Devoir de vigilance

Publié le par Michel Durand

En décembre 1958, Camus écrivait un  appel pour les réfugiés espagnols : « Pour nous tous la guerre d'Espagne s'est terminée. Pour beaucoup d'hommes dans le monde, elle continue à travers malheurs et privations. Ils supportent la pauvreté et la maladie avec fierté. Mais nous devons pourtant les soulager si nous le pouvons. Notre aide leur assure des soins médicaux, les instruments de leur travail, la promesse d'une vie plus digne. Ce que vous ferez pour eux se traduira immédiatement dans  leur vie de tous les jours ».

En ce temps de Noël, je ressens un appel semblable à l'intention des migrants sans papiers, des personnes sans domiciles qui ne sont pas reçus dans un logement même de fortune, « parce qu'il n'y a pas de place pour eux dans la salle d'hôtes » (Luc 2).

Je pense également aux palestiniens alors que l'on assiste une fois de plus à l'expression de la haine. En appeler à la paix ne suffit pas, comme il ne suffit pas de demander aux uns et aux autres d'être généreux. Les déclarations d'intention sont vaines quand elles ne sont pas suivies d'actions concrètes. Vain cet appel de Benoît XVI parce que nous repris par les politiques : « J'implore la fin de cette violence, qui doit être condamnée sous toutes ces formes, et le rétablissement de la trêve dans la bande de Gaza ». « La terre natale de Jésus ne peut continuer à être le témoin de tant d'effusion de sang, qui se répète sans fin ».

Ne devrions-nous pas nous engager tous ensemble en pointant du doigt que derrière notre silence, il y a le poids d'une politique financière qui marginalise l'homme ? Sur ce terrain de l'absence de fraternité, l'homme a besoin d'être protégé de lui-même.

La haine s'explique quand la dignité est, de génération en génération, bafouée.

Le devoir de reconnaître «  les résolutions 181 (de « partition » en 1947), 242 et 338 (de « frontières sûres et reconnues » d'Israël, en 1967 et 1973), n'étant pas respecté.

Comment ne pas comprendre, sans l'admettre obligatoirement, la haine de ceux qui voient leur maison détruite tout au long d'un demi siècle alors que des murs empêche de rejoindre leurs terres cultivées.

Il y a tant d'années que les chrétiens de cette terre implore l'intervention de leurs frères d'Occident sans résultats !



Devoir de vigilance. Importance des actions fortes en sensibilisation pour que cela aille plus loin.






Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article