Au service de toutes et des tous

Publié le par Michel Durand

Jeudi Saint

Je n'ai pas beaucoup de temps, ces jours à consacrer à mon blogue ("gue", j'y tiens, c'est quand même plus français). Je vous invite à lire le texte de mon homélie de ce jeudi saint dont voici un extrait :

Comment accueillir en nous le Christ ?
Voilà la grande question que nous devons nous poser.
« A quoi devons-nous, dans notre communauté humaine et ecclésiale, renoncer pour accueillir l?immense nouveauté du Christ ?
Ou encore :
Qu?est-ce qui doit recommencer pour que commence, chez nous, la venue du Seigneur ?
Et je me pose ces questions sans aucune abstraction. Les élections que nous préparons sont directement concernées par notre accueil de Dieu en Christ.

Jeudi-Saint. Qu?est-ce qui se commence autour de cette table festive alors que Jésus exprime qu?il a vraiment désiré prendre, dans la joie, ce dernier repas avec ses disciples les plus proches, les Douze apôtres. Qu?est-ce qui se commence à la dernière cène ?

La Passion, bien sûr, comme nous allons le rappeler, demain (vendredi saint), devant le corps du Christ mort, exposé à notre contemplation. Nous méditerons sur les souffrances mortelles du Christ qui se demande dans le jardin des oliviers, au plus noir de ce vendredi, pourquoi Dieu l?abandonné. Or, dans cet abandon commence aussi le peuple nouveau ; un peuple qui prend naissance dans la communion au Christ abolissant dans l?humanité entière toute sorte de division.

Abandon ? renaissance.
A quoi devons-nous mourir pour que naisse le monde ?�


Surtout, je vous adresse un poème
qui m'as été donné, dans le cadre ce blogue, par Jacques Lancelot, prêtre, qui a vécu en Amérique Latine, secrétraire du CEFAL (Comité épiscopal France - Amérique Latine).

Il prit le pain… et le tablier de service

St Jean, dans son Evangile, ne relate pas l’institution de l’Eucharistie. Il met à la place le lavement des pieds. L’Eucharistie a donc une dimension de service, une dimension sociale. Le service du frère fait partie de l’Eucharistie. J’ai voulu relier les deux.

Jésus, au cours du repas, le Jeudi Saint,
s’est levé de table, a déposé son vêtement.
Il prit un linge, versa de l’eau dans un bassin
et commença à laver les pieds de ses disciples.

Jésus, à cette même table, au cours du même repas
prit le pain, rendit grâce et le partagea avec ses disciples
en disant : « Ceci est mon corps ! »

Aujourd’hui, Jésus prend le pain
et me le donne en nourriture.
Il prend ensuite le tablier de service
et me le passe à la ceinture.
Avec ce  Pain, Seigneur Jésus, viens nourrir en nous la force d’aimer !
Et chaque matin, viens nouer à notre ceinture, le tablier de service.
Nous sortirons alors et travaillerons à humaniser un morceau de notre monde.
Ton Esprit le divinisera et en fera ton Corps et ton Sang consacrés.

 
Mais en attendant
Je te vois Jésus, sous les traits des immigrés.     
Ils le sont, comme toi en terre d’Egypte, tu l’as été.
Ils courent le monde en quête d’une terre plus hospitalière
que celle qu’ils ont laissée dans l’insécurité ou la misère.
Terre qui, pourtant leur était si chère !
Les portes de nos pays leur sont fermées
Mais avec l’énergie du désespoir, obstinés,
ils entrent... la peur au ventre,
avec pour seule richesse, quelques bonnes adresses.
Ils frappent, et là,
des hommes, des femmes les reçoivent, en tablier de service.
Ils ont même commencé d’apprendre le russe, l’arabe et l’anglais,
pour les accueillir dans leur langue et débroussailler leurs papiers.

