L'écologie de la Bible à nos jours

Publié le par Michel Durand

J'aborde la lecture du livre de Patrice de Plunkett, « L'écologie de la Bible à nos jours ». Mai 2008.

Pour me faire une idée, je le feuillette. Quatre heures après, je suis encore dedans.

Ce qui m'émerveille dans les textes de journalistes, c'est l'aisance avec laquelle on les lit. Un authentique plaisir. J'ai récemment ressenti cette impression avec « Les Catholiques » d'Henri Tincq, mai 2008, dont j'ai déjà parlé. Avoir en 400 pages environ, la synthèse de tout un courant de pensée me comble de bonheur.

Patrice de Plunkett, heureusement, aborde son thème sans les émotions dont je vous fais part présentement. Il observe les évènements, les traces de l'Histoire. Il en rend compte objectivement. « Seuls les faits comptent. Dans aucun domaine l'émotionnel n'est la bonne approche. Laisser l'émotion inonder le débat sur l'environnement, par exemple, c'est abandonner celui-ci à deux clans irrationnels : ceux qui haïssent les questions d'écologie, et ceux qui en font leur idole - et ne sont pas moins bruyants que les autres. »

Quand je rencontre un intellectuel laisser les évènements parler d'eux-mêmes, je me sens en sécurité. Seule la « matière » de «l'objet » étudié interpelle, toutes idéologies étant, dans la mesure du possible, mises de côté afin d'être analysées. Cette objectivité toute scientifique m'est ainsi apparue, dernièrement, chez un patrologue (étude des Pères de l'Église). La patrologie est une science qui risque souvent de tomber dans des interprétations tendancieuses dominées par des options spirituelles personnelles. Joseph Wolinski, comme Patrice de Plunkett donne au texte toute la chance de parler de lui-même. Ou, plus exactement, ils interviennent pour donner à l'écrit l'éclairage nécessaire afin que celui-ci parle de lui-même. Autrement dit, j'admire cette pédagogie qui place d'emblée devant une source textuelle afin de la comprendre en direct.

« L'Écologie de la Bible à nos jours » s'aborde de cette même façon où les fausses idées sont soulignées pour que le lecteur puisse bien saisir ce qui a été véritablement écrit.

Je vous encourage donc à lire ce livre.

Si vous n'avez qu'une faible connaissance de l'écologie, il peut être profitable de commencer par les chapitres IV et V de la première partie : « L'engrenage du XXe siècle et la naissance de l'écologie » ; « Le grand tournant du XXIe siècle ». Le Chapitre V, plus proche de notre actualité semble davantage connu. Mais, comme toute la réflexion tourne autour du fait « écologie », il est bon de bien assurer la base de la lecture en relisant notamment les chapitres selon l'ordre prévu par l'auteur.

Patrice de Plunkett met en garde contre l'accusation de judéo-christianisme qui a court dans les milieux écologistes. Vivre selon une morale judéo-chrétienne serait la tare la plus horrible, la moins humaine qui soit pour le contemporain. Pour aborder cette idée reçue, entretenue par les médias depuis plus de trente ans, pour la contester en laissant les faits parler d'eux-mêmes, les respecter dans leur objectivité, il ne faut pas être sourd ou aveugle. Le Christ disait, en substance aux pharisiens : « ceux qui ont des oreilles pour entendre, qu'ils entendent ; des yeux pour voir, qu'ils voient. Mais vous êtes sourds et aveugles, car vous ne voulez ni voir ni entendre ». N'y a-t-il pas cette forme d'aveuglement chez des écologistes remontées contre l'Église, contre le christianisme ? Ceci depuis des générations sans avoir pris le temps, ou les moyens, d'ouvrir les textes fondateurs du christianisme, Bible et Pères des origines ?

Patrice de Plunkett les ouvre pour eux. Il les présente aussi aux anti-écologistes cathos qui pensent aberrant qu'un pape puisse s'occuper de ces questions.

Qu'est-ce que la Bible ? Une bibliothèque et non un système de pensée, une morale.

Il retrace ensuite, à grands traits, l'histoire du Moyen Äge, « la verdure plus belle que tout », même dans les villes naissantes. Vient ensuite l'histoire depuis Descartes qui conduit au monde moderne. En ces quelques pages, agréables à lire, les plus sérieux des étudiants en philosophie comme les enseignants les plus au fait de leur formation, ou les techniciens et ingénieurs accrochés à leurs productions trouveront un historique de la pensée humaine apte à introduire dans la contemporanéité. Non, ce n'est pas la pensée judéo-chrétienne qui est la cause de la surexploitation de la Création, mais le désir cupide de l'Homme. Philosophes, sages de l'Antiquité non biblique ou pré-biblique ont laissé de nombreuses traces de cette humaine volonté de pouvoir. La pensée de l'Ancien et du Nouveau Testament montre, au contraire, que l'homme est invité à entretenir des relations de respect vis-à-vis de la Terre et de tout ce qui y vit. La mentalité biblique incitant à désacraliser tous les éléments du cosmos, place l'Absolu en Dieu seulement. Économie, droit, nature, cité, états... ne sont qu'au service de l'homme, celui-ci étant au service de ses frères. On parle d'une humanité fraternelle vécue dans la présence du Père.

