A Saint-Nazaire, l'Église catholique a son Parvis - Saint-Nazaire

Publié le par Michel Durand

"Le Parvis" offre une autre présence de l'Église aux passants.

 

En apprenant l’inauguration à Saint-Nazaire d’un espace ouvert sur la rue, j’ai ressenti une bouffée de nostalgie avec un profond regret. L’Église de Lyon n’a pas jugé bon de maintenir ouvert l’espace Confluences, très bien situé dans la rue Saint-Jean, quartier historique et touristique du Vieux Lyon. Si l’orientation touristique et artistique du lieu ne convenait plus, on aurait pu inventer d’autres formes ecclésiales de présence, l’essentiel étant d’être en possibilité, de rencontre, de dialogue avec des personnes diverses ne poussant pas spontanément la porte d’une église. Une chance de proximité négligée !

Inauguration à l'espace Confluences St-Jean

 

À Saint-Nazaire, ce lieu ouvert à toutes et tous, s’appelle « le Parvis ». Jean-Paul Tessier curé de la paroisse explique que le mot « parvis » est riche de sens : « Il évoque le lieu qui fait la jonction entre l'espace public et religieux. Les gens sont libres d'aller et venir... »

L'une des deux laïques en charge du Parvis dit : « On va proposer des formations proches du quotidien des gens »

Autrement dit, « le Parvis » se veut un lien entre culture et religion. Plusieurs manifestations sont prévues jusqu'en décembre : conférence sur la peinture italienne au XVIIIe siècle, ateliers de peinture, exposition sur le 8e centenaire de l'ordre franciscain, projection de films, etc. En vue des célébrations de Noël, il devrait accueillir aussi une crèche et proposer des lectures de contes. « Il s'agit de proposer une autre présence d'Église et d'aller à la rencontre des personnes de ce monde », résume Sylvie Toucane (voir ici, Ouest France).

L’architecture du lieu, résolument contemporaine en est le signe, le symbole.

Mille regrets donc pour l’Église à Lyon qui possédait depuis plus de 20 ans un lieu de ce type et a choisi de ne pas poursuivre. Certes, comparé à Saint-Nazaire (1,1 million d’euros) l’initiative lyonnaise était bien petite, mais son emplacement au milieu des commerces, inégalable. 

Lire dans La Croix du 23 novembre, article de Florence Pagneux.

Publié dans Eglise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article