Isaie et Jésus 9

Publié le par Michel Durand

Scènes de détresse. Il faut un sauveur. Le peuple implore.
Ce sauveur arrive en la personne de Jésus. Commente sera-t-il enfanté ? comment arrivera-t-il au monde ? Dans les douleurs de toute création, de tout enfantement. Le peuple supplie pour que vérité soit faite. Que les princes de ce monde acceptent les leçons de morale d’où qu’elles viennent. La terre ne peut pas s’enrichir au détriment de l’homme.


Prière d’Action de grâce. La ville forte et la cité inaccessible
Isaïe 26 1-21
Ce jour-là, au pays de Juda,
 on chantera ce cantique : 
« Nous avons une ville forte (Jérusalem).
 Pour la protéger, le Seigneur y a placé
  murailles et avant-mur. Ouvrez les portes, laissez entrer le peuple fidèle 
qui tient ses engagements. Son coeur est ferme.
 Toi, Seigneur, tu le gardes en paix, 
car il te fait confiance. Faites confiance pour toujours
 au Seigneur, oui au Seigneur,
 le Rocher de tous les temps. Car il a fait dégringoler 
ceux qui logeaient sur les hauteurs (Moab) ; 
il a précipité en bas 
la cité inaccessible,
 il l'a précipitée jusqu'à terre.
 Il l'a jetée dans la poussière, et l'a fait piétiner 
par le peuple pauvre et faible. »
Prière des derniers temps
Seigneur, tu indiques au fidèle 
un chemin qui va tout droit ; 
la voie que tu lui traces 
est sans aucun détour. Oui, sur le chemin
 que tu commandes de suivre,
 nous comptons sur toi, Seigneur.
 Prononcer ton nom, faire appel à toi, voilà ce que tout coeur désire. Pendant la nuit, moi aussi, 
je désire ta présence du fond du coeur je te cherche.
Quand tu appliques aux humains
 les sentences (= interventions divines destinées à la formation des peuples) que tu as prononcées, 
alors les habitants du monde
 apprennent à se conduire comme il faut. Mais si l'on a pitié des méchants, 
ils n'apprennent pas ce qu'il faut faire,
 ils tordent ce qui est droit sur terre,
 ils ne voient pas ta grandeur, Seigneur. Seigneur, ta main est menaçante,
 mais ils ne la remarquent pas. 
Qu'ils soient humiliés
 de voir avec quelle passion 
tu défends ton peuple !
 Qu'ils soient dévorés par le feu 
que tu destines à tes adversaires  ! Seigneur, tu nous donnes l'essentiel,
 car c'est toi qui as mené à bien pour nous 
tout ce que nous avons entrepris. Seigneur notre Dieu,
 d'autres maîtres que toi
 ont dominé sur nous (=des souverains étrangers avec leurs dieux).
 Mais tu es le seul que nous voulons célébrer. Ceux-là sont morts et ne revivront pas (=la disparition des ennemis est définitive (Baal ne peut revivre après la sécheresse)
 ; ils ne sont plus que des ombres, 
ils ne se relèveront pas.
 C'est vrai, tu es intervenu 
pour les exterminer,
 tu as fait disparaître 
tout ce qui pouvait rappeler leur souvenir. Tu as fait grandir notre peuple,
 Seigneur, c'est ton titre de gloire ;
 tu as fait grandir notre peuple,
 tu as repoussé toutes les frontières du pays. Seigneur, dans la détresse 
ils ont cherché ta présence ; 
ils ont murmuré des prières
 (=vaines incantations magiques) sous ta correction. Devant toi, Seigneur,
 nous avons été comme une femme 
qui va mettre au monde un enfant :
 elle se tord de douleur et crie. Nous aussi, nous devions 
mettre au monde quelque chose,
 nous étions dans les douleurs,
 mais nous n'avons donné le jour 
qu'à du vent, semble-t-il.
 Nous n'avons pas su apporter le salut à la terre, 
ni de nouveaux habitants au monde.
Mon peuple,
 tes morts reprendront vie
— alors les cadavres des miens 
ressusciteront ! —
Ceux qui sont couchés en terre
se réveilleront et crieront de joie.
 Le Seigneur t'enverra une rosée de lumière (=chute d’étoiles filantes ou rosée due au soleil du matin ou éclair de l’orage, symbole de la pluie qui revivifie la terre), 
et la terre redonnera naissance 
à ceux qui n'étaient plus que des ombres. Mon peuple, retire-toi à l'intérieur de ta maison, 
ferme derrière toi les deux battants de la porte (= pour se protéger de la colère divine ; au déluge Dieu ferme la porte de l’arche). 
Cache-toi un court instant 
jusqu'à ce que soit passée 
la colère du Seigneur. Le voici qui sort de chez lui, 
pour s'occuper des crimes
 des habitants de la terre.
 La terre va laisser paraître 
le sang qu'elle recouvrait,
 elle cessera de cacher 
les victimes qu'elle a recueillies.