Je te vois Jésus, sous les traits des prisonniers.
ils le sont aujourd’hui, comme tu l’as été.
Privés de liberté, ils ont soif de visites et de respect.
Et je vois des hommes et des femmes,
paisibles et sereins qui se sont avancés,
ils ont noué le tablier de service et sont entrés,
cette semaine encore, rendre visite à leurs frères prisonniers.

Prenez et mangez
Ils sont mon corps.








Publié dans Eglise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

michel guillaud 14/04/2007 11:03

Bonjour Michel,
Pas eu le temps de lire encore en détail toute cette littérature (ici c'est pas toujours évident d'accéder à internet), mais je suis heureux de te voir toujours créatif et dynamique, et suscitant des espaces de débat.
A Tébessa aujourd'hui, je te dis mon amitié. Bien fraternellement. Michel

Camus 09/04/2007 20:34


Bonjour,
Bravo pour la pub télé ! Que la réussite accompagne votre témoignage. J'ai reçu celui qui suit, qu'en pensez-vous ? Peut-il être utile à d'autres comme il l'a été pour moi ? Il existe sous la forme papier demi A4 à distribuer avec des liens hypertextes lisibles sur http://manoufox.free.fr/Croire%20en%20Dieu%20ravin.doc

Merci de me répondre,
Emmanuel et Françoise.

« Finalement, croire en Dieu, est-ce si important ? »

"Pas du tout ", déclare Sœur Emmanuelle conformément à l'enseignement du Nouveau Testament ", c'est zéro ! " (1) En effet, s'appuyant sur leurs religions, trop de croyants poursuivent leurs propres illusions (Luc 13:26-27), leurs efforts (Zacharie 4:6, Ephésiens 2:8-10), leur folie ou leurs crimes pour plaire au Dieu qu'ils ont trouvé dans leur berceau. Tant qu'un croyant prétendra que le Dieu de sa religion est le seul véritable et que le monde doit Lui obéir, il sera terroriste.

Alors, l’important, c'est quoi ? La réponse est dans le discours d'investiture de Nelson Mandela en 1984 :
« C'est notre lumière et non pas notre obscurité qui nous effraie le plus. Notre peur la plus profonde c'est de croire que nous sommes puissants au-delà de toute limite. Nous nous posons la question : Qui suis-je, moi pour être brillant, radieux et talentueux ? En fait, qui êtes-vous pour ne pas l'être ? Vous êtes un enfant de Dieu ! »
Quand Adam qui est fils de Dieu (Luc 3:38) a voulu ressembler à Dieu, c'est qu'il a cru qu'il n'était pas comme Dieu. Ce qui est faux puisque dans l'univers, tout enfant est de la même nature que ses géniteurs. Comme lui, on se trompe. Par conséquent…



Réaliser "qui " vous êtes vraiment changerait votre comportement. Un exemple : Peut-être connaissez-vous Crésus, le roi le plus riche du monde. Même s'il est arrivé qu'il vous aide quelques fois, savoir qu'un tel homme existe ne changera rien à vos conditions de vie. Par contre, si sa fille vient vous apprendre qu’elle est votre sœur, et que le moment de stupeur passé vous croyez que ce qu'elle dit est vrai (on ne peut pas vous contraindre à croire), vous ne vivrez plus jamais comme avant car la puissance et la richesse de cet homme deviennent vôtre (Evangile de Luc 15:31). Vous êtes toujours le même, mais quelque chose de fondamental a changé… qui vous a changé.
La force et la bonté ne prennent leur source que dans la grandeur de notre esprit (2). Heureusement, pour les faibles, les terroristes, celui qui comprend l'enseignement de Jésus-Christ ressent la même chose qu'un oiseau qui croyait avoir perdu ses ailes et qui réalise soudain qu'il en a, qu'il peut voler, être libre et qu'il n'a plus rien à craindre. Il retrouve " l'abondance " comme s'il n'avait jamais eu de fausse croyance (3) !
Cloué vivant sur une croix, tout nu, humilié, Jésus aurait pu douter être fils de Dieu. Mais sous la torture il a tenu bon jusqu'à la mort, et il est ressuscité. Il a vaincu la mort ! Alors, pourquoi refuser de croire que nous sommes fils de Dieu comme lui, si en plus ça nous fait GAGNER ?!
La lecture de ce tract vous a plu ? Ne le gardez pas pour vous : reproduisez-le, diffusez-le.

: Peut-être connaissez-vous Crésus,le roile plus riche du monde. Même s'il est arrivéqu'il vous aide quelques fois, savoir qu'un tel homme existe ne changera rien à vos conditions de vie. Par contre,sisafille vient vous apprendrequ’elle est votre sœur,et que le moment de stupeur passé vous croyez que ce qu'elle dit est vrai (on nepeutpas vouscontraindre à croire),vous ne vivrez plus jamaiscommeavantcar la puissance et la richesse de cet homme deviennent vôtre (Evangile de Luc 15:31). Vous êtes toujours le même, mais quelque chose de fondamental a changé… qui vous a changé.
"": Peut-être connaissez-vous Crésus,le roile plus riche du monde. Même s'il est arrivéqu'il vous aide quelques fois, savoir qu'un tel homme existe ne changera rien à vos conditions de vie. Par contre,sisafille vient vous apprendrequ’elle est votre sœur,et que le moment de stupeur passé vous croyez que ce qu'elle dit est vrai (on nepeutpas vouscontraindre à croire),vous ne vivrez plus jamaiscommeavantcar la puissance et la richesse de cet homme deviennent vôtre (Evangile de Luc 15:31). Vous êtes toujours le même, mais quelque chose de fondamental a changé… qui vous a changé.
L'amour n'a ni loi, ni religion, ni armes.
(1) Sœur Emmanuelle dans JDS sur dans JDS sur france2 le 29 octobre 2006. Epître de St Jacques aux chapitres 1:27 et 2:19.
(2) Encore faut-il savoir que nous sommes grands ! Sagesse 12:16 (Bible de Jérusalem), Hébreux 2:17, Luc 6:40. Pour nous, finir par reconnaître que Dieu est notre Père c'est naître de nouveau : Matthieu 23:9, Jean 3:3. Ce n'est jamais une question d'intelligence. C'est l'œuvre de l'Esprit: Ephésiens 2:8-9. Etre sauvé c'est se savoir enfin de nature divine comme Jésus l'était : Jean 5:18 et Matthieu 23:9, Hébreux 2:17, Luc 6:40... d’où 1Jean 5:18 et 3:4-9. Pour ceux qui ignorent cela ou refusent (comme Louise Michel) il y a une résurrection : Romains 2:12-16.
(3) Il est sauvé. Jean 10:10, Galates 5:1 et 5:22, Romains 8:9, Luc 6:40, 2 Timothée 1:7.


dans JDS sur

Anna 07/04/2007 12:04

Bonjour,
j\\\'ai pu lire un article sur le journal aujourd\\\'hui et il m\\\'a semblé la démarche asez intéressante. Je ne suis pas chrétienne à proprement parler. J\\\'aimerais vous poser une question. Pourquoi avoir une intérprétation aussi "rationnelle" de la Bible ? Est-ce que vous vous êtes déjà posé la question d\\\'une autre interprétation de la Bible que celle enseignée depuis des siècles? Les versets ne peuvent-ils pas être lus comme des métaphores appelant à une universalité et à une tolérance vis-à-vis justement de l\\\'Autre, des autres religions et non comme une religion "exclusive" ?
Je me souviens d\\\'un prêtre d\\\'une Eglise en Suisse qui était sympathisant d\\\'une autre religion qu\\\'était le bouddhisme. Sympathisant ne veut pas dire adhérent. Mais il puisait dans les autres religions pour s\\\'enrichir davantage et finalement,  appronfondir sa relation avec le chrstianisme. Quelle est votre position là-dessus ? Cela vous semble-t-il en adéquation avec le message que la Bible veut passer ?
Merci d\\\'avance pour votre réponse et  bravo pour votre "blogue" c\\\'est une idée excellente !