Isaïe et Jésus 12

Publié le par Michel Durand

Livre de la Consolation
Isaïe 40
 DSCN4757.jpg

Que Dieu nous permette de pousser un profond soupir de soulagement !
« Parler au cœur » c’est parler à ce qui touche toute la personne humaine : ses sentiments, mais aussi sa raison, sa volonté. Si nous allons au désert, c’est pour entendre au plus profond de nous-mêmes une Parole nous invitant à retrouver le chemin du Seigneur.
Isaïe 40, 1-11
Réconfortez mon peuple, c'est urgent, dit votre Dieu. Parlez au cœur de Jérusalem, criez-lui qu'elle en a fini avec les travaux forcés, et qu'elle a purgé sa peine. Car le Seigneur lui a fait payer le prix complet de toutes ses fautes.
J'entends une voix crier : « Dans le désert, ouvrez le chemin au Seigneur ; dans cet espace aride, frayez une route pour notre Dieu. Qu'on relève le niveau des vallées, qu'on abaisse montagnes et collines ! Qu'on change les reliefs en plaine et les hauteurs en larges vallées ! La glorieuse présence du Seigneur va être dévoilée, et tout le monde la verra. Tel est l'ordre du Seigneur. »
J'entends une voix qui dit : « Fais une proclamation ».
Mais je réponds : « Laquelle ? »
La voix reprend : « Celle-ci :
Le sort des humains est précaire comme celui de l'herbe. Ils n'ont pas plus de vigueur que les fleurs des champs. L'herbe sèche, la fleur se fane, quand le souffle du Seigneur est passé par là.
— C'est bien vrai, les humains ont la fragilité de l'herbe —. Oui, l'herbe sèche, la fleur se fane, mais la Parole de notre Dieu se réalisera pour toujours. »
Peuple de Jérusalem, monte sur une haute montagne.
Peuple de Sion, crie de toutes tes forces. Tu es chargé d'une bonne nouvelle, n'aie pas peur de la faire entendre.
Dis aux villes de Juda : « Voici votre Dieu. Voici le Seigneur Dieu. Il arrive plein de force, il a les moyens de régner. Il ramène ce qu'il a gagné, il rapporte le fruit de sa peine. Il est comme un berger qui mène son troupeau et le rassemble d'un geste du bras ; il porte les agneaux contre lui et ménage les brebis qui allaitent des petits.


Aller dans le désert pour entendre la voix de Dieu, n’est-ce pas revêtir l’attitude des pauvres de Yahvé qui, économiquement riches ou pauvres, n’attendent que de Dieu la solution de leurs énigmes ?
Seul le pauvre est en attente d’une Bonne Nouvelle. Les riches, en argent, en pouvoir, en esprit n’ont besoin de rien d’autres que ce que leur procure l’assurance de leur richesse. Ont-ils besoin d’une «Bonne Nouvelle ?»
Toute la vie de Jésus, son annonce, sa naissance, son action, prouve qu’il accomplit ce que l’Ancien testament déjà proclamait : « l’acte de Dieu est de s’approcher du pauvre » (Jacques Ellul).

Isaïe 60,1 / Luc 4,18
« Le Seigneur Dieu me remplit de son Esprit, car il m'a consacré et m'a donné pour mission d'apporter aux pauvres une bonne nouvelle, et de prendre soin des désespérés ; de proclamer aux déportés qu'ils seront libres désormais et de dire aux prisonniers que leurs chaînes vont tomber... »

« L'Esprit du Seigneur est sur moi, il m'a consacré pour apporter la Bonne Nouvelle aux pauvres.
Il m'a envoyé pour proclamer la délivrance aux prisonniers et le don de la vue aux aveugles, pour libérer les opprimés, pour annoncer l'année où le Seigneur manifestera sa faveur . »



Jésus affirme donc qu’il est la réponse de Dieu à l’appel du pauvre.Il l’est parce qu’il est, lui avant tout, le PAUVRE. Il est le pauvre de Dieu plus que tous, parce que, riche de la richesse de Dieu, il abandonne tout pour se mettre au diapason du plus petits des petits parmi les hommes. Comme le dit J. Ellul, « Jésus est le Pauvre au sens matériel, car il vit de la charité des uns et des autres… Il est Pauvre au sens spirituel, car il n’a rien de lui-même. Il est le client de Dieu. Et dans cette mesure, adopté par Dieu, il devient le Pauvre de Yahvé. Il ne vit que de l’Esprit que Dieu lui donne ».
C’est pour vivre de cet vie que Dieu conduit son peuple au désert.

Et voici la prophétie de Zacharie, père de Jean-Baptiste
Luc 1, 67-79
Zacharie, le père du petit enfant, fut rempli du Saint-Esprit ; il se mit à prophétiser en ces termes : « Loué soit le Seigneur, le Dieu du peuple d'Israël, parce qu'il est intervenu en faveur de son peuple et l'a délivré. Il a fait apparaître un puissant Sauveur, pour nous, parmi les descendants du roi David, son serviteur. C'est ce qu'il avait annoncé depuis longtemps par ses saints prophètes : il avait promis qu'il nous délivrerait de nos ennemis et du pouvoir de tous ceux qui nous veulent du mal. Il a manifesté sa bonté envers nos ancêtres et n'a pas oublié sa sainte alliance. En effet, Dieu avait fait serment à Abraham, notre ancêtre, de nous libérer du pouvoir des ennemis et de nous permettre ainsi de le servir sans peur, pour que nous soyons saints et justes devant lui tous les jours de notre vie. Et toi, mon enfant, tu seras prophète du Dieu très-haut, car tu marcheras devant le Seigneur pour préparer son chemin et pour faire savoir à son peuple qu'il vient le sauver en pardonnant ses péchés. Notre Dieu est plein de tendresse et de bonté : il fera briller sur nous une lumière d'en haut, semblable à celle du soleil levant, pour éclairer ceux qui se trouvent dans la nuit et dans l'ombre de la mort, pour diriger nos pas sur le chemin de la paix.»



Jacques 1,9-10
Que le frère pauvre se réjouisse de ce que Dieu l'élève, et le frère riche de ce que Dieu l'abaisse. En effet, le riche passera comme la fleur d'une plante sauvage. 11 Le soleil se lève, sa chaleur brûlante dessèche la plante ; sa fleur tombe et sa beauté disparaît. De même, le riche disparaîtra au milieu de ses activités.

Publié dans Bible

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article