Intégristes algériens en 1991

Publié le par Michel Durand

Pendant mon séjour à Beni-Isguen (M’Zab), on m’a apporté à lire un livre de Rachid Mimouni « De la barbarie en général et de l’intégrisme en particulier ». Presses Pocket 1993.
Rachid Mimouni m’est présenté comme un écrivain célèbre qui dit la vérité de l’Algérie. Ecrivant en langue française, il semble peu lu par les jeunes générations éduquées en langue arabe, suite à une politique d’arabisation de l’Algérie.
Quand l’auteur a écrit son texte, de fin 1991 à 1992, il me semble qu’il avait senti le drame de la violence dans laquelle l’Algérie allait s’enfoncer..
En 1991, l’Algérie indépendante organise ses premières élections démocratiques. Le Front Islamique du Salut (FIS) obtient la majorité des sièges à l’Assemblée. Comment est-il parvenu à séduire tant d’individus, hommes et, surtout, femmes ?
Dans ce livre, il explique que l’intégrisme est une imposture qui discrédite la religion d’Allah. C’est, je pense, pour cela que l’on m’a conseillé de le lire.

mosquée, écoles ibadhites

Les Ibadhites, séparés de l’Islam officiel depuis Ali, gendre et cousin de Mohamed, selon les décisions du Conseil de leurs savants (Cheiks), n’ont pas accepté que le FIS prenne pied dans le M’Zab.

Voici deux extraits de ce livre :

1°/ A propos de la Science.
« La science astronomique permet depuis longtemps de calculer très précisément la date d’apparition de la nouvelle lune et, par conséquent, le début du mois sacré qui vit descendre les premiers versets du Coran. Il y a plus d’un avantage à pouvoir fixer à l’avance la première et la dernière journée d’abstinence, car les horaires de travail changent comme nombre d’autres habitudes et mode de consommation… Mais nos dogmatiques conservateurs s’obstinent à refuser les calculs de la science qui régit le mouvement des planètes. Ils persistent à vouloir constater de visu l’apparition du croissant et rejettent même l’usage du télescope. Ils tiennent à lever leur regard vers le ciel, même s’il est couvert de nuages, et la communauté musulmane tout entière attend l’oracle jusque fort tard dans la nuit. ».

2°/ Démocratie ?
« Il est une question essentielle : les Algériens sont-ils prêts à vivre ensemble, à s’accepter avec leurs différences sans que les uns menacent de sauter à la gorge des autres ?
A moins de consentir à plonger le pays dans le drame, le Pouvoir actuel est requis d’œuvrer à l’élaboration d’un consensus susceptible de permettre la coexistence des frères ennemis.
Les intégristes doivent renoncer à leur projet totalitaire et accepter que les coreligionnaires qui ne partagent pas leurs convictions aient le droit de vivre dans le même pays et de s’exprimer librement.
Les démocrates doivent se soumettre au principe majoritaire et accepter un éventuel Gouvernement islamiste.
Le drame est qu’en telle occurrence, les premiers se promettent d’égorger leurs opposants et les seconds parlent de quitter le pays ».

Publié dans écrit de Béni Isguen

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article