Cercle de silence à Lyon en juin

Publié le par Michel Durand

CE QUI NOUS POSE QUESTION

À PROPOS DU TRAITEMENT DES ETRANGERS

 cercle_du_siolence.jpg

Nous savons bien que, du fait du grand désordre mondial, de la violence, des conditions économiques, de la faim, de l’absence d’avenir dans trop de pays, un grand nombre d’hommes et de femmes, surtout des jeunes, cherchent à venir dans nos pays occidentaux, ce qui ne peut être une solution généralisable.

Mais nous constatons que c’est une minorité qui tente sa chance vers l’Occident, composée des plus entreprenants, des plus déterminés, donc d’une élite qui ne se contenterait pas d’être assistée.

Sachant par ailleurs que notre prospérité occidentale doit beaucoup à l’exploitation de ces pays de violence et de misère, nous ne pouvons pas accepter que notre pays, comme l’Europe en général, se transforme en forteresse assiégée dont l’un des objectifs essentiels est de bloquer nos frontières.

Nous ne pouvons pas accepter que cette politique mobilise la police et la justice, à travers une politique de quotas (25.000 personnes à expulser dans l’année) dans une chasse aux étrangers à faire partir par tous les moyens, même les plus couteux, même les plus inhumains, en cassant des familles, ou en renvoyant des personnes vers des pays où leur vie est en danger.

Nous ne pouvons pas accepter que des hommes et des femmes, qui travaillent depuis des années, cotisent à la Sécurité Sociale et payent des impôts, donc sont utiles à l’économie française, soient en danger d’expulsion parce que sans vrais papiers. Avec une régularisation au cas par cas qui s’exerce de la façon la plus arbitraire et parcimonieuse.

Nous ne pouvons pas accepter que des gens qui s’aiment soient empêchés de se marier et de vivre ensemble, parce qu’un membre du couple est étranger.

Nous ne pouvons pas accepter que des enfants scolarisés soient arrachés à leur école parce que l’expulsion de leurs parents a été décidée, même quand ceux-ci donnent des garanties indéniables de bonne insertion.

Nous pourrions encore énumérer bien d’autres exemples qui nous font refuser la politique d’immigration de notre pays.

C’EST POURQUOI, À TRAVERS TOUTE LA FRANCE, DES CERCLES DE SILENCE COMME LE NÔTRE SE RÉUNISSENT POUR EN APPELER À NOTRE CONSCIENCE COLLECTIVE.

 

Voir l'article de J. P. Nunez sur Nous sommes aussi l'Eglise.


Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article