Matthieu 24 1-25
Anonce de la destruction du temple : le commencements des douleurs

Trois thèmes sont liés dans ce chapitre :
- La destruction de Jérusalem
- La fin de ce monde
- La venue en gloire du Fils de l’homme.

Jésus met en garde contre la préoccupation des signes précurseurs, et insiste sur la vigilance dans l’attente du Fils de l’homme qui vient.

Jésus sortit du temple et, tandis qu'il s'en allait, ses disciples s'approchèrent de lui pour lui faire remarquer les constructions du temple (il s’agit du nouveau temple qui était presque achevé. Il sera inauguré en l’an 60). Alors, Jésus prit la parole et leur dit : « Vous voyez tout cela ? Je vous le déclare, c'est la vérité : il ne restera pas ici une seule pierre posée sur une autre ; tout sera renversé. »

Jésus s'était assis au mont des Oliviers. Ses disciples s'approchèrent alors de lui en particulier et lui demandèrent : « Dis-nous quand cela se passera, et quel signe indiquera le moment de ta venue et de la fin du monde. » Jésus leur répondit : « Faites attention que personne ne vous trompe. Car beaucoup d'hommes viendront en usant de mon nom et diront : «Je suis le Messie !» Et ils tromperont quantité de gens. Vous allez entendre le bruit de guerres proches et des nouvelles sur des guerres lointaines ; ne vous laissez pas effrayer : il faut que cela arrive, mais ce ne sera pas encore la fin de ce monde. Un peuple combattra contre un autre peuple, et un royaume attaquera un autre royaume ; il y aura des famines et des tremblements de terre (= thèmes apocalyptiques traditionnels) dans différentes régions. Tous ces événements seront comme les premières douleurs de l'accouchement.* alors des hommes vous livreront pour qu'on vous tourmente et l'on vous mettra à mort. Tous les peuples vous haïront à cause de moi. En ce temps-là, beaucoup abandonneront la foi ; ils se trahiront et se haïront les uns les autres. De nombreux faux prophètes (= ceux qui troublèrent la fin du premier siècle de l’Église) apparaîtront et tromperont beaucoup de gens. Le mal se répandra à tel point que l'amour d'un grand nombre de personnes se refroidira. Mais celui qui tiendra bon jusqu'à la fin sera sauvé. Cette Bonne Nouvelle du Royaume sera annoncée dans le monde entier pour que le témoignage en soit présenté à tous les peuples. Et alors viendra la fin. »
 (= la fin de l’économie présente et l’instauration définitive du Royaume de Dieu).
« Vous verrez celui qu'on appelle «l'Horreur abominable», dont le prophète Daniel a parlé ; il sera placé dans le lieu saint. — que celui qui lit comprenne bien cela ! — Alors, ceux qui seront en Judée devront s'enfuir vers les montagnes ; celui qui sera sur la terrasse de sa maison ne devra pas descendre pour prendre ses affaires à l'intérieur ; et celui qui sera dans les champs ne devra pas retourner chez lui pour emporter son manteau. Quel malheur ce sera, en ces jours-là, pour les femmes enceintes et pour celles qui allaiteront ! Priez Dieu pour que vous n'ayez pas à fuir pendant la mauvaise saison ou un jour de sabbat ! Car, en ce temps-là, la détresse (= de persécution) sera plus terrible que toutes celles qu'on a connues depuis le commencement du monde jusqu'à maintenant, et il n'y en aura plus jamais de pareille. Si Dieu n'avait pas décidé d'abréger cette période, personne ne pourrait survivre. Mais il l'a abrégée à cause de ceux qu'il a choisis. Si quelqu'un vous dit alors : «Regardez, le Messie est ici !» ou bien : «Il est là !», ne le croyez pas. Car de faux messies et de faux prophètes apparaîtront ; ils accompliront de grands miracles et des prodiges pour tromper, si possible, même ceux que Dieu a choisis. Écoutez ! Je vous ai avertis à l'avance.


*En reprenant à l’Ancien Testament, l’image des douleurs de l’enfantement, Jésus, marque le caractère inéluctable de ce qui doit arriver.

Publié dans Bible

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article