Isaïe et Jésus 11

Publié le par Michel Durand

Lisons aujourd’hui (Bible de Jérusalem) le chapitre 29 du livre d’Isaïe.

Dans la version TOB.

 Lisons-le tel qu’il se présente à notre lecture, puis relisons-le en nous permettant quelques transpositions. Certes, cela peut être dangereux et irrespectueux de l’intention de l’auteur car on risque de tordre le sens du texte pour le plier dans ses propres soucis. Mais quand même, essayons une lecture au deuxième degré : ce que les contemporains de cet oracle ont vécu peut éclairer notre présent.


Isaïe 29, le siège et le salut de Jérusalem.

Jérusalem ?
Jadis une terre, le mont Sion (Palestine) ; aujourd’hui, l’ensemble de la terre, de l’Église, nouvelle Sion, nouvelle Jérusalem (nouvel Ari’el, partie supérieure de l’autel où l’on brûlait les victimes, lieu qui exprime le caractère sacré de la ville).

Pourquoi assiéger Ariel ? Que souhaite dire cet oracle apocalyptique ?
Que les voyants sont aveugles, les orateurs prophétiques, muets, que les sages gouvernants, stupides… plus personne ne sait lire dans les évènements ce qui arrivera inéluctablement. Ils regardent, mais ne voient pas. On sait plus lire ; tout est « scellé ». L’intelligence des intelligents s’envolera. Et, que restera-t-il ? Une immense calamité, horrible dévastation.

Actualité
Hausse du prix du pétrole et autres matières premières. La pression des pouvoirs financiers est tellement forte, notamment par le biais de la publicité que, estimés insupportables par quelques-uns, ceux-ci osent prendre le risque de l’acte destructeur. Voir la séquence vidéo de ceux qui se dit « la bande à Jésus » : violence gratuite, inacceptable, antiévangélique ?  Mais cela ne doit pas être leur problème.

picpetrol.jpg
Selon Isaïe :
Le peuple de ceux qui prient (rituellement) ne fait qu’agiter du vent : « son cœur est loin de moi », dit Dieu dans l’oracle. L’intelligence des intelligents s’envolera.

Le drame du peuple qui abuse de la création, c’est qu’il dit ne pas dépendre de son créateur. Il croit qu’il est l’unique maître de tout ce qui existe. Il est comme le pot qui dit à son potier : « ce n’est pas toi qui m’as façonné », je n’ai rien à respecter.
Certes, les tyrans disent cela, mais ils sont stupides et un jour viendra, où Dieu, le Créateur unique rétablira la vérité. Alors, les yeux des aveugles verront, Jérusalem, la Terre, sera sauvée.
La clairvoyance de Yahvé perce les mauvais dessins. Il va délivrer les humbles de leurs ennemis et faire régner la justice.

Impacts des prix des matières premières sur les très pauvres.
Les journaux titrent sur le prix du pétrole, sur la nouvelle crise du pétrole. Ils semblent dire : pas de panique, on s’en sortira. Est-ce bien vrai ? Voir l'étude du Sénat.


Isaïe
Au plus profond de notre réflexion demeure cette certitude : celui qui sanctifiera celui qui a racheté Abraham, sera libéré de toutes malédictions : les esprits égarés apprendront l’intelligence et ceux qui murmurent recevront l’instruction.

Enfin, lisons tout le chapitre Isaïe 29.

Ainsi que quelques passages des Évangiles :

Luc 19, 41-48

Quand il fut proche, à la vue de la ville, il pleura sur elle, en disant : " Ah ! si en ce jour tu avais compris, toi aussi, le message de paix ! Mais non, il est demeuré caché à tes yeux.
Oui, des jours viendront sur toi, où tes ennemis t'environneront de retranchements, t'investiront, te presseront de toute part. Ils t'écraseront sur le sol, toi et tes enfants au milieu de toi, et ils ne laisseront pas en toi pierre sur pierre, parce que tu n'as pas reconnu le temps où tu fus visitée !
Puis, entré dans le Temple, il se mit à chasser les vendeurs, en leur disant : " Il est écrit : Ma maison sera une maison de prière. Mais vous, vous en avez fait un repaire de brigands ! "
Il était journellement à enseigner dans le Temple, et les grands prêtres et les scribes cherchaient à le faire périr, les notables du peuple aussi. Mais ils ne trouvaient pas ce qu'ils pourraient faire, car tout le peuple l'écoutait, suspendu à ses lèvres.


Écouter et mettre en pratique la parole entendue. Il ne sert à rien de dire que l’on respecte le Temple, la terre, l’Homme, unique résidence du sacré, si l’on agit en méprisant tous les droits.

Matthieu 15, 1-9
Alors, des Pharisiens et des scribes de Jérusalem s'approchent de Jésus et lui disent : « Pourquoi tes disciples transgressent-ils la tradition des anciens ? En effet, ils ne se lavent pas les mains au moment de prendre leur repas(1) ». « Et vous, répliqua-t-il, pourquoi transgressez-vous le commandement de Dieu au nom de votre tradition ? En effet, Dieu a dit : Honore ton père et ta mère, et que celui qui maudit son père ou sa mère soit puni de mort ». « Mais vous, vous dites : Quiconque dira à son père ou à sa mère : Les biens dont j'aurais pu t'assister, je les consacre (2) » celui-là sera quitte de ses devoirs envers son père ou sa mère. Et vous avez annulé la parole de Dieu au nom de votre tradition.
Hypocrites ! Isaïe a bien prophétisé de vous, quand il a dit :
« Ce peuple m'honore des lèvres, mais leur cœur est loin de moi.
Vain est le culte qu'ils me rendent : les doctrines qu'ils enseignent ne sont que préceptes humains. »

(1)    D’origine probablement cultuelle dans l’ancienne religion israélite, d’abord réservée aux officiants du Temple, l’ablution des mains avant et après les repas fut étendue au peuple fidèle par la piété pharisienne vers les temps de Jésus. Les gens de Qumrân la pratiquaient sous forme d’une ablution corporelle dans des bassins dont on a retrouvé les vestiges.
(2)    Je les consacre, ou j’en fais une offrande sacrée, c’est-à-dire, une offrande à la divinité (qorban). Ce fut ensuite considéré comme un trésor du Temple. Par cette formule juridico religieuse, on consacrait à Dieu des biens qui auraient dû servir au soutien des parents âgés ou démunis. Cette pratique faisait l’objet de vives critiques dans le judaïsme dès avant Jésus, tant était vif le sentiment de la solidarité familiale.

Tout est possible, publicité, limite des ressources naturelles, fin du charbon, fin du pétrole… Comment un lecteur de l’Évangile ajustera son mode de vie quotidien à une conjoncture qui ne permet un enrichissement infini, une croissance permanente ?
Recherche d’astuces pour produire encore plus (au moins dans les pays qui cumulent les pouvoirs) ou acceptation d’une vie sobre – appel à la pauvreté selon l’Évangile ?

Publié dans Bible

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article