L’art abstrait s’impose pour illustrer les premiers chapitres de la Genèse biblique. Ce texte millénaire ouvre l’espace où se joue la pensée

Publié le par Michel Durand

L’art abstrait s’impose pour illustrer les premiers chapitres de la Genèse biblique. Ce texte millénaire ouvre l’espace où se joue la pensée

J’adresse un sublime merci aux membres du C.A. de Résurgence(s) qui me donnent la joie de lire (contempler) le magnifique ouvrage de Marc-Alain Ouaknin : La genèse de la genèse.

Exégèse, théologie, sciences, poésie, arts plastiques se rencontrent dans le regard philosophique de l’abstraction.

L’éditeur indique son projet : « La Bible était un rêve de toujours, qui a pris forme grâce à une éblouissante rencontre : celle de Marc-Alain Ouaknin, philosophe et rabbin, pour qui “traduire c’est révéler l’infini et la transcendance dont chaque langue est porteuse” (introduction de Marc-Alain Ouaknin), et des peintres de l’abstraction, pour qui “l’art ne reproduit pas le visible, il rend visible” (Paul Klee, Théorie de l’art moderne, credo du créateur, 1920) ».

« Texte millénaire, la Genèse et plus particulièrement ses onze premiers chapitres font partie de l’imaginaire collectif, de la création du monde à la tour de Babel en passant par l’Éden d’Adam et Ève, le déluge ou encore l’arche de Noé. Pourtant, ce nouvel opus de « La Collection » des Éditions Diane de Selliers propose de redécouvrir ce texte comme pour la première fois. La modernité de la traduction de Marc-Alain Ouaknin et la modernité des œuvres sélectionnées se répondent et se nourrissent mutuellement pour raconter en contrepoint le récit de la création du monde. L’ensemble offre un souffle, une contemplation et une méditation artistique autour de ce texte mythique. »

 

Pour plus de lectures, venir ici.

 

 

Pour entrer dans la dynamique de cette étude et traduction, rien de mieux d’entendre ce qu’en dit Marc-Alain Ouaknin.

 

 

Voir les vidéos… Celle-ci

 

Ainsi l’échange avec Frédéric Boyer.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article