Bonne Pâque à chacun avec le Ressuscité qui nous invite à bannir en tout temps indifférence, égoïsme, division, oubli, nous donnant sa force

Publié le par Michel Durand

Croix glorieuse - Jacques Dieudonné

Croix glorieuse - Jacques Dieudonné

Au cours de ce carême 2020, nous ne fûmes pas conduits dans un désert aride, mais dans une maison close.

Nous ?

Pas seulement, les disciples du Christ cherchant, plus ou moins bien, à mettre en œuvre son message d’amour et acceptant pour cela des temps de prière dans un lieu situé à l’écart du bruit de la civilisation productiviste. Mais aussi tout être humain. En effet, c’est chaque femme, chaque homme de l’humanité entière qui se trouve contraint de rester dans son espace ordinaire de vie. Alors, un cri d’espérance jaillit du plus profond de chacun. Sortons au plus vite du confinement !

Dans l’inconnu le plus profond, dans le noir absolu, le chrétien regarde la Lumière qui jaillit et se met à crier : « Jésus Christ est ressuscité ! - Il est vraiment ressuscité ! »

Désormais, demain ne sera plus comme hier. Nous saurons prendre les moyens qu’il faut pour mettre à terre les conceptions libérales productivistes (et extratrivistes) qui placent l’idole argent au-dessus de l’Homme. Face à la pandémie, de nombreux États prennent les mesures qui conviennent pour accompagner les plus démunis. Demeure qu’i y a et qu’il y aura encore beaucoup à faire. Comment accepter que l’épandage de pesticides puisse se produire près des habitations grâce à une dérogation obtenue de la préfecture ? Comment accepter que puis se prolonger d’abondantes déforestations amazoniennes ?

La lumière et la force du Ressuscité se feront actives dans nos vies dans la mesure où nous collaborerons à la tendresse de son action au bénéfice de tous en commençant par les plus meurtris. Christ est vivant. Il se met à notre service. À nous de le recevoir, concrètement dans nos existences. Appel à la conversion ! Révolution personnelle et collective pour engendrer et soutenir de nouveaux modes de vie.

« C’est une autre “contagion”, qui se transmet de cœur à cœur – parce que tout cœur humain attend cette Bonne Nouvelle. C’est la contagion de l’espérance : « Le Christ, mon espérance, est ressuscité ! » Il ne s’agit pas d’une formule magique, qui fait s’évanouir les problèmes. Non, la résurrection du Christ n’est pas cela. Elle est au contraire la victoire de l’amour sur la racine du mal, une victoire qui “ n’enjambe pas” la souffrance et la mort, mais les traverse en ouvrant une route dans l’abime, transformant le mal en bien : marque exclusive de la puissance de Dieu ».

Voilà ce que proclame François. Tout son message « urbi et orbi » est à lire.

Source de la photo

 

« Que Jésus, notre Pâque, donne force et espérance aux médecins et aux infirmiers, qui partout offrent au prochain un témoignage d’attention et d’amour jusqu’à l’extrême de leurs forces et souvent au sacrifice de leur propre santé. À eux, comme aussi à ceux qui travaillent assidument pour garantir les services essentiels nécessaires à la cohabitation civile, aux forces de l’ordre et aux militaires qui en de nombreux pays ont contribué à alléger les difficultés et les souffrances de la population, va notre pensée affectueuse, avec notre gratitude. »

« Que le Christ notre paix éclaire tous ceux qui ont des responsabilités dans les conflits, pour qu’ils aient le courage d’adhérer à l’appel pour un cessez-le-feu mondial et immédiat dans toutes les régions du monde. Ce n’est pas le temps de continuer à fabriquer et à trafiquer des armes, dépensant des capitaux énormes qui devraient être utilisés pour soigner les personnes et sauver des vies. Que ce soit au contraire le temps de mettre finalement un terme à la longue guerre qui a ensanglanté la Syrie bien-aimée, au conflit au Yémen et aux tensions en Irak, comme aussi au Liban. Que ce temps soit le temps où Israéliens et Palestiniens reprennent le dialogue, pour trouver une solution stable et durable qui permette à tous deux de vivre en paix. Que cessent les souffrances de la population qui vit dans les régions orientales de l’Ukraine. Que soit mis fin aux attaques terroristes perpétrées contre tant de personnes innocentes en divers pays de l’Afrique. »

Que le Seigneur « réchauffe le cœur des nombreuses personnes réfugiées et déplacées, à cause de guerres, de sécheresse et de famine. Qu’il donne protection aux nombreux migrants et réfugiés, beaucoup d’entre eux sont des enfants, qui vivent dans des conditions insupportables, spécialement en Libye et aux frontières entre la Grèce et la Turquie. Et je ne veux pas oublier l’île de Lesbos. »

Pour nous souhaiter une bonne fête de Pâque, c’est tout cela qui doit se concrétiser dans nos vies. Christ nous apporte force et lumière. À nous de recevoir ce don et d’en vivre au quotidien. Qu’il en soit ainsi pour qu’après la réclusion, rien ne soit comme avant.

« Ce temps n’est pas le temps des égoïsmes, parce que le défi que nous affrontons nous unit tous et ne fait pas de différence entre les personnes. Parmi les nombreuses régions du monde frappées par le coronavirus, j’adresse une pensée spéciale à l’Europe. Après la Deuxième Guerre mondiale, ce continent a pu renaître grâce à un esprit concret de solidarité qui lui a permis de dépasser les rivalités du passé. Il est plus que jamais urgent, surtout dans les circonstances actuelles, que ces rivalités ne reprennent pas vigueur, mais que tous se reconnaissent membres d’une unique famille et se soutiennent réciproquement. Aujourd’hui, l’Union européenne fait face au défi du moment dont dépendra, non seulement son avenir, mais celui du monde entier. Que ne se soit pas perdue l’occasion de donner une nouvelle preuve de solidarité, même en recourant à des solutions innovatrices. L’alternative est seulement l’égoïsme des intérêts particuliers et la tentation d’un retour au passé, avec le risque de mettre à dure épreuve la cohabitation pacifique et le développement des prochaines générations. »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article