Dire que des normes avaient pu légitimer cette brutalité !

Publié le par Michel Durand

Savoir ne signifie pas comprendre. Depuis longtemps je sais que les puissants de cette terre font sentir leur pouvoir à celles et ceux qui en sont démunis. Mais je m'aperçois, bien tardivement, qu'il ne suffit pas de savoir pour réaliser complètement le poids de la réalité. Il y faut l'expérience, le vécu au quotidien, le choc qui marque indélébilement.


Juan Somavia, directeur de l'organisation internationale du travail (OIT) dit avoir assisté à une scène qui l'a marqué dans son enfance au fer rouge (La Croix 25/06 octobre 2008) : « Après l'école, je montais dans le bus avec un enfant âgé comme moi de 12 ou 13 ans. Tous les sièges réservés aux blancs étaient occupés. L'enfant a pris la barrière qui séparait alors les Blancs des Noirs dans les transports publics, pour la placer derrière la banquette de deux femmes noires. Celles-ci se sont levées. Et le petit garçon a pris leur place. C'était une sensation atroce. Il y avait si peu de dignité, tant d'arrogance dans ce comportement. Dire que des normes avaient pu légitimer cette brutalité ! ».

Intimidé les plus faibles.

Un matin, vers 6 heures, la police débarque dans un appartement de la banlieue est de Lyon. Ils viennent chercher une femme, mariée depuis peu avec le propriétaire du logement, pour la mettre « en garde à vue ». Je crois que tel est le langage technique. Cette personne était susceptible d'avoir 10 ans de prison avec une forte amende pour avoir accueilli dans son logement des « sœurs », entendons d'autres africaines. On ne s'occupa pas de qui pourrait accompagner l'enfant à l'école.
Le mari témoigna que la police fut correcte. N'empêche que l'émotion fut forte. Si tôt, au pied du lit.
La jeune femme fut relâchée vers les 14 heures : « affaire sans suite ». 


Comment comprendre le sens de cette intimidation ?
A l'office de ce matin (lundi 27/10/08), office des lectures, je médite un peu plus longuement que d'habitude la lecture biblique proposée : Livre de la Sagesse (Sg 1, 16; 2, 1a.10-24)

  • commentaire :
  • Les impies raisonnent et s'égarent.
  • La vie du juste a toujours été un scandale et une agression pour le monde. La haine des Juifs apostats d'Alexandrie, devenus disciples d'Epicure, se continue dans les persécutions de tous les temps, en passant par la passion du Christ. Mais la vie éternelle manifestera un jour qui, du juste persécuté ou de l'impie orgueilleux, avait choisi la voie de la Sagesse.


"Mais les impies ont invité l'Hadès du geste et de la voix, s'éprenant d'amitié pour lui, ils se sont pâmés, puis ils ont conclu un pacte avec lui. Aussi bien méritent-ils d'être de son parti.Car ils disent entre eux, avec de faux raisonnements :
Opprimons le pauvre, qui pourtant est juste, n'épargnons pas la veuve et n'ayons pas égard aux cheveux blancs du vieillard.
Mais que pour nous la force soit la norme du droit, car la faiblesse s'avère inutile.
Traquons le juste: il nous gêne, s'oppose à nos actions, nous reproche nos manquements à la Loi et nous accuse d'être infidèles à notre éducation.
Il déclare posséder la connaissance de Dieu et il se nomme enfant du Seigneur.
Il est devenu un reproche vivant pour nos pensées et sa seule vue nous est à charge.
Car sa vie ne ressemble pas à celle des autres et sa conduite est étrange.
Il nous considère comme une chose frelatée et il s'écarte de nos voies comme de souillures. Il proclame heureux le sort final des justes et se vante d'avoir Dieu pour père.
Voyons si ses paroles sont vraies et vérifions comment il finira.
Si le juste est fils de Dieu, alors celui-ci viendra à son secours et l'arrachera aux mains de ses adversaires.
Mettons-le à l'épreuve par l'outrage et la torture pour juger de sa sérénité et apprécier son endurance.
Condamnons-le à une mort honteuse, puisque, selon ses dires, une intervention divine aura lieu en sa faveur."
Ainsi raisonnent-ils, mais ils se trompent; leur perversité les aveugle et ils ne connaissent pas les secrets desseins de Dieu, ils n'espèrent pas de récompense pour la piété, ils n'apprécient pas l'honneur réservé aux âmes pures.
Or Dieu a créé l'homme pour qu'il soit incorruptible et il l'a fait image de ce qu'il possède en propre.
Mais par la jalousie du diable la mort est entrée dans le monde: ils la subissent ceux qui se rangent dans son parti."

Publié dans Témoignage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article