Éprouvante est l’analyse minutieuse, sans jugement de la stratégie d’emprise sur les cerveaux, les cœurs et les corps qu’exerce toute secte

Publié le par Michel Durand

Éprouvante est l’analyse minutieuse, sans jugement de la stratégie d’emprise sur les cerveaux, les cœurs et les corps qu’exerce toute secte

Des amis rencontrés sur les Pentes de la Croix Rousse à Lyon m’ont fortement conseillé d’aller voir « Les Éblouis ». J’avais assurément lu des avis sur ce film, mais je ne me sentais pas motivé pour aller le voir.

Je consulte ce qu’en disent les critiques. Elles sont bonnes. Le Dauphiné Libéré : « Une analyse minutieuse, sans jugement ni manichéisme, de la stratégie d’emprise sur les cerveaux, les cœurs et les corps qu’exerce toute secte, par une réalisatrice qui en fut elle-même victime dans son enfance ». Le Nouvel Observateur : « Servie par des acteurs dirigés de main de maître (notamment Camille Cottin, transportée), la cinéaste suscite des émotions puissantes chez le spectateur : haine, compassion, dégoût, horreur, révolte. Cinéma de combat, mais aussi des passions humaines ».Voir ici.

 

Donc je me rends à cinéma-Lumière La Fourmi.

Les amis qui m’ont incité à voir ce film sont chrétiens, profondément insérés dans la vie de l’Église. Ils ont, m’ont-ils dit, bien apprécié le courage de l’adolescente qui finalement fait la vérité sur ce qu’elle vit. « Il faut du courage pour convertir l’Église. Elle en a besoin ».

En voyant ce film, je me disais qu’une personne éloignée de l’Évangile et de la vie ecclésiale allait, une fois de plus, trouver des arguments pour attaquer les chrétiens. « Ces gens sont vraiment des demeurés, des débiles ! » selon l’expression que j’ai plusieurs fois entendue.

Et voilà encore une couche sur les abus sexuels commis par des prêtres ou des religieux, « des professionnels de la religion ». « Pauvre institution de débiles » ! Que dire ? Que répondre ? Je m’analyse comme gardant plutôt le silence. Le profil bas. Du reste, ce que je lis dans La Croix m’y invite. Par exemple le 23 décembre : « Samedi 21 décembre 2019, les Légionnaires du Christ, fondés par le prêtre mexicain Marcial Maciel (1920-2008), dressaient dans un rapport interne un bilan des agressions sexuelles commises au sein de leur congrégation ». En lire plus.

 

Et le 25 décembre : « Saisir l’opportunité de la crise pour entamer une véritable conversion spirituelle » - Père Jean-Pierre Longeat, Moine bénédictin de l’abbaye de Ligugé (Vienne), président de l’Alliance intermonastère : « Chaque semaine les révélations sur les cas d’abus sexuels dans l’Église s’accumulent, nous laissant accablés, en colère. Dès lors, comment ne pas se laisser écraser par le désespoir ? Il faut se saisir de cette crise pour entamer une véritable conversion spirituelle. Ayant tout perdu de nos certitudes illusoires en matière institutionnelle, nous sommes amenés à réviser nos fondements. Cela passe d’abord par un constat lucide. La question est encore plus large que celle des abus sexuels. Elle concerne les abus de pouvoir et les abus spirituels exercés par certains membres de l’Église en position d’autorité. La bonne nouvelle, c’est sans doute que nous prenons de plus en plus conscience que tout se passe à ce niveau de profondeur. Et c’est là qu’il est important de nous réformer, notamment en rééquilibrant le pouvoir entre ceux qui exercent une responsabilité dans l’Église et son corps tout entier.

Notre rapport à la vérité des faits progresse même s’il n’est pas encore suffisant. Le pape François est particulièrement courageux en ce sens. L’épiscopat français a mis en place une Commission nationale qui écoute les victimes et rendra bientôt ses conclusions. Les démarches de vérité qui mènent à des conversions montrent que le corps du Christ, bien que traversé par la tristesse du péché, peut espérer un renversement pour vivre dans la vérité de l’amour.

Au fond, nous n’en sommes qu’aux prémices de la mise en œuvre de l’Évangile. » Voir ici.

 

 

Je me retrouve bien dans ce regard. Il rejoint ce que j’ai, me semble-t-il, déjà rédigé. Quoiqu’il en soit de l’issus des « affaires lyonnaises », l’Église mettra du temps pour s’en relever ». C’est peut-être ce constat qui m’a incité à mettre l’accent sur l’ESPÉRANCE pour mes vœux 2020.

Merci à mes amis de m’avoir informé sur l’importance de ce film. Il importe de regarder la réalité en face. Sorti de la salle de cinéma, j’ai de nouveau consulté internet. Je vous invite à suivre ces liens.
 

Marianne : « Les Éblouis », bouleversant film d’utilité publique.

 

NouvelObs : « Les Éblouis », avec Camille Cottin : bienvenue dans la secte ».

 

 

La voix du nord : «Les Éblouis», une plongée dans l’obscurantisme ».

 

Le Monde : « Dans « Les éblouis », la dérive sectaire d’une famille filmée à hauteur d’enfant ».

 

 

(N.B. Certains liens ne sont accessibles qu’avec un abonnement)

 

 

Bien sûr, les communautés qui sont (ou qui se sentent) concernées ont réagi. Leurs réflexions sont à mettre dans le panier de la réflexion.

 

La Croix : « La communauté des Béatitudes réfute avoir inspiré « Les Éblouis ».

 

La Communauté de l’Emmanuel (le blog) : « Ce film peut être utile à bien des égards. Pourtant, la promotion qui l’accompagne jette un discrédit injuste sur l’ensemble du renouveau charismatique ».

 

 

Ma conclusion : la vérité se regarde avec courage et le courage est nécessaire pour retrouver la force de l’Évangile. L’Institution (dont je fais partie) cherche encore à se protéger en ouatant le dialogue ou en l’évitant.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article