commencé à occuper le Panthéon vendredi 12 juillet pour attirer l'attention du premier ministre Edouard Philippe.

Seule une action militante massive, concertée, raisonnée viendra à bout des décisions gouvernementales niant les droits humains fondamentaux
Seule une action militante massive, concertée, raisonnée viendra à bout des décisions gouvernementales niant les droits humains fondamentaux
Seule une action militante massive, concertée, raisonnée viendra à bout des décisions gouvernementales niant les droits humains fondamentaux
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article