Reprenant les mots de quelques évêques de France, à la suite de Patrice de Plunkett, je dirai : « heureux ceux qui n'ont pas peur de sortir de leurs habitudes pour moins gaspiller : ils développeront en eux le sens du bien commun ».  C‘est pour le bien commun de l'univers « que Dieu nous a demandé de gérer en bon jardinier », soulignent les ateliers CCC : Chrétiens Coresponsables de la Création ».

La partie la plus originale du livre de Patrice de Plunkett est sans doute la mise en évidence des interventions de Jean-Paul II et de Benoît XVI. Prolongeant l'Enseignement social de l'Église, les derniers papes de l'Église catholique abordent l'urgence d'une pensée écologique. Voilà un texte qui montre, s'il en était encore besoin, que les chrétiens sont faussement accusés d'être à la source de la surexploitation du Cosmos. Bien sûr il y a eu le XIX et le XXe siècle avec l'envahissement d'un capitalisme soutenu par de nombreux catholiques (voir le paternalisme et les œuvres des catholiques pour palier aux méfaits de l'économie). Mais, on ne peut en parler sans citer les tentatives des chrétiens sociaux qui cherchaient à mettre en place des situations de justice où l'acte caritatif ne serait plus nécessaire. Voir le chapitre III de la seconde partie.

 

L'histoire personnelle et intellectuelle de P. de Punkett interroge. Comment avoir, en 68, été maurrassien ?

Je lui ai posé la question. Voir sa réponse dans son blogue.




 

Publié dans Anthropologie

Commenter cet article

fdo 06/08/2008 08:47

L'expression "écologistes radicaux" prette à confusion. J'entends par là les écologistes qui ont une idéologie biocentrée et qui érigent leur écologie en "religion", en système de croyances qui défini une morale intrinsèque, distinguant un bien et un mal. Leur "prophète" ou "gourou" s'appellent Arn Naess ou Peter Singer. Leur idéologie est incompatible avec la foi de l'Eglise. Difficile donc de s'allier à eux puisqu'ils prônent une stricte limitation des naissances et l'avortement. Dans leur sillon s'inscivent plutôt les "religions de la mère" contre les "religions du père". Le chamanisme concorde davantage avec l'idéologie de la Terre mère.Il y a d'autres écologistes qui nous apparaissent souvent comme "radicaux" dans leur discours sur la décroissance (qui implique un changement radical du mode de vie) mais ils n'ont pas forcément la même vision de l'homme et du monde que les premiers. Leur écologie est d'abord pour l'homme, il s'agit de sauver la planète pour assurer l'avenir de l'humanité et le bien être des humains. Radicaux dans leurs pratiques, ils ne le sont pas dans leur doctrine. C'est avec eux que les chrétiens peuvent militer et s'allier. Je pense que cette précision montre que nous sommes d'accord sur la question, mais j'attends confirmation de votre part.

Michel Durand 06/08/2008 09:45


Oui, je suis d'accord avec vous et je vous remercie de cette précision. L'homme est premier. Tout, ainsi la loi, la terre et ce qu'elle contient est au service de l'homme. Homme divinisable si je
peux me permettre cete expression. Dieu s'est fait homme en Jésus, acceptant de devenir "pauvre" pour nous donner sa richesse.  Ceci étant dit sans que nous soyons capable de nous prononcer
sur la "richesse" de Dieu. L'écologie est bien une étrange nébuleuse. Pour s'y retrouver, il nous faut des repères simples. Je cherche une confortable grille de lecture - discernement - à mettre
entre toutes les mains.


fdo 04/08/2008 22:51

Vous avez raison, c'est une chance que des journalistes compétents puissent se servir de leurs dons pour aider les chrétiens à mieux comprendre le monde et les discours parfois ardus du Magistère. En la matière, l'écologie est une affaire de chrétiens aussi car nous sommes citoyens de la Terre et responsables devant Dieu. Je montre dans un billet sur "le chrétien et l'écologie, ce qu'en disent les papes" (Paul VI aussi !) que c'est une conséquence de notre amour de Dieu et du prochain.

Michel Durand 05/08/2008 20:43


Vous écrivez dans votre blog : sur ce sujet de l'écologie : "Les thèses des écologistes radicaux ne sont pas sans conséquences sur la foi des croyants. Des prêtres catholiques, comme
Eugen Drewermann (Le progrès meurtrier) ou le dominicain Matthew Fox, ont été happés par les théories de l’écologie
radicale et inévitablement se sont séparés de la foi de l’Église".
IL IMPORTE de ne pas réduire l'écologie radicale à ces deux exemples. Des chrétiens radicaux dans l'écologie radicale sont attentifs à rejoindre la foi de l'Eglise. Pour cela il est
souhaitable qu'ils sachent interroger l'Institution. Un colloque se tiendra à Lyon en janvier 2009. J'en attends beaucoup. Des croyants
rencontreront sur ce même terrain : l'objection de croissance, des non croyants.