L’heure est venue pour une décroissance dans des parties du monde en vue d’une saine croissance solidaire. Avoir des comportements sobres

Publié le par Michel Durand

L’heure est venue pour une décroissance dans des parties du monde en vue d’une saine croissance solidaire. Avoir des comportements sobres
L’heure est venue pour une décroissance dans des parties du monde en vue d’une saine croissance solidaire. Avoir des comportements sobresL’heure est venue pour une décroissance dans des parties du monde en vue d’une saine croissance solidaire. Avoir des comportements sobres

Quand le groupe « Chrétiens et pic de pétrole » s’est mis en place au milieu des années 2000, beaucoup de chrétiens voyaient l’écologie seulement sous le versant de l’environnement. Il convenait de protéger les espaces verts, les fleurs, les oiseaux… Une affaire de riches. On ne parlait pas d’écologie politique. Et, évoquer l’inévitable décroissance économique pour les pays industrialisés au bénéfice de l’humain, relevait de l’ineptie. Le progrès, le développement, l’augmentation des richesses accompagnent nécessairement toute vie humaine. Sinon il y a chômage, risque de récession ; bref, la catastrophe. Autrement dit, plus le gâteau est gros, mieux on peut le partager. Alors j’interroge : voyez-vous le partage se réaliser ? Telle était la question que je posais en 1979, à Gilbert Blardone de Croissance des jeunes nations. C’est de lui que je tiens cette idée du partage du gâteau.

Augmentons la croissance afin de pouvoir partager avec le Tiers-Monde ! Si cela pouvait être vrai.

Quand, « Chrétiens et pic de pétrole » souhaita la participation des membres du Ceras (la revue Projet) pour approfondir cette problématique de l’écologie politique dans le sens d’inévitables changements radicaux de modes de vie, l’accueil sur plutôt réservé. Si ma mémoire ne me trahit pas, nous n’avons pas pu travailler ensemble. Aussi, aujourd’hui, je suis très heureux -même s’il est permis de penser que je m’en glorifie- de voir l’engagement du Centre de recherche et d’action sociale des jésuites. Sans aucun doute, c’est la publication de l’encyclique Laudato si’ qui a transformé les regards.

 

Chrétiens et Pic de pétrole a conduit trois colloques. Le groupe a cessé ses activités en 2015 affirmant que désormais l’urgence n’est plus de réfléchir, de sensibiliser l’opinion -bien que cela soit toujours nécessaire- mais avant tout d’agir. Je pense à cela aujourd’hui, tout simplement parce que le cinquième anniversaire de Laudato si’ réveille en ma mémoire ce que j’ai pu écrire sur En manque d’Église à ce propos. Pour le voir, un clic sur la catégorie : chrétiens et pic de pétrole ; ou capitalisme interrogé.

Voici trois fascicules qui témoignent du travail de Chrétiens et pic de pétrole.

 

Chrétiens et pic de pétrole a organisé trois colloques  et a animé pendant 4 ans un laboratoire de réflexion en partenariat avec l'Espace Saint-Ignace de Lyon.

L’heure est venue pour une décroissance dans des parties du monde en vue d’une saine croissance solidaire. Avoir des comportements sobres
L’heure est venue pour une décroissance dans des parties du monde en vue d’une saine croissance solidaire. Avoir des comportements sobres
L’heure est venue pour une décroissance dans des parties du monde en vue d’une saine croissance solidaire. Avoir des comportements sobres

L’écologie n’est pas qu’une démarche individuelle ; elle demande un engagement collectif. Politique.

Aujourd’hui, j’aimerais bien rencontrer dans mon quartier des groupes de chrétiens œuvrant résolument dans le sens de la nécessité d’une décroissance assumée. Je le souhaitais avant le 5e anniversaire de Laudato si’. Je le souhaite aujourd’hui, l’estimant possible. L’invitation de François à marcher dans ce sens renforce ma conviction. Et, les outils pour enfin s’engager à agir se multiplient. Il n’est plus question seulement d’environnement. Tous les humains sont concernés et pour être certain d’agir dans le bon sens, il importe de commencer à porter sur les très pauvres de la Terre un regard fraternel.

Suivons la prière de François : « Dieu aimant, Créateur du ciel, de la terre et de tout ce qu'ils contiennent. Ouvre nos esprits et touche nos cœurs, afin que nous puissions faire partie de la création, ton don. Sois présent pour les nécessiteux en ces temps difficiles, en particulier les plus pauvres et les plus vulnérables. Aide-nous à faire preuve de solidarité créative pour affronter les conséquences de cette pandémie mondiale. Rends-nous courageux en acceptant les changements apportés à la recherche du bien commun. Maintenant plus que jamais, que nous pouvons tous nous sentir interconnectés et interdépendants. Assure-toi que nous pouvons écouter et répondre au cri de la terre et au cri des pauvres. Les souffrances actuelles peuvent être les douleurs de l'accouchement d'un monde plus fraternel et durable ».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article