Temps Libre. Ai-je le temps ?

Publié le par Michel Durand

Temps d’été, temps de vacances, de voyages, de séjours ailleurs que chez soi.

Le trimestriel Ecoutes & Regards a consacré son numéro d’été au temps libre. Une belle réflexion qui alimente agréablement le débat que j’ai lancé sur la lancinante question du sens du travail. Je vous en livre quelques articles dans la catégorie "anthropologie". Ils se présentent sous forme de témoignages qui vont donner de la chair aux études par trop abstraites que j’ai déjà publiées ou que je publierai encore.
 
Ecoutes & Regards 34 rue Franklin, 69002 Lyon
ecoutes.regards@free.fr


Temps libre. Ai-je le temps ?

Dans notre société perdre son temps n'est pas tellement apprécié. En entreprises, il faut produire et produire de plus en plus. Le temps qui passe devient précieux et parfois le geste de production est calculé à la seconde près. Il faut réaliser en trente-cinq heures ce qui se faisait en quarante, voir en quarante-cinq heures.
C'est ce que l'on appelle le progrès ?, non, la productivité... Mais la récupération du temps de travail, ou plus couramment, les RTT sont là, théoriquement pour assurer des temps de liberté. Oui produire, mais à quel prix ? On a constaté tout récemment que, malheureusement, certains y ont laissé leur vie !
Nous voilà sur la route des vacances, bientôt pris dans un flux de voitures, ralentis dans un «bouchon » et respirant à pleins poumons le C02... Nous avions hâte de rejoindre la station où nous attend le soleil ou la neige... et si possible les deux ! Pour gagner du temps sur cet espace de liberté il a fallu rogner sur son temps de repos afin de boucler les valises et charger - au maximum la voiture, on, a si peu de temps ! Nous voici de retour. Tout s'est bien passé. Avec les visites, les activités sportives, les repas copieux et tardifs entre amis, nous rentrons fatigués... mais tout de même heureux. Demain, il faudra être à l'heure au bureau, après avoir déposé les enfants à l'école. À moins qu'un incident quelconque de la circulation ne vienne nous grignoter du temps ; temps qu'il faudra compenser sur notre temps libre. Déjà ce soir je dois repartir pour participer à une réunion de parents d'élèves.
Temps libre… un rêve. Voyons un peu l'agenda. Je peux disposer d'une demi-journée. Justement je vais essayer de prendre rendez-vous chez mon dentiste et en sortant je m'arrêterai au supermarché. Il faut penser aux provisions pour la semaine!
Nous devrions bien nous accorder quelques jours de temps libre. Souffler un peu, faire le point sur notre vie. Justement un monastère propose une session de couples. Les grands-parents seront-ils libres pour assurer la garde des enfants ? Quel bonheur que de se sentir hors de toute contrainte, sans portable, protégés par les murs d'un cloître apaisant, où le silence ne sera rompu que par le chant des oiseaux, le bruissement d'un petit jet d'eau et la psalmodie du chœur des moines ! Nous y sommes, mais là aussi notre vie est ponctuée par les cloches qui toutes les trois heures sonnent ou nous appellent au réfectoire, et pendant les lectures spirituelles, notre esprit s'évade pour nous ramener à ce que nous allons avoir comme obligations au retour.
Le temps s'écoule inexorablement... et le temps libre avec ! Pouvons-nous le retenir au passage ? Pour faire quoi ? Les centres d'intérêt ne manquent pas : culture, peinture, musique, littérature, et... politique. Nous ne pouvons pas en tant que citoyens ignorer cette dimension de notre société et donc prendre sur nos espaces de liberté. Avoir la liberté de disposer de son temps... pour le donner aux autres. Tant d'associations ne vivent que grâce aux bénévoles ! Ëtre condamnés à ne pouvoir rien faire, la pire des choses.
Le temps s'écoule et ne revient pas. Décidément le temps libre existe-t-il ?
René Cassier

Ecoutes & Regards, mai juin 2007, N° 67

Publié dans Anthropologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article