Se décider pour Dieu, témoigner, signifie que l’on a été saisi par Lui et que l’on se tient à Sa disposition. Mettre sa parole en pratique

Publié le par Michel Durand

Lazare et le riche : un évangile à ne pas biaiser - Jésus dit exactement ce qu'il dit : ne cherchons pas à esquiver la teneur concrète du message, souligne Hans Urs von Balthasar

Lazare et le riche : un évangile à ne pas biaiser - Jésus dit exactement ce qu'il dit : ne cherchons pas à esquiver la teneur concrète du message, souligne Hans Urs von Balthasar

Je vis ce jour une grande déception à deux niveaux qui se présentent comme  complémentaires.

- D’abord la présence auprès des étrangers qui habitent désormais près de chez nous. Les personnes qui ont quitté leur terre natale pour cause de guerre ou de famine ont une culture, des compétences, des qualités musicales que nous souhaitons connaître. C’est, entre autres, dans cette perspective que j’ai invité le groupe chorale « Melomanes » à venir chanter dans la chapelle du Prado. Voir ici, l’annonce du concert. Les citoyens des pays du Nord, invités à accueillir ceux des pays du Sud, le feront d’autant mieux qu’ils connaissent et apprécient leurs qualités artistiques en tout domaine. En ce sens, il convient de sans cesse multiplier les échanges culturels. Sortir de l’entre soi. Il est bien triste d’apprendre au dernier moment, la démission de ceux qui s’étaient engagés. Voilà l’explication que j’ai reçue, ce que je vais dire aux auditeurs déçus de ne pas rencontrer ceux qui ont préparé un programme musical : « Je reviens vers vous concernant le concert de dimanche. J'ai eu les collègues au téléphone apparemment il y a eu des conflits entre eux. Il se trouve que personne ne veut plus rencontrer l'autre. Une chose que j'ignorais jusque là. Définitivement le concert ne se fera pas ; j’en suis désolé et je comprends que c'est pas juste de notre part. J'en assume la responsabilité comme c'est moi qui vous ai donné l’accord. Je vous présente mes sincères excuses. Encore une fois je vous demande pardon. C'est assez immature ; je n'arrive pas à comprendre. Le chemin est encore long ; priez pour nous… Cordialement. »

Ma réponse : « Tout le monde sera bien déçu. Et je vis cela comme un échec dans la possibilité de faire se rencontrer des personnes de communautés différentes. En effet, je comptais bien sur la présence de vos réseaux, différents des nôtres. Peut-être je n’ai pas assez communiqué avec vous ? Je le regrette fortement. »

Si j’imagine que la encontre de l’autre dans sa différence est aisée. Je me trompe.

 

- Le deuxième événement concerne l’accueil des migrants et des réfugiés sur nos terres lyonnaises. Le quartier de Monplaisir est vaste, avec de beaux immeubles modernes et des boutiques de bonne qualité. Pour ouvrir la porte, notamment de la paroisse catholique - donc des chrétiens du quartier-, à l’accueil des migrants, je me disais qu’il suffisait de rappeler l’Évangile et ses nombreuses invitations à l’accueil de l’autre. Un groupe s’est constitué avec le but d’organiser une collecte qui permette de financer la location d’au moins un appartement. Après plus d’un an de mobilisation, les bénévoles demeurent si peu nombreux que rien n’est encore possible. Très souvent dans les prières universelles nous prions pour un digne accueil du réfugié. Demeure trop absente la concrétisation de cette prière. Même encore ce jour qui est journée mondiale des migrants.

Ces deux points aliment ma méditation et ce matin à l’office des laudes et des lectures, j’ai ouvert plusieurs pages susceptibles d’alimenter la réflexion. Je vous les communique espérant rencontrer les occasions de les approfondir en communauté chrétienne. Mais, que déjà ces textes servent à ma propre conversion.

 

Message pour la 105e Journée mondiale du Migrant et du Réfugié 2019

 

Journée des migrants: un appel du Pape à se libérer des exclusions

 

Journée migrants: des évêques célèbrent une messe à la frontière entre Mexique et USA

 

 

Avec l'évangile 

Je note enfin que l’évangile du jour est sans ambiguïté. Pourtant, ne cherche-t-on pas à le spiritualiser afin d’éviter la trop concrète invitation au partage avec les pauvres Lazare ? Dans son blog(ue) Patrice de Plunkett parle ainsi : « Lazare et le riche : un évangile à ne pas biaiser. » Voici cette page :

« L’évangile (Luc 16,19-31) souligne avant tout le fossé infranchissable entre la vie de bombance du riche et la misère du pauvre qui est “couché devant le portail”, donc voit ce qui se passe à l’intérieur, sans que personne ne se soucie de ses plaies. C’est cela seulement que montre Jésus, et nous n’avons pas à fignoler l’image dans quelque direction théologique que ce soit… Jésus a précisé très concrètement le commandement de l’amour du prochain, et il étend la portée du contraste criant entre pauvre et riche : le fossé devient dans l’Au-delà l’abîme définitif, infranchissable, entre le repos “dans le sein d’Abraham” et les enfers brûlants… La simple parabole de Jésus n’est qu’une concrétisation de la parole que nous ne comprenons peut-être que difficilement : “Heureux, vous les pauvres, malheur à vous les riches” (Luc 6,20-24). »

«  Dans la deuxième lecture (1 Timothée 6,11-16), “conquérir la vie éternelle” ne signifie pas chercher à se saisir de Dieu. Se décider pour Dieu, porter témoignage pour Dieu, signifie au contraire que l’on a été saisi par Lui et que l’on se tient à Sa disposition. »

(Hans Urs von Balthasar)

 

On est saisi par Dieu, on ne Le saisit pas… Parmi les diverses manières de prétendre saisir Dieu pour se servir de Lui, il y a les lectures réductionnistes des évangiles : celles qui cherchent à “spiritualiser” les paraboles en les privant de leur précepte de compassion concrète. Ainsi tel mandarin libéral-conservateur affirmant que l’évangile du bon Samaritain (Luc 10,29-37) n’est pas à prendre concrètement – en aidant les victimes de la société – mais à décrypter comme allégorie purement spirituelle de la rédemption du pécheur [*]. Ressurgit ainsi au XXIe siècle le discours de la bien-pensance bourgeoise du XIXe…  Alors que les deux lectures, sociale et spirituelle, sont inséparables selon la tradition catholique ! 

_voir à la source_________

[*] Moins conservateurs que libéraux, certains intellectuels “traditionnels” mutilent la tradition. Dans le libéral-conservatisme (oxymore), le conservatisme est en plume, le libéralisme en plomb.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article