24 décembre 2012. Il me semble que c’est la première fois que nous sommes une bonne centaine à cet office nocturne

Publié le par Michel Durand

 

Une eucharistie la nuit de Noël, anniversaire de la naissance de Jésus. Cette vidéo est composée d’images presque volées. J’ai accepté. Surtout, pour le témoignage des chants. Avec les fidèles présents, trois prêtres du Prado. Ils sont de passage à Lyon pour un temps de formation à l’école d’Antoine Chevrier, prêtre lyonnais dont j’ai relaté sur ce site le message  en publiant une vingtaine d’enregistrements. Le Prado est né dans le quartier lyonnais de la Guillotière la nuit de Noël 1856. Le verbe s’est fait chair pour habiter parmi nous et parler le langage des hommes.

 

Dans l’assemblée eucharistique également, beaucoup de gens venus d’autres quartiers ou d’autres villes. Temps de vacances, temps de visites chez les uns et les autres. Nous voilà réunis autour de l’autel, symbole du Christ, selon une organisation liturgique issue de Vatican II. L’espace vide souligne la transcendance de celui qui prend place (immanence) au milieu des hommes. Les prêtres  sont, par leur baptême au même niveau que les autres chrétiens, tous disciples du Christ.

La lumière est faible. D’où la mauvaise qualité des images. Symbole de ce que nous voyons, ou ne voyons pas, dans notre nuit.

24 décembre 2012

Il me semble que c’est la première fois que nous sommes une bonne centaine à cet office de la nuit. C’est d’autant plus heureux que les chants, la musique furent merveilleusement bien menés. Merci à Jeanne et à Jean-Philippe.

Revenons sur la lumière. « Ce qui fut en lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes. et la lumière luit dans les ténèbres et les ténèbres ne l'ont pas saisie » (Jn 1,4)… Le Verbe était la lumière véritable, qui éclaire tout homme ; il venait dans le monde. Il était dans le monde, et le monde fut par lui, et le monde ne l'a pas reconnu. Il est venu chez lui, et les siens ne l'ont pas accueilli. (Jn 1:10).

Au fur et à mesure que l’office progresse, la lumière se fait plus intense, focalisée sur l’autel. Tout le reste demeure dans la pénombre. Que cette lumière ayant pénétré nos cœurs illumine le monde où nous vivons.

Si vous souhaitez lire et/ou entendre les homélies de la nuit et du jour de Noël, suivre les liens : 24 décembre ; 25 décembre.

Publié dans Témoignage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article