Euthanasie passive ou mort naturelle

Publié le par Michel Durand

Je dépose aujourd’hui, un commentaire à ma réflexion du 27 septembre 2007 : une seule alimentation naturelle en fin de vie.

Il se trouve que ces derniers jours, le problème a occupé pas mal de place dans les journaux.

Voir la Croix du 2 octobre

Entendre l’info sur RTL


Le commentaire que je dépose ici donne d’utiles explications

Bonjour Michel, veuillez bien excuser mon retard
vos questions : antalgique, c'est tout médicament destiné à calmer la douleur (  de l'aspirine, doliprane jusqu'aux opiacés, comme  la morphine) ; on emploie aussi le mot sédatif, calmant. Quant à l'alimentation donnée à la cuillère, elle est  satisfaisante lorsque l'état du patient permet d'en absorber une quantité suffisante, sans trop de difficultés, ni risque de troubles de déglutition.  Elle est insuffisante, quel que soit l'age, dans des périodes  graves,  où ce sont les perfusions, qui, contenant éléments nutritifs et médicaments, permettent des soins médicaux ou chirurgicaux, et une amélioration.
En fin de vie, chez des personnes âgées, parfois chez des personnes plus jeunes, mais avec un organisme fragilisé, malade,  les soins sont plus complexes, peut-être plus individualisés. Le but est d'apaiser la souffrance physique en utilisant, suivant les cas, les diverses techniques et médicament évoqués précédemment, apaiser la souffrance  morale par une présence, accueillir, impliquer l'entourage familial, moment de ressenti, de bilan, de transmission ; important pour l'avenir… dans ces conditions la mort n'est  peut-être pas volée.
Je ne connais pas assez les cas Althuser et Groz pour en parler, il me faut réfléchir.
Elodie.

Merci donc pour cet apport et continuons l’échange.

Aux deux personnes cités ci-dessus, on peut ajouter Jean-Paul II dont certains disent qu’il n’était plus alimenter même par artifice ce que les membres de la Doctrine appelle euthanasie passive. A voir.

Publié dans Anthropologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article