L'Esprit s'exprime dans et par le peuple assemblé.

Publié le par Michel Durand

Dans les premiers temps de l’Église les évêques, le pape étaient proclamés dans leur responsabilité par les applaudissements du peuple. Vox populi dit-on : c’est cet homme que nous voulons comme pasteur semblait dire la foule à l’adresse de celui qu’on lui présentait. Certes, il devait y avoir des pressions, des alliances ; mais l’Histoire témoigne du recourt à toute l’Assemblée réunie au moment décisif de l’élection. Une petite étude d’historien pourrait nous assurer de la vérité de ce témoignage.
Dans les Actes des Apôtres, on a recourt au hasard pour l’élection d’un successeur des apôtres en remplacement de Judas. Deux hommes au moins sont proposés. L'assemblée fit cette prière : « Seigneur, toi qui connais le coeur de tous, montre-nous lequel de ces deux tu as choisi pour occuper, dans cette fonction d'apôtre, la place que Judas a quittée pour aller à celle qui lui revient. » Ils tirèrent alors au sort et le sort désigna Matthias, qui fut donc associé aux onze apôtres (Ac 1 24-26).

L’Esprit Saint parle par les personnes ici rassemblées. Celui qui est désigné par le « hasard » l’est par Dieu. L’Esprit agit au cœur des baptisés.

Ne serait-ce plus ainsi aujourd’hui ?


Église d'Asson
Je repense à tout cela en lisant dans les journaux (Le Figaro) ce que vivent les chrétiens d’Asson.
"Les paroissiens d'Asson ont manifesté dimanche leur soutien au père Léon Laclau, dont la situation atypique est connue de tous depuis 20 ans.
"Marga m'a aidé à être un bon prêtre", se défend le père Léon Laclau sur le parvis de l'église Saint Martin d'Asson. Il est entouré de centaines de fidèles venus faire ostensiblement la "grève de la messe" dimanche pour protester contre son limogeage pour concubinage notoire - et revendiqué depuis plus de 20 ans.
Environ 400 paroissiens étaient ainsi regroupés sur la pelouse devant leur église, refusant d'assister à la messe célébrée par le supérieur de la congrégation de Bétharram, co-signataire avec l'évêque de Bayonne de la sanction infligée au père Laclau.
Tandis qu'un dizaine seulement de personnes assistent à la messe, les fidèles restés dehors multiplient les témoignages de soutien au prêtre sanctionné. "Rendez-nous notre prêtre. Qu'a-t-il fait de mal sinon de nous ramener vers Dieu ?", interroge une large pancarte.
Jean-Claude, 65 ans, un proche du prêtre, assure que "Léon a reçu des messages de soutien de toute la France, de prêtres qui ont dû partir, de femmes qui vivent en cachette".
Daniel Velez / AFP

Il me semble que seule la poussée des fidèles du Christ peut inviter l’Institution à une révision de diverses pratiques morales plus en vigueur dans la chrétienté que dans l’Évangile. C’est tout un débat dont je ne vois pas pour l’instant les lieux effectifs où il pourrait se tenir. Libérer la Parole était le but des synodes diocésains. Seulement certaines questions ne pouvaient être abordées, « Rome ne le permettant pas ».

Sur ce sujet, je vous signale les articles de Michel qui sont, assurément très précis. C’est long à lire, mais cela en vaut la peine.

Prêtre et Amour – 1 le 27 avril 2007
Prêtre et Amour – 2 le 29 avril 2007
Prêtre et Amour – 3 le 3 mai 2007
Prêtre et Amour – 3 le 11 mai 2007 : Commentaire

Publié dans Eglise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article