Isaïe et Jésus 15

Publié le par Michel Durand

J’ai terminé, hier, mon homélie avec un rappel sur la mort atroce du Christ. Le sacrifice de sa vie auquel il na pas voulu se dérober. Cela fut entendu par certains comme un appel à la souffrance. « Le côté doloriste du christianisme est inacceptable ! » dit-on.

Mais comment occulter cet aspect du Vendredi Saint ?


D’Isaïe à Jésus. Deux textes :

Isaïe 50, 4-7
Le Seigneur Dieu m'a enseigné ce que je dois dire, pour que je sache avec quels mots je soutiendrai celui qui faiblit.
Chaque matin, il me réveille, il me réapprend à écouter, comme doivent écouter les disciples.
Le Seigneur Dieu m'ouvre les oreilles, et je ne lui résiste pas, je ne recule pas. J'offre mon dos à ceux qui me battent, je tends les joues
à ceux qui m'arrachent la barbe.
Je ne cache pas mon visage aux crachats, aux insultes.
Le Seigneur Dieu me vient en aide, c'est pourquoi je ne m'avoue pas vaincu, je rends mon visage dur comme la pierre, je sais que je n'aurai pas le dessous.
flagellation2.jpg
La Flagellation du  Christ Caravaggio (1571-1610), Museo Nazionale di Capodimonte, Naples.

Matthieu 26,67-27,30
Alors le grand-prêtre déchira ses vêtements et dit : « Il a fait insulte à Dieu ! Nous n'avons plus besoin de témoins ! Vous venez d'entendre cette insulte faite à Dieu. Qu'en pensez-vous ? » Ils répondirent : « Il est coupable et mérite la mort. » Puis ils lui crachèrent au visage et le frappèrent à coups de poing ; certains lui donnèrent des gifles en disant : « Devine, toi le Messie, dis-nous qui t'a frappé ! »

Les soldats de Pilate emmenèrent Jésus dans le palais du gouverneur et toute la troupe se rassembla autour de lui. Ils lui enlevèrent ses vêtements et le revêtirent d'un manteau rouge. Puis ils tressèrent une couronne avec des branches épineuses, la posèrent sur sa tête et placèrent un roseau dans sa main droite. Ils se mirent ensuite à genoux devant lui et se moquèrent de lui en disant : « Salut, roi des Juifs ! » Ils crachaient sur lui et prenaient le roseau pour le frapper sur la tête. Quand ils se furent bien moqués de lui, ils lui enlevèrent le manteau, lui remirent ses vêtements et l'emmenèrent pour le clouer sur une croix.

Publié dans Bible

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article