François de Rome a eu l’audace d’accepter de vivre ce que de si nombreuses personnes ont vécu pendant ce confinement : une visioconférence

Publié le par Michel Durand

François de Rome a eu l’audace d’accepter de vivre ce que de si nombreuses personnes ont vécu pendant ce confinement : une visioconférence

Ce que réalisent les jeunes générations notamment avec les outils informatiques, les anciens n’en ayant pas eu l’idée (ou l’audace, s’ils en avaient eu l’idée), ne peuvent le faire. C’est ce à quoi je pense en regardant cette vidéo.

Le système de communication par l’usage des dits réseaux sociaux crée des réseaux où l’intergénérationnel est exclu. Nous le voyons en de nombreux domaines. Je citerai en exemple les manifestations contre toute forme de racisme qui rassemblent majoritairement des jeunes informés par leurs « ordinateurs-téléphones mobiles. L’affectif, l’émotion semble être le ressort de la mobilisation. Mais pas que. il y a aussi (ou surtout) les moyens de communication de type facebook avec lesquels les jeunes générations sont plus à l’aise que les anciens.

Je dois prendre le temps -ou trouver les moyens- d’étudier cette réalité, car j’aimerai bien comprendre pourquoi, à la frontière de l’Europe, les nombreux morts parmi les exilés (réfugiés politiques ou migrants économiques, pour reprendre ce vocabulaire fallacieux), mobilisent vraiment si peu de manifestants en considération des homicides racistes.

Mais revenons à la pointe de cette page : l’audace des jeunes, leur réussite notamment avec les plus pauvres de nos sociétés. J’estime qu’il y a des leçons à prendre au moment où je relis, une fois de plus, l’engagement de l’Église dans son option préférentielle auprès des pauvres. Nous en parlons souvent et, en tant qu’Institution, comme nous avons besoin d’argent, nous nous comportons afin de ne jamais déplaire aux riches, ceux qui peuvent donner de l’argent.

Les jeunes de Lazare en dialogue avec François de Rome se situent sur ce terrain. Comme nous le disons sans cesse : au nom de l’Évangile, il n‘est pas question de faire pour les pauvres, mais avec eux.

Après la vidéo, le texte de présentation de "Lazare". 

Lazare ; nous vivons entre jeunes, actifs et sans-abri, sous le même toit depuis 10 ans. Aujourd’hui nous sommes plus de 200 à vivre cette expérience de la colocation solidaire : il existe 8 maisons en France, une à Madrid et une à Bruxelles. 
Nous fêtons en 2020 nos 10 ans et le pape François avait accepté de nous recevoir tous (familles engagées, colocataires de France, de Belgique et d’Espagne) à cette occasion à Rome, mais le COVID en a décidé autrement ! 
Qu’à cela ne tienne, le Pape François a eu l’audace d’accepter de vivre ce que de si nombreuses personnes ont vécu pendant ce confinement : une visioconférence en direct avec nos maisons pendant 1h 20 ! Une petite délégation de 8 personnes s’est rendue sur place pour représenter l’association.
Après une présentation de l’association par le Délégué général et quelques courts témoignages des colocs présents sur place, le pape a répondu aux 10 questions posées par les maisons Lazare à travers l’écran :


1. Comment allez-vous ?
2. Que représente Lazare pour vous ?
3. Quel plat prépareriez-vous à vos colocs si vous habitiez à Lazare ?
4. Comment peut-on vivre dignement lorsqu'on a un handicap psychiatrique?
5. J’ai connu la rue pendant 2 ans, j’ai perdu confiance en Dieu et dans les hommes. Comment garder l’espérance ? Comment pardonner ?
6. Quels conseils nous donnez-vous pour être heureux dans une coloc Lazare ?
7. Pourquoi l’Église est-elle si riche alors qu’il y a tant de pauvres ?
8. Seriez-vous prêt à ouvrir une maison Lazare au Vatican ?
9. Nous devions venir vous voir tous ensemble lors de ce week-end-e. On compte bien revenir à 200 colocs en 2021. Accepteriez-vous de nous recevoir ?
10. Quelle question voulez-vous nous poser ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article