Je produis, tu consommes, nous croyons

Publié le par Michel Durand

Chaque mois la revue prier tisse des liens entre quotidien et gloire divine.

Mgr Michel Dubost, évêque d'Evry-Corbeil-Essonnes.


Je ne sais plus quoi faire.
La crise me rend fou. Je ne sais plus quoi penser. J'écoute celui-ci : il me dit que la production «à tout va» finira par rencontrer la limite des ressources terrestres, et que, si le monde consommait avec la même frénésie que l'Europe, il faudrait cinq, six ou sept planètes Terre pour lui fournir des matières premières.
J'en écoute un autre : il m'explique que la planète peut largement nourrir tous les humains mais que la Banque Mondiale, en favorisant les cultures d'exportation au détriment des cultures vivrières, a contribué à la crise alimentaire au moins autant que la «mal gouvernance» et l'économie criminelle.
Le troisième me donne comme exemple la plaine Indo-Gangétique et m'affirme que, pour obtenir le doublement de la production agricole, il faut sextupler les achats d'engrais... la pollution se développe, et il ne parle même pas du réchauffement climatique... Alors, je prends une nouvelle résolution : « J'arrête. Je vis chichement. Je ne voyage plus ... ».
Mais des voix s'élèvent pour m'expliquer que ma nouvelle attitude est criminelle : elle tue les industries aéronautique, automobile et condamne à mort les travailleurs du tourisme...

Prière pour ce temps de crise : saurons-nous concilier consommation, sobriété et solidarité ?
Que faire en un temps de carême ?

Prière

Seigneur, permets-moi de mener un carême adapté au temps de crise.
Fais que je n'achète rien
pour seulement calmer mes angoisses
et éprouver le fait d'exister.
Inspire-moi de savoir utiliser
mon argent à bon escient,
comme si je n'en étais que le gérant,
mes dépenses devant aussi servir
au développement des autres !
Freine-moi quand mes revendications
oublient le bien commun.
Donne-moi la force de travailler,
de comprendre, et peut-être même
d'inventer de nouvelles manières
de soutenir mes frères.
Seigneur, toi qui étais à l'aise
avec les riches comme avec les pauvres,
apprends-moi à voir en chacun un frère.

Prier n° 309 Mars 2009


Publié dans Témoignage

Commenter cet article

Abraham Soubrie 02/04/2009 20:13

Bonsoir,Ce qui m'importe le plus, c'est de connaître la pensée de DieuDisait Mr EinsteinA+ de vous relire , Sincère Salutations ... A.S

Michel Durand 02/04/2009 21:24


Mais, seul les poètes peuvent pénétrer la pensée de Dieu. Les poètes savent sentir et voir l'invisible. Ils imaginent dans la simplicté de leur regard ce que les savants ne voient pas. L'artiste
donne à voir le divin.