De Edith Stein à Newman

Publié le par Michel Durand

De Edith Stein à Newman


Suite à la présentation de l’exposition de Roger Garin où figure un poème d’Edith Stein.

Je reçois ce mot de Dominique Gonnet . Un grand merci.

Cher Michel, ce texte d'Edith Stein fait penser à la belle prière de Newman
tellement proche d'Augustin son maître :


 Lead, Kindly Light

    Lead, kindly Light, amid th' encircling gloom, lead Thou me on;
      The night is dark, and I am far from home; lead Thou me on:
                 Keep Thou my feet; I do not ask to see
              The distant scene--one step enough for me.

     I was not ever thus, nor prayed that Thou shouldst lead me on;
      I loved to choose and see my path; but now lead Thou me on.
              I loved the garish day, and, spite of fears,
             Pride ruled my will: remember not past years.

    So long Thy power hath blest me, sure it still will lead me on,
   O'er moor and fen, o'er crag and torrent, till the night is gone;
               And with the morn those angel faces smile,
          Which I have loved long since, and lost awhile.


John H. Newman (born February 1, 1801) wrote this hymn on a
Mediterranean voyage to Marseilles on June 16, 1833, during a time of
great personal distress over his attraction to (as a clergyman of the
Church of England) the Catholic faith; died a Catholic cardinal in
1890).



Conduis-moi, douce lumière
John Henry Newman

Conduis-moi,
douce lumière,
A travers les ténèbres qui m'encerclent.
Conduis-moi, toi,
toujours plus avant!
Garde mes pas:
je ne demande pas à voir déjà
Ce qu'on doit voir là-bas :un seul pas à la fois
C'est bien assez pour moi.
Je n'ai pas toujours été ainsi
Et je n'ai pas toujours prié
Pour que tu me conduises, toi, toujours plus avant.
J'aimais choisir et voir mon sentier;
mais maintenant :
Conduis-moi, toi, toujours plus avant!
Si longuement ta puissance m'a béni!
Sûrement elle saura encore
Me conduire toujours plus avant
Par la lande et le marécage,
Sur le rocher abrupt et le flot du torrent
Jusqu'à ce que la nuit s'en soit allée...
Conduis-moi, douce lumière,
Conduis-moi, toujours plus avant!


Publié dans Art

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article