L’Action Catholique (hélas moribonde) demeure le lieu où le laïc, habile dans sa profession, se forme pour agir en Église dans le monde.

Publié le par Michel Durand

Dominique Greiner de La Croix

Dominique Greiner de La Croix

L’Évangile regarde le monde

le mardi 14 janvier 2020 à 18 h 30 - Maison du Prado, 5 rue Père Chevrier 69007 Lyon

 

# Réparons l’Église - Construction permanente

Avec Dominique Greiner, La Croix- Rédaction en chef

 

Comment réparer - l’Église ?

En réponse à l’appel de La Croix (# RÉPARONS L’ÉGLISE), nombreux furent les témoignages. Antoine Chevrier fut appelé par l’Esprit pour former « des apôtres pauvres pour les pauvres et pour les paroisses ». Désir que des chrétien(ne)s se forment au milieu des pauvres à « suivre Jésus-Christ de plus près ».

Où en est-on aujourd’hui ?

Dominique Greiner, rédacteur en chef à La Croix indique, suite à l’appel « Réparons l’Église » que 5.000 catholiques ont répondu et ont fait des propositions.

Lundi 4 novembre 2019, sur France inter, il confirme que « la confiance en l'Église est abîmée ». Il explique que les gens se sont exprimés avec un sentiment d'exaspération, de ras-le-bol. Dans leurs écrits spontanés, il y a la trace de « quelque chose de blessé ».

Voilà ses mots :

« Une église qui n'a pas su être à la hauteur dans la manière d'accompagner les déviances, ça a blessé la confiance ».

« La première chose que demandent les gens c'est d'être écouté, les chrétiens ont l'impression de ne pas être écoutés ».

La France est « l'un des rares pays où les laïcs n'ont pas de représentation dans l’Église ».

« On aimerait que les femmes aussi soient mieux associées, elles sont majoritaires dans le catholicisme (...) qu'elles soient reconnues dans leur collaboration ».

« Quand il faut prendre la parole, ce n'est pas facile d'être tout de suite constructif (...), quand on ne sait pas quels sont les leviers sur lesquels on doit agir, qu'on a pas appris aux laïcs qu'ils existaient pour réparer l’Église ».

« On est à un moment inédit, dans lequel le pape donne l'impulsion pour que l'église apure son passé ».

« Pour la première fois, à Lourdes, il va y avoir des laïcs, ça fait partie d'un processus où toute l'église se pose la question de comment améliorer son fonctionnement »

La question du mariage des prêtres ?  « C'est une des possibilités qui doit être étudiée comme d'autres, on a peut-être un clergé trop homogène ». 

Dans la ligne de la rencontre du mardi 5 novembre, où était abordée la place des laïcs au Prado, donc dans l’Église, écouter, entendre ce que disent les laïcs me semble essentiel.

Laïc(que)s que ferriez-vous, que faites-vous pour réparer aujourd’hui l’Église ?

Selon vous, quel est le chantier le plus important ?

En fait, je pose cette question à tous les lecteurs, espérant avoir quelques réponses bien réfléchies. Ce sera une façon d’alimenter l’échange avec Dominique Greiner.

Le climat de l’Église à Lyon est-il au beau fixe ? On entend dire que les rapports entre les diverses personnes sont quelque peu tendus. Il y a des clivages. Rien n’est facile.

Comment construire - ou réparer - l’Église ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article