Apporter l'Evangile au monde ne peut s'accomplir qu'en aimant le monde

Publié le par Michel Durand

Voilà que deux amis, très différents l’un de l’autre, m’envoient des documents signés par Mgr Dominique Rey, évêque de Fréjus et Toulon. Il s’agit d’une lettre pastorale intitulée : « Peut-on être catho et écolo ? », et d’une affiche : « la nouvelle évangélisation au cœur de l’Église, le défi de l’Esprit Saint ».


 image accueil

 

1/ Le livre

L’éditeur Artège de « Peut-on être catho et écolo ? » présente ainsi ces 84 pages :

Il n’est rien de vraiment humain qui ne trouve écho dans le coeur des disciples du Christ (Gaudium et spes, 1). Encourager une écologie respectueuse de l’homme autant qu’une vraie théologie de la création est aujourd’hui nécessaire. Il est urgent que les chrétiens prennent conscience de l’évangile dont ils sont dépositaires en matière d’écologie. La société entière a tout à gagner de cet engagement. Il ne s’agit pas d’imposer une perspective de foi, mais d’interpréter et de défendre des valeurs fondées sur la nature même de l’être humain. Cet ouvrage invite à une lecture de la crise écologique à la lumière de la Parole de Dieu et donne de nombreuses clés pour un engagement affirmé et responsable dans le débat écologique.

L'auteur : Mgr Dominique Rey est évêque de Fréjus-Toulon depuis 2000. Il a déjà publié de nombreux ouvrages et porte régulièrement la parole de l’Église sur les sujets de société fondamentaux.

 

 

2/ L'affiche

L’affiche est accompagnée de ce commentaire : Le thème général retenu par NNSS Cattenoz et Rey… est : « Au cœur de l’Église, la nouvelle évangélisation : le défi de l’Esprit-Saint ! » Ce sera l’occasion de présenter des initiatives missionnaires, nouvelles et très diverses qui ont pu voir le jour en France ces dernières années, puis de les relire ensemble et en Église chacune de ces expériences… Ce forum sera un excellent moyen… de découvrir des initiatives innovantes d’évangélisation. Il s’agit du 11-13 mai 2012 où se déroulera à Avignon le Xème Forum national « Communion & Evangélisation » rassemblant 300 à 500 baptisés de toute la France impliqués dans la nouvelle évangélisation.

Je me suis déjà exprimé sur la dite « nouvelle évangélisation » voir ici ; et ici ; et ici …

 

Ce qu’il me semble important de rappeler aujourd’hui, c’est l’importance d’aimer le monde, d’aimer les gens à qui l’on parle ; de bien connaître ceux que l’on veut évangéliser.

 

FIC68797HAB40.jpg

 

Quand j'ai lu le livre de Dominique Rey, je me suis dit qu’il avait certainement raison dans ses arguments, quoique la théologie du péché originel ne soit pas la meilleure pour expliquer la grandeur de l’homme.

La multiplication des citations des derniers papes, du Concile Vatican II, de la commission des évêques de France, assure une bonne doctrine catholique. Qui pourrait parler autrement en étant à l’intérieur de l’Eglise ? Pourtant, je ne me suis pas senti totalement à l’aise. Quelque chose semble manquer pour que je puisse pleinement adhérer à ce discours. Tout ce que dit l'évêque est juste, mais est-ce vraiment à propos ?  J’aimerais avoir votre avis.

Du reste, si vous souhaitez une première analyse de son texte vous pouvez vous rendre sur le site de la Nef qui en donne les principaux éléments. Je me suis demandé aussi quelle connaissance avait Mgr Rey des écologistes pour se permettre des raccourcis sur les écologistes radicaux qui prônent la ‘’fin du travail’’ pour se rapprocher d’un ‘’état stationnaire’’ ou même de ‘’décroissance’’ ».

Mgr Rey a-t-il, lui ou son entourage, rencontré des objecteurs de croissance ? Voir ici le point de vue le liberté-politique.com

 

Bref, je me demande à qui est adressée, sous forme de lettre pastorale, la leçon de catéchisme de Mgr Rey. Sa théologie dogmatique, descendante n’offre aucun outil qui serait en prise avec le monde réel. Ne conviendrait-il pas d’indiquer que les racines des problèmes économiques et de l’idéologie du productivisme se trouvent dans le libéralisme ? En effet, au lieu d’en analyser les causes techniques et historiques il affirme que la crise écologique actuelle est d’ordre métaphysique, anthropologique. Cela est vrai, mais manque de précision et d’éléments opératoires pour indiquer le chemin des nécessaires changements de mode de vie.

 

Regardons l’affiche que Mgr Rey, avec Mgr Cattenoz, promeut pour sa nouvelle évangélisation avec  communion et évangélisation.

Son regard sur la société ressemble à ce que montre l’affiche ; le mépris du monde dans la ligne des théologies du péché originel. Un oubli que le regard de St Irénée accompagne désormais et corrige celui de St Augustin. Voir Marcel Neuche qui interroge le pessimisme augustinien se transformant en jansénisme. 

 

On peut aussi parler de manichéisme ; l’Eglise des purs est face à un monde intrinsèquement mauvais qui ne sortira de sa perversion que par la seule grâce du Christ. Ainsi, l’affiche pour la nouvelle évangélisation exhibe la vérité d’une théologie descendante qui annonce, via l’Esprit Saint, que l’homme est incapable par lui-même d’atteindre la vérité.

Je pense salutaire d’entendre, entre autres, ce témoignage :  « cette affiche, insupportable à mes yeux, évoque le manichéisme : d'un côté les gentils cathos, minoritaires mais capables de changer le monde, et de l'autre les gens du monde tous mauvais et pécheurs, esclaves de leurs convoitises et de Satan... C'est assez caricatural ! On oublie ainsi que la frontière entre la justice de Dieu et la logique démoniaque passe en chacun de nous et que l'Eglise, ces derniers temps, n'a pas été parfaite, loin de là, dans bien des vices dénoncés à gauche (sexualité = pédophilie, banque Ambrosiano, couverture de scandales pendant des années avec les légionnaires du Christ et autres, collusion avec des dictateurs notoires etc)... Alors si nous voulons donner des leçons au monde, il faudrait d'abord être humbles et mettre en avant notre engagement en actes pour la justice évangélique... Or notre Eglise est bien trop souvent du côté des puissants et des riches... Cette affiche me fait penser immanquablement à l'histoire de la paille et de la poutre... »

 

Regardons le monde, regardons l’histoire ; nous y voyons que la vérité est souvent venue de l’esprit des hommes, plus que de l’Eglise. Le monde n’est pas ce que l’on lit sur cette affiche : fumisterie – chimère – frivolité – cloaque – vide – abrutissement…

 

Communion-et-evangelisation.jpg

 

Et je redis :

Pour qu'une parole d'Évangile soit reçue il faut être juste, vrai, voir ce qui existe et aimer celui à qui est destinée la Parole ; en même temps des outils très concrets d'analyse et de transformation doivent être offerts. Le Y'a qu'à se convertir dans le cœur de Jésus (thème de nombreux cantiques du Renouveau), est inopérant. Il semblerait encore dans cette optique que, malgré l'anniversaire des 50 ans du Concile Vatican II, on a mis Gaudium et spes au placard des vieux objets inutiles, selon l'expression de l'ami qui a attiré mon attention sur cette forme d'expression. 

Publié dans Eglise